Université de masse: poids respectifs de l’enseignement et de la recherche

Le Times Higher Education, qui classait depuis six ans les universités suivant une certaine méthodologie, vient d’annoncer qu’il refondait son système d’indicateurs. Ce faisant, il l’améliorera et il faut s’en féliciter. Car évaluer publiquement les universités par un système d’indicateurs et même aller jusqu’à un classement est difficile et doit être fait avec soin. Il est indispensable, vu la difficulté, qu’il y ait plusieurs organismes se livrant à cette opération, pour éviter tout monopole. Et qu’un des organismes soit européen est souhaitable. En attendant d’en savoir plus sur l’amélioration que ce journal va apporter, il me semble qu’elle appelle deux remarques.

L’évaluation nouvelle devrait reposer sur treize indicateurs : cinq dans la catégorie « recherche », qui pèseront pour 55% du total ; cinq dans la catégorie « établissement », qui pèseront pour 25% ; un indicateur représentera « l’activité économique et l’innovation », il comptera pour 10% ; enfin, les deux derniers représenteront, à partir de l’attraction internationale en matière d’étudiants et de professeurs, la « diversité internationale » de l’université, et compteront ensemble pour 10%. Sans se prononcer sur le contenu précis de ces treize indicateurs, les pondérations qu’il est prévu d’accorder à ces quatre ensembles me semblent problématiques. Car, vu leur contenu potentiel, il est possible d’une part de regrouper le premier et le troisième ensemble pour caractériser le poids, au sens large, de la recherche dans ce dispositif prévu, et d’autre part de regrouper le deuxième et le quatrième pour représenter, au sens large, l’enseignement. La structure est donc de 65%(recherche)/35%(enseignement).

S’agissant de l’université de masse dans laquelle tous les pays développés (ou peu s’en faut) sont entrés, le poids accordé à l’enseignement dans cette batterie d’indicateurs me semble alors trop faible. Cela reflète, comme par une sorte d’hystérésis, l’université ancienne, celle qui n’était pas de masse précisément, dont la fonction principale était la production de connaissances nouvelles, l’enseignement n’étant dispensé qu’à un tout petit nombre d’étudiants qui étaient très proches de futurs disciples. Aujourd’hui, l’enseignement est devenu, ou devrait être devenu, une fonction essentielle de l’université : enseignement à des étudiants qui ne sont pas tous appelés à remplacer leurs professeurs, qui sont très divers, qu’il faut aider à réussir leurs études universitaires, etc., toutes choses radicalement nouvelles – et difficiles à réussir. Je pense donc que le projet du Times Higher Education est déséquilibré parce qu’une batterie d’indicateurs adaptée à l’université de masse devrait accorder plus de poids à l’enseignement qu’un gros tiers. Je suggérerais volontiers de donner au moins la moitié à l’enseignement, – et peut-être jusqu’aux deux tiers (auquel cas ce serait l’inverse du choix du Times Higher Education). On peut ajouter d’ailleurs que c’est peut-être encore plus vrai pour la France où une partie importante de la recherche se fait plus ou moins en dehors de l’université, notamment au CNRS.

Ma seconde remarque consiste à déplorer l’absence apparente de Français dans la mise au point du dispositif final du Times Higher Education. Si j’en crois la dépêche à laquelle je me réfère en effet (dépêche de l’AEF du 9 juin 2010) et le site du journal, il a installé un comité éditorial pour favoriser cette mise au point finale dont il cite quelques membres. Aucun membre cité n’est français. Y a-t-il, non cité, un Français ? Il indique aussi qu’il a créé un large « platform group » de 40 recteurs (ou présidents) d’université qui est en train d’être consulté. J’espère qu’il y a des présidents d’université française. Il serait désastreux que se manifeste sur un tel sujet notre réserve fréquente à l’égard de la participation à des travaux internationaux.

Be Sociable, Share!

11 Responses to “Université de masse: poids respectifs de l’enseignement et de la recherche”

  1. Thomas Coudreau Says:

    Il me semble que les poids respectifs de la recherche et de l’enseignement dépendent du type d’université. Dans son ouvrage « Lives in Science: How Institutions Affect Academic Careers. », Joseph Hermanowicz distingue trois types d’université américaines selon les poids respectifs de la recherche et de l’enseignement: elite, pluralist et communitarian (les termes indiquent bien que les premières sont beaucoup plus tournées vers la recherche que les dernières). Malgré l’enseignement de masse valable partout en France, ce découpage s’applique pour nos universités également.
    Le poids donné à la recherche ou à l’enseignement va faire ressortir tel ou tel type d’université et il serait intéressant, de mon point de vue, de donner les classements en fonction de tous les indicateurs utilisés (même si pour des raisons de communication celui qui sera retenu par les médias grands publics sera celui qui favorise la recherche).

  2. Nimier Jacques Says:

    Une idée: pourriez vous changer la couleur de votre écriture , elle est difficile à lire. Mettre en noir serait bien. Merci

  3. marie Says:

    Merci de cette alerte. Elle me paraît d’autant plus pertinente que la valeur des écoles est de plus en plus mesurée à l’aune des critères universitaires puisqu’ils sont les seuls acceptés par le Ministère. Nous risquons donc de voir l’ensemble de l’enseignement supérieur glisser vers la recherche au détriment de l’enseignement et de l’insertion professionnelle. L’ISIT que je dirige est qui est une des 35 meilleures écoles dans le monde en traduction et interprétation,se voit reprocher son nombre peu important de docteurs alors même qu’il n’existe pas de doctorat en traductologie en france alors que cela existe en belgique et en chine!!!
    les français devraient prendre l’avion!

  4. Pierre2 Says:

    J’appuie le commentaire de Jacques Nimier.

    Lire ce blog est très fatigant; pourquoi ne pas écrire en noir?

  5. Séjour linguistique Says:

    Je pense qu’on passe non seulement par une crise financière, mais aussi culturelle. Premièrement, l’enseignement supérieur doit être plus adapté aux nouvelles générations, plus inclusif. Deuxièmement, les professeurs et leurs méthodes d’enseignement devraient être au cœur de tout système dévaluation des universités.

  6. Lucille Poncin Says:

    Objet : Invitation à animer une conférence auprès des étudiants de l’Institut Supérieur de Management Public et Politique

    Monsieur,

    Je me permets de vous contacter en tant que Présidente du Bureau des Elèves de l’Institut Supérieur de Management Public et Politique (ISMaPP) qui est une école privée d’enseignement supérieur, reconnue par l’Etat et affiliée à l’Institut de la décentralisation.
    La vocation de notre école est de former de futurs managers publics en les sensibilisant aux problématiques de société et aux enjeux de la gouvernance publique et politique d’aujourd’hui et de demain.

    Dans ce but, des conférences sont organisées dans les locaux de l’ISMaPP afin que les élèves managers publics puissent profiter de l’expérience de nos experts, élus et dirigeants et avoir une vision plus concrète des enjeux liés aux enseignements qui leur sont apportés.
    De nombreuses personnalités des sphères publique et politique, comme Alain Juppé,Najat Vallaud Belkacem, Michel Barnier, Pierre Hérisson ou Nicolas Tenzer, nous ont déjà fait l’honneur d’animer certaines de nos conférences.

    Aussi nous adressons-nous à vous afin de solliciter l’animation d’une conférence sur la thématique
     » Les défis de l’education : Quelles réformes pour l’Education Nationale ?  » qui s’inscrit dans le cycle de conférence « La société face à ses défis ».
    L’objectif de cette conférence serait de sensibiliser les élèves de l’ISMaPP aux enjeux de la politique éducative avec une reflexion sur la fraçon d’enseigner, les moyens alloués, la formation des professeurs et la réflexion sur une évolution du baccaluréat.

    En tant que Conseiller maître honoraire à la Cour des comptes et Président, de septembre 2003 à décembre 2004, de la Commission du débat national sur l’avenir de l’École vous êtes la personne la plus indiquée pour intervenir sur ce sujet. Votre parcours vous confère un regard éclairé sur les problématiques relatives au thème de cette conférence.

    Nous savons que votre temps est précieux et que vous exercez de lourdes responsabilités mais ce serait un immense honneur pour nous de pouvoir vous accueillir pour animer cette conférence qui se déroulerait dans nos locaux 80, rue Taitbout, Paris 9ème en fonction de vos disponibilités.

    En espérant que ma demande recevra un avis favorable de votre part, veuillez recevoir, Monsieur , l’expression de mes sentiments les plus distingués.

    Lucille Poncin
    Présidente du Bureau des Elèves de l’ISMaPP

  7. Sacha VARIN Says:

    Bonsoir Professeur Thélot,

    Sacha Varin, docteur en Sciences de l’éducation et statisticien.
    Pendant mes études universitaires (à Lyon 2) je suis entré plusieurs fois en contact avec vous en 2006 à votre adresse mail suivante : cthelot@ccomptes.fr

    Je sais que vous êtes retraité. Toutefois, je vous contacte car dans le cadre d’une réunion / rencontre d’experts que j’organise à la Haute école pédagogique de Lausanne (sur 2 jours jeudi et vendredi) pour le mois de janvier 2014 au sujet des relations entre le néolibéralisme, l’éducation, la formation, la recherche et l’innovation, je me demandais si vous seriez d’accord d’y participer.

    Si l’idée d’un partage d’idées avec des experts du domaine venant de 4 pays différents vous tente, et afin que je puisse vous donner plus de détails au sujet de cette réunion / rencontre d’experts, j’aurais apprécié que vous preniez contact avec moi.

    Mes meilleures salutations,

    Sacha Varin

  8. Max Says:

    Ce site est sur la façon de pirater compte facebook, dans ce site, vous apprendrez comment obtenir facilement un mot de passe de l’utilisateur de facebook. Qui ont pirate en ligne tool..this outil est vraiment pratique, je l’utilise pour pirater mes amis et ma petite amie profil!!

  9. www.medicalequipshop.com Says:

    Great page congratulations

  10. Agulhon Says:

    Monsieur Thélot,

    Les étudiants du master coopération internationale en éducation souhaitent vous inviter à leur colloque annuel en février 2018, je ne connais pas d’autre moyen de vous joindre, pourriez vous nous répondre soit à mon adresse soit à celle du master :catherine.agulhon@orange.fr
    mastercief2018@gmail.com

    bien sincèrement Catherine

  11. escort in france Says:

    escort in france

    Le blog de Claude Thélot» Blog Archive » Université de masse: poids respectifs de l’enseignement et de la recherche

Leave a Reply