L’Université, les STAPS, l’Education Physique et Sportive

Pour un enseignement des valeurs à l’université

L’université a longtemps été conçue comme ce lieu exceptionnel, à la fois producteur et diffuseur de savoir. On peut ajouter que sa mission ne se destinait qu’à un public restreint, sélectionné par l’enseignement secondaire.

Deux évolutions récentes ont sensiblement changé la donne. C’est déjà la massification de l’université : avec plus de 80% de bacheliers, c’est maintenant à la masse de la population que l’université doit s’adresser. Ensuite, c’est une exigence marquée vers la professionnalisation et l’insertion professionnelle. Finie la diffusion désintéressée du savoir, les connaissances doivent servir la professionnalité et viser l’insertion future des diplômés sur le marché du travail.

Il y a cependant une différence entre viser l’insertion des étudiants sur le marché de l’emploi, et s’assurer de la qualité de leur formation professionnelle. Si la première peut être satisfaite par un accroissement de l’employabilité des diplômés, la seconde renvoie à des évolutions plus subtiles.

Les diplômés de l’université sont les acteurs de la société de demain. L’université forme les enseignants, les juristes, les personnels de santé, et d’une manière générale, tous ceux qui construiront l’évolution sociétale des années à venir. C’est dire la responsabilité politique de l’université à l’égard du futur.

Ceci m’amène logiquement à évoquer la question des compétences, qui agite ces temps-ci les responsables de formation. Beaucoup y voient une mainmise de l’économie sur l’université, réclamant la construction de savoir-faire directement exploitables par les entreprises. Le concept de compétence est infiniment plus complexe. Construire des compétences, c’est avant tout chercher à intégrer de multiples ressources face à une situation complexe (Delignières, 2009). Mais surtout la compétence ne peut être uniquement conçue comme mise en œuvre pratique de savoirs scientifiques et technologiques. La compétence ne se mesure pas uniquement à l’aune de son efficacité, mais surtout à celle de sa justesse, vis-à-vis de valeurs essentielles (Reboul, 1980). Les compétences sont l’intégration de savoirs et de savoir-faire, mais aussi de valeurs.

On connaît les problématiques qui traversent actuellement ce domaine des valeurs : la tolérance, le respect des différences, l’égalité. On sait que notre société est traversée par des forces réactionnaires qui reviennent sur ce que l’on pouvait considérer comme des progrès essentiels des mentalités. Le combat pour les valeurs est toujours recommencé et il ne faut jamais baisser la garde. Les propositions du Ministre de l’Education Nationale sur l’enseignement d’une morale laïque à l’Ecole me semblent, à ce titre, hautement salutaires.

On voudrait évidemment se satisfaire de l’idée que c’est à l’enseignement secondaire de résoudre ce problème de la formation aux valeurs, et que ce n’est plus le problème de l’université. Ou encore que le soutien aux initiatives citoyennes de nos étudiants est un dispositif bien suffisant. Mais lorsque l’on observe le comportement des étudiants, leur désintérêt vis-à-vis de la vie démocratique des universités, leurs attitudes face aux problèmes de tolérance, de respect et d’égalité (voir le problème récurrent des bizutages et autres cérémonies d’intégration), leur détachement vis-à-vis des problématiques sociétales, il serait grave de se dire qu’une réflexion sur les valeurs humanistes et citoyennes, et leur intégration dans la construction des compétences professionnelles, reste une entreprise superflue.

A l’heure où l’on se demande quel pourrait être le contenu d’un socle commun à l’université, il me semble qu’une telle formation aux valeurs citoyennes serait la bienvenue.

 

Delignières, D.(2009). Complexité et compétences. Paris : Editions revue EPS.
Reboul, O. (1980). Qu’est-ce qu’apprendre? Paris: PUF.

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Béatrice Decoop

    Je vous rejoins totalement sur la nécessité d’intégrer à l’université la formation aux valeurs citoyennes. L’exemple du « service learning », pratiqué depuis une vingtaine d’années aux Etats-Unis me semble à ce titre assez intéressant. Il consiste à rendre obligatoire l’engagement étudiant en l’intégrant totalement dans la pédagogie, associant la notion de service pour la société à celle d’acquisition de compétences techniques, méthodologiques et sociales. Ainsi, des programmes et des cours sont spécialement conçus et développés pour accompagner les étudiants dans leurs expériences communautaires et les aider à y trouver un sens, faire le lien entre la théorie et la pratique, développer des valeurs comme l’empathie, le sens des responsabilités et du leadership. Je ne suis pas sûre toutefois que les jeunes soient, comme vous le dîtes (mais je respecte tout à fait votre connaissance du terrain !) si peu sensibles à la notion d’engagement, malgré les apparences. Une étude récente de Deloitte souligne que les jeunes réclament davantage des entreprises dont ils estiment le rôle allant au-delà de la création d’emplois et de prospérité. 56% des jeunes interrogés pensent par exemple qu’elles devraient mieux lutter contre la pénurie des ressources naturelles et 49% contre les inégalités de revenus. L’enquête « génération quoi » montre également que si les 18-25 ans critiquent les politiques (comme leurs aînés d’ailleurs), ils se disent près à s’engager. 80% d’entre eux seraient favorables à un service obligatoire. Enfin, la tolérance demeurerait selon l’étude une valeur phare : 70% estiment que l’immigration est une source d’enrichissement. J’ai réalisé pour ma part une enquête sociologique l’année dernière dans une université parisienne et les valeurs qui en ont émergé s’articulaient autour du travail (même si certains ont reconnu qu’ils ne s’investissaient pas suffisamment), la mixité sociale (très appréciée, qu’ils disent ne pas trouver aux sein des grandes écoles), la responsabilité et l’autonomie que leur accorde l’université (dont ils ne font pas toujours bon usage au début mais qu’ils apprennent à intégrer avec le temps).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *