Publications Facebook et Twitter : la planification nuit-elle à la spontanéité ?

Les contenus sont le coeur de nos communautés et un community manager peut être amené à rédiger de nombreux contenus sur une journée : une dizaine de tweets, 2 ou 3 posts Facebook ainsi que des discussions et des billets de blogs sans compter les différentes chartes, conditions d’utilisation et autres. Des contenus qui ne doivent pas être interrompus (même si ils sont moins nombreux) pendant les vacances scolaires. Alors la programmation de publications sur Facebook ou via des outils type Tweetdeck ou Hootsuite pour Twitter apparaissent dans un premier temps comme la bonne solution pour anticiper les jours d’absence mais pas seulement … Personnellement, je m’en sers de plus en plus au quotidien pour optimiser mon temps. Alors il est vrai qu’à vouloir tout programmer, nos publications peuvent perdre de leur spontanéité. Voilà ci-dessous pourquoi à mon avis ça n’arrivera pas !

Les publications programmés = avant tout des fonctionnalités utiles

avertissement facebook

La possibilité de prévoir ses publications et surtout de les gérer (« Utiliser l’historique » sur Facebook) permettent un gain de temps considérable. Elles permettent aussi de se faire son calendrier de publication sur la semaine et d’en avoir une vue globale. On voit en un clin d’oeil comment on alterne liens, images, posts et vidéos. Elles nous permettent aussi à nous de placer les événements / informations incontournables de la semaine.

Les rendez-vous hebdomadaires = autre frein à la spontanéité ?

Les rendez-vous hebdomadaires sans être des publications programmées permettent de créer un lien spécial il me semble avec les membres du réseau. La page des bibliothèques de l’université de Bourgogne le fait très bien en proposant chaque semaine le « Quizz du lecteur ». Le principe est simple : une photo d’une personne qui lit un ouvrage et l’objectif : deviner qui c’est ?

On le fait également en postant chaque lundi le RDV Emploi / Stage avec les offres à pourvoir sur la semaine en provenance de uB-link (réseau social pro de l’université).
La communication sur les médias sociaux n’est dans l’esprit de beaucoup pas soumise à des règles stratégiques. Le fait de créer des rendez-vous permet de donner une orientation à ses espaces et d’apporter une organisation. Du côté des membres, ces RDV me semblent être appréciés (attendus bientôt ?)

offres_uBlink4_10mars

Les publications non prévues ont toujours leur place

Si on a des règles stratégiques concernant nos fréquences de publication, une chose est sûre elles ne doivent pas nous empêcher d’envoyer une information importante sur nos réseaux. D’autant plus que les nombres sur lesquels on se base ne sont pas des règles strictes. Pour ma part, je ne fais pas plus de trois posts Facebook par jour mais lorsque Charles Rozoy, notre ambassadeur sportif a remporté la médaille d’Or aux Jeux paralympiques de Londres, j’avoue que je me suis un peu plus lâchée … Et nos membres ne nous en ont pas voulu, au contraire je pense !
Nous devons être présents, pour ne pas nous faire oublier sans poster trop d’informations au risque de « noyer » nos membres … mais je ne pense pas qu’il y ait vraiment de règles. Le fait d’organiser ses publications n’est à mon avis pas un moyen néfaste pour nos espaces, il faut juste garder à l’esprit que les espaces médias sociaux sont des médias « d’instantanéité » et que la nature même de leur fonctionnement nous incite à être réactif et à favoriser le temps réel !

This entry was posted on Mardi, mars 5th, 2013 at 11:01 and is filed under Ecrire pour le web et les réseaux sociaux, Facebook, Stratégies de communication. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Publications Facebook et Twitter : la planification nuit-elle à la spontanéité ?”

  1. Tanner Mascheck Says:

    Je ne connaissais pas le principe

  2. Gisele Shadow Says:

    Bonjours à tous voila un lien : http://www.formaleo.com

Leave a Reply