Le blog de Claude Lelievre

Archives de mots clés: alternance

Formation des enseignants: les incertitudes s’accumulent

Et ce n’est pas la dernière déclaration de Nicolas Sarkozy (  foncièrement improvisée, comme l’a déjà souligné la journaliste du ‘’Monde’’ Maryline Baumard ), suivie de celle de Luc Chatel  qui peuvent les dissiper, bien au contraire. Depuis le démantèlement de l’ancien système de formation, on se trouve constamment dans l’improvisation et les propositions ( voire les décisions ) au coup par coup ; et on cherche vainement quel est le dessein d’ensemble alternatif en la matière ( qui, il est vrai, n’a nullement été – et pour cause –  au fondement de la suppression de l’ancien dispositif , une décision prise foncièrement pour des raisons d’économie de postes budgétaires matinées d’’’idéologie’’ sans que l’on se soit vraiment préoccupé de savoir où l’on voulait aller ). C’est ce qu’on appelle ‘’réformer’’ ! On avait déjà vu en avril dernier, lors des Etats généraux sur les violences scolaires, le ministre de l’Education nationale Luc Chatel annoncer de façon impromptue la nécessité de mettre en place deux nouveaux  modules de formation pour tous les futurs enseignants ( l’un de ‘’gestion des conflits’’ et l’autre de ‘’tenue de la classe’’ ) alors même que le démantèlement de leur formation professionnelle était en marche… Savoir plus >

L’apprentissage de nouveau à l’ordre du jour

Le 24 mars 2009, le chef de l’Etat a annoncé vouloir doubler les effectifs des formations en alternance. Et, à la mi-décembre, Nicolas Sarkozy a précisé que 500 millions d’euros du grand emprunt seront consacrés à l’apprentissage. Ce n’est pas le première fois, loin s’en faut, que des chefs de l’exécutif annoncent leur ambition de doubler le nombre des apprentis en France. Il y a une vingtaine d’années, fin décembre 1991, Edith Cresson, Premier ministre d’un gouvernement socialiste, tente même de radicaliser le principe de l’alternance :  » La mixité du temps passé dans l’établissement de formation et dans l’entreprise doit devenir la règle, et ceci pour toutes les formations, qu’elles soient professionnelles, techniques ou générales « . Concrètement, le document préparatoire gouvernemental écrit en février 1992 prévoit que, dans les cinq ans à venir, le nombre d’apprentis soit plus que doublé ( et passe de 230000 à 500000 ). Mais la droite gagne les législatives. Et Edouard Balladur, devenu Premier ministre, fait voter dès octobre 1993  » une loi quinquennale sur l’emploi  » qui prévoit des dispositifs pour un fort développement de l’apprentissage.   Si l’on en juge par les statistiques, cette loi a eu indéniablement des effets sensibles. Le nombre des apprentis, qui était… Savoir plus >