Le blog de Claude Lelievre

Archives de mots clés: réforme

Le  »CPE »: contre-épreuve ou contre-exemple?

En ces temps de conflit sur les retraites, on invoque souvent le précédent du long conflit sur le  ‘’contrat première ébauche’’.  Il avait commencé – en mars 2006 – avec les étudiants, rejoints ensuite par les lycéens et les grandes centrales syndicales ; et il était destiné explicitement aux jeunes. Le conflit sur les retraites a commencé par les grandes centrales syndicales, rejointes ensuite par les lycéens ( et peut-être aussi par les étudiants ? ) ; et, avec l’apparition des jeunes dans la rue, est apparue également l’argumentation que la réforme était aussi faite pour eux ( voire d’abord pour eux ? ). Retours dans le passé pour y voir plus clair. Il y a eu d’abord, classiquement, contestation sur les chiffres de la mobilisation étudiante ( ou lycéenne ). Puis, dès avant la mi–mars 2006 le ministre de l’Education nationale du moment ( Gilles de Robien ) a tenté de déplacer le débat sur « les dérapages », tandis que le président de l’Unef d’alors ( Bruno Julliard ) affirmait que « l’objectif du gouvernement est qu’il y ait des débordements ». « Je sens une lame de fond – ajoutait-il. Ma seule inquiétude est d’éviter que les… Savoir plus >

Réforme orthographique et francophonie…

  Il a fallu 20 ans pour qu’il soit révélé publiquement que la France est bonne dernière parmi les pays francophones dans l’application d’une mini-réforme orthographique qu’elle avait pourtant initiée et décidée. En 1990, l’Académie française a en effet approuvé un certain nombre de  » rectifications orthographiques  » proposées, à la demande du Premier ministre Michel Rocard, par le Conseil supérieur de la langue française. Il s’agit de régularisations sur quelques points : le trait d’union, le pluriel des mots composés, l’accent circonflexe, le participe passé et quelques anomalies diverses. Le rapport de septembre 2006 de la Délégation générale à la langue française indiquait déjà que  » si ces rectifications sont officiellement enseignées dans plusieurs pays francophones, elles restent en France même largement ignorées des enseignants, d’autant que le ministère de l’Education nationale n’a jamais publié de directive relative à leur enseignement « . Ce qui explique sans doute qu’une enquête menée en 2003 auprès d’étudiants de diverses universités francophones ( en Belgique, en France, au Québec et en Suisse ) montrait que les Français arrivaient en dernière position, loin après les autres, dans la connaissance de ces rectifications orthographiques . Ce n’est qu’en juin 2008 qu’elles ont été inscrites dans les programmes d’enseignement français. Mais l’on… Savoir plus >