Le blog de Claude Lelievre

refondation de l’Ecole

La formation des enseignants selon Hollande-Peillon

Dès le début de son entrée en campagne, François Hollande a tenu à marquer toute l’attention qu’il portait à cette question. Finalement, les contours de ce qu’il envisage avec Vincent Peillon ( le responsable ‘’éducation ‘’ dans son équipe de campagne ) se dessinent peu à peu, même s’il reste encore des ‘’arbitrages’’ à faire et des précisions à apporter ( ce qui ne devrait pas surprendre, puisqu’il s’agit aussi de tenir compte notamment de l’avis des syndicats enseignants, qui peuvent avoir d’ailleurs des avis divergents sur certains points ), en particulier pour ce qui concerne le concours, sa place, sa nature et son moment. En mai 2011, François Hollande, candidat aux primaires organisées par le PS, souligne ( dans le cadre d’ « un nouveau pacte éducatif pour démocratiser la réussite » ) qu’ « il est indispensable de donner aux enseignants la formation initiale et continue nécessaire au bon exercice de leur fonction, et d’assurer une entrée progressive dans le métier ». En septembre 2011, il affirme avec vigueur qu’ « il faudra reprendre la question de la formation des enseignants, car ce qui a été fait sur ce plan par le gouvernement relève du vandalisme d’Etat. Après… Savoir plus >

Des  »Assises de la pédagogie » extra-ordinaires?

Ce sont les troisièmes du nom. Mais elles associeront pour la première fois dans trois tables rondes des dirigeants de partis politiques : Pierre Laurent ( secrétaire général du PC ), Bruno Julliard ( secrétaire national de PS pour l’éducation ), Marie-Christine Blandin ( sénatrice EELV ), des responsables nationaux des grands syndicats du monde éducatif : Thierry Cadart ( SGEN ), Patrick Gonthier ( Unsa-Education ), Bernadette Groison ( FSU ), le président de la FCPE ( Jean-Jacques Hazan , ainsi que nombre de chercheurs ou praticiens actifs sur le terrain. Ces troisièmes ‘’Assises de la pédagogie’’ organisées par le CRAP-Cahiers pédagogiques ( en partenariat avec l’AFEV et Education et Devenir ) se tiendront à l’Ecole Boule du lundi matin 24 octobre au mardi 25 octobre. Par ailleurs les membres du CRAP, qui ont commencé à organiser ces Assises depuis plus d’un an, ont longuement préparés 12 propositions « pour une école juste et efficace ». 1) Favoriser le travail d’équipe. 2) Changer progressivement le service des enseignants 3) Modifier radicalement les modes d’évaluation 4) Prévenir le décrochage 5) Développer la responsabilisation de tous 6) Ouvrir l’école sur son environnement 7) Développer le partenariat localement 8) Redonner du poids… Savoir plus >

 » La joie à l’Ecole »

Georges Snyders vient de nous quitter. Il avait beaucoup surpris ceux qui ne faisaient pas partie de son entourage proche en publiant en 1986, aux PUF, un ouvrage au titre perçu comme quasiment provocateur : « La joie à l’Ecole ». Après avoir été élève de l’Ecole normale supérieure d’Ulm et avoir connu la terrible expérience de la déportation dans le camp d’Auschwitz, Georges Snyders a obtenu l’agrégation de philosophie qu’il a enseignée notamment en « Khâgne » à Marseille et à Lille, ou comme assistant à l’université de Lyon. En 1967, lors de la création du département de sciences de l’éducation à la Sorbonne, il est devenu professeur en philosophie de l’éducation. Le 30 avril dernier, le parti communiste français lui avait fait l’amitié de marquer son 94ème anniversaire au siège du PCF, place du colonel Fabien. Je n’avais pu m’y rendre ( étant retenu dans l’île de la Réunion par un engagement pris de longue date ), mais Gorges Snyders a eu la délicatesse de m’envoyer l’exposé qu’il avait fait à cette occasion ( j’ai soutenu mes deux thèses sous sa direction ; et je suis le seul de ses doctorants – par ailleurs nombreux – qui est… Savoir plus >

La mystérieuse crise du recrutement des enseignants

Si l’on en juge par un récent sondage IPSOS, la ‘’crise’’ paraît difficilement envisageable puisque 64% des Français encourageraient leur enfant  à devenir enseignant s’il le souhaitait ( 16% « tout à fait », 48% « plutôt », 29% « plutôt pas » et 6% « pas du tout » ). Quid, alors, de ce que l’on a pu constater ces derniers temps, en particulier cette année, quant à la forte diminution des candidats ( et plus encore de leur présence effective ) aux concours de recrutement ? Ce sondage IPSOS sur « Les  Français et l’école » ( réalisé fin juillet 2011 auprès d’un échantillon représentatif d’un millier de personnes pour le magazine « L’Histoire » ) est paru dans le Hors-Série Marianne-L’Histoire de samedi dernier. Il apparaît même que, selon les réponses faites par les sondés, 62% ont largement mis en tête parmi les 6 raisons proposées ( ils avaient à en choisir deux ) « le fait de transmettre des savoirs », largement devant « le rythme de travail : horaires, vacances… » ( 38% ), « la sécurité de l’emploi » ( 33% ) ou « le fait de travailler avec des enfants » ( 32%… Savoir plus >

Non seulement des moyens, mais aussi la transformation de l’Ecole

Dans la ligne d’’’ouverture’’ évoquée dans le billet précédent, les syndicats de gauche – de façons certes plus ou moins affirmées – ont réagi à la publication hier des ‘’Regards sur l’éducation de l’OCDE’’ et à la proposition de François Hollande de recréer 60000 postes d’enseignants en demandant non seulement des moyens mais aussi des transformations de l’Ecole. C’est particulièrement net pour le SE-Unsa qui a  tout de suite réagi à la proposition de François Hollande en demandant par la voix de son secrétaire général Christian Chevalier : « Quel projet veut-on pour l’éducation ? Une fois qu’on l’a, on voit comment on peut le financer » ; mais aussi pour le SGEN-CFDT, par la voix également de son secrétaire général Thierry Cadart : « On espère tous que l’on sorte de ce carcan budgétaire qui ne permet rien ; mais personne ne dit qu’il faut remettre les postes exactement là où ils étaient il y a cinq ans ». En réaction à la publication hier des « Regards sur l’éducation de l’OCDE », Guy Vauchel, secrétaire national du SGEN-CFDT a réagi ( selon le « Café pédagogique » de ce 14 septembre ) en soulignant qu’ « il faut… Savoir plus >

Les ouvertures des syndicats

Vivons-nous une période annonciatrice de temps nouveaux ? Toujours est-il qu’en moins de cinq jours se sont succédé les ‘’ouvertures’’ de trois des principaux syndicats d’enseignants pour une nouvelle donne des politiques scolaires. Cela ne forme pas encore un concert symphonique, mais il n’est pas interdit de penser que l’harmonie vienne. Le 29 août, l’excellent site ‘’ToutEduc’’ indique que « le Snes n’est ‘’pas fermé à des discussions’’ sur les missions et le statut des enseignants à condition qu’il y ait relance de la démocratisation de l’enseignement. C’est ce que répondent ses trois responsables, interrogés par ToutEduc sur l’après 2012, Nicolas Sarkozy ayant annoncé une refonte du statut, et Martine Aubry une ‘’refondation du système éducatif’’ […]. Le Snes souhaite un enseignement secondaire pour tous, général, technologique ou professionnel, et une obligation scolaire portée à 18 ans, avec, à  terme, un objectif de 100% au niveau bac ». Le 30 août, le SE-Unsa indique dans son communiqué de presse de rentrée que «les personnels se refusent à entrer dans un modèle en construction qui a pour objectif de changer la nature même de l’Ecole. Un modèle où la concurrence, la performance, le management seraient les maîtres mots d’un système éducatif… Savoir plus >