L’Université, les STAPS, l’Education Physique et Sportive

ParcourSup va-t-il vraiment « sélectionner » les étudiants ?

Dans les disciplines en tension, évidemment. Inutile de se voiler la face. Mais le nombre de disciplines en tension n’est pas si élevé que cela, et c’est surtout les STAPS qui sont en première ligne. Donc je ne vois pas la sélection comme un processus installé et généralisé. Je voudrais surtout ici sortir des slogans trop évidents et trop faciles sur la « sélection », pour revenir à une évaluation un peu plus rationnelle des nouvelles procédures d’entrée à l’université. Il me semble que d’une manière générale, ParcourSup a pour principale vertu de mieux informer les candidats, et d’éviter les orientations hasardeuses.

L’objectif principal était de sortir de l’ineptie du tirage au sort qui sélectionnait certains candidats incapables de suivre des études universitaires, et laissait sur le carreau des candidats préparés, désespérés de voir leurs projets s’envoler. Tous ceux que nous avons rencontrés dans les Salons et Journées Portes Ouvertes (les lycéens et leurs familles) se sont félicités de cette nouvelle procédure.

Bien sûr on peut sortir des chiffres alarmants pour effrayer le chaland. Par exemple à l’UFR STAPS de Montpellier, nous avons 5880 demandes pour 585 places. Voilà qui interpelle… Notons déjà que seuls 5270 candidats ont confirmé leur vœu. Sur ces 5270 candidats, seuls 51.5% viennent de l’académie, soit 2700 candidats. Nous avons décidé lors des réunions de travail qui ont eu lieu au ministère en octobre de faire jouer la préférence académique pour les disciplines en tension. Tout le monde était d’accord, y compris les syndicats présents. Il s’agissait de ne pas mettre les universités en concurrence et d’éviter de contraindre les lycéens à une mobilité onéreuse en première année. Avec les échecs prévisibles au baccalauréat, on peut prévoir que ce chiffre descende aux alentours de 2500. Il est aussi à noter que ces candidats ont généralement émis des vœux sur les autres structures STAPS de l’académie (Font-Romeu et Nîmes) : la capacité d’accueil réelle de l’académie en Licence STAPS s’élève donc à 825 places (soit 150 places de plus que l’année dernière).

Enfin rien n’indique que ces 2500 candidats souhaiteront finalement venir en Licence STAPS, qui ne représente qu’un de leurs 10 vœux. On peut voir les choses autrement : l’année dernière nous avions 5049 demandes (avec un pourcentage similaire d’extérieurs). Les 5270 de cette année représentent donc un accroissement de 4.4%. Sur ces 5049 candidats nous avions 1171 vœux 1 de l’académie. On peut donc raisonnablement estimer que 1222 candidats de l’académie voudront vraiment faire STAPS. Donc 1222 candidats pour 825 places en Licence… On peut aussi ajouter que nous avons créé 65 places supplémentaires en DEUST STAPS à Montpellier et Perpignan, dans une politique concertée de diversification des voies de réussite. Ça, ce n’est pas de la presse aguicheuse ou du slogan politique, c’est une estimation réaliste, sur la base des chiffres et de notre connaissance du comportement des lycéens. Estimation pessimiste d’ailleurs, car nous savons aussi que beaucoup de candidats, bien qu’ayant obtenu une place, ne se présentent jamais à l’inscription, et que par ailleurs un certain nombre de lycéens iront chercher des formations post-bac chez nos partenaires de l’Education Nationale ou du Ministère des Sports. Nous n’avons pas résolu tous les problèmes, mais la situation est bien moins problématique que l’année dernière, et surtout moins préoccupante que les médias veulent bien le proclamer.

Alors en effet nous allons classer les candidats. Par respect pour les lycéens qui ont fait l’effort de constituer leurs dossiers, de comprendre la nature des études qu’ils envisageaient, et aussi de faire un bilan de leurs acquis et de leurs expériences. Parce que nous avons fait en sorte que ParcourSup nous donne des informations utiles et traitables. Parce que nous pensons être en mesure d’estimer les probabilités de réussite de nos étudiants, en fonction de leur profil initial. Et nous accepterons d’être jugé sur le taux de satisfaction effectif des candidats à la fin du processus, et aussi sur l’évolution des taux de réussite en première année de Licence. Notre métier n’est pas de vendre du rêve ou de produire de l’échec, mais de permettre l’accès aux diplômes et à l’emploi.

Be Sociable, Share!

Commentaires (4)

  1. a.clement

    Bonjour monsieur, je tiens à vous remercier pour ce billet qui confirme l’opinion exprimée par une autre université STAPS aux réunions portes ouvertes, et qui va dans le sens de la conversation que nous avons eue avec vous au salon de l’étudiant de Montpellier.
    Effectivement la sélection annoncée permet de dire à un jeune : oui, tu peux effectivement présenter un dossier et si tu travailles bien tu feras le métier que tu voulais faire. Dans l’hypothèse d’un tirage au sort ma réponse avait été ; postule mais prépare toi à rentrer dans l’armée, comme tu n’es pas sur la liste des sportifs de haut niveau tes chances sont quasi -nulles.
    Petit bémol cependant par rapport à parcoursup:
    Le peu de documents téléchargeables (trois feuilles par question)a toutefois posé quelques problèmes pour fournir un dossier sérieux (difficulté à obtenir des attestations, et nécessité de cumuler des preuves à faire signer par les présidents de ligue…) Nous avons l’impression que pour les jeunes qui ont vraiment un dossier à présenter et qui ont de l’expérience dans plusieurs sports notamment, il est difficile de tout refléter via le questionnaire. Aussi mon fils a t’il complété les documents requis par un cv ajouté aux pièces jointes et par des lettres de recommandation d’anciens professeurs d’EPS. La lettre de motivation permet en ce sens de mettre l’accent sur d’anciennes expériences qui ne trouvent pas leur place sans les pièces à joindre, ou alors il aurait fallu une page spécifique pour coller toutes les licences de tous les sports pratiqués, une autre pour ajouter les photos de spectacle…etc.
    Un autre aspect que je voulais mettre en avant est l’utilisation et l’interprétation qui peuvent être faits de la même attestation, quand un parent coche « sportif de niveau national » parce que l’attestation du président de la ligue dit que la personne en question a participé à des compétitions nationales ou a le niveau pour y participer…mais que le jeune a seulement participé à des championnats de France par équipe il y a plusieurs années, parfois seulement parce qu’il avait un poids au dessus ou en dessous des standards classiques d’un jeune sportif. avec la même attestation d’autres jeunes par souci d’honnêteté qui ont aussi fait des championnats de France mais n’ont pas été classés à titre individuel se contenteront de cocher un niveau régional pour lequel ils sont effectivement classés….Nous espérons que vous avez la capacité de vérifier sérieusement les attestations et leurs preuves , qui ne sont en général que des copies de résultats de compétitions récupérés sur les sites des fédérations, signés par les présidents de ligue.
    Si l’on en croit le président de Font-Romeu celui qui aurait coché la plus haute case « sportif en compétition de niveau national » mais ne serait pas sur une liste officielle se verrait affubler d’un zéro pour cette question, j’espère que ce sera le cas.
    On redoute aussi l’attestation complaisante du gentil directeur du club de foot qui va attester qu’untel aura fait du bénévolat,parce qu’il vient aider aux rencontres amicales alors que pour la même case cochée un autre sera en cours de formation d’assistant prof et donne des cours bénévolement plusieurs heures par semaine…
    On nous a expliqué que toutes les notes seraient prises en compte quel que soit le type de bac mais jusqu’à la validation de parcoursup on aura « encouragé » le candidat issu d’un bac technologique mais à composante scientifique à choisir une autre voie…
    Contrairement aux idées qui circulent, les frais liés à la scolarité d’un étudiant sont parfois plus élevés dans la région de résidence que dans une région où de la famille pourrait loger l’étudiant. On nous a ainsi refusé une dérogation pour rapprochement familial de fratrie (chez un frère étudiant dans le Nord) dans une ville où il y a un staps alors que pour tous les staps de notre région (trop loin de notre village)un nouveau logement est nécessaire…la préférence régionale n’est pas forcément un argument financier, surtout pour les familles amenées à déménager souvent.
    Si Parcoursup fonctionne bien, il ne devrait pas générer d’injustices. Dans le cas contraire et bien que malheureusement il n’y ait pas de choix classé (pourtant quand on demande 5 staps et rien d’autre on a bien un ordre de préférence géographique)il faudra bien faire remonter des dossiers papier auprès des universités… Mais j’ose penser que si un jeune a un bon dossier, bien préparé depuis plusieurs années d’investissement personnel, il pourra dire « j’ai eu la chance de ne pas être tiré au sort! »

  2. olivier Buttelli

    Monsieur Delignière

    je m’interroge sur un point, vos préoccupations de rendre de compte de la complexité de notre monde se limitent donc à votre laboratoire ?

    le traitement qui est fait de l’accès à l’université semble bien linéaire et nie les processus complexes de construction de l’homme ;

    Autre point, le devoir sociale de l’université pour compenser les dépendances sensitives aux conditions initiales semble s’éloigner dans notre système

  3. Didier Delignières (Auteur de l'article)

    Merci pour ces remarques qui font mouche. En effet notre algorithme est désespérément linéaire. Il est au moins pluridimensionnel. On fera mieux la prochaine fois.
    Quant à la dépendance aux conditions initiales, on attend les résultats définitifs du processus d’affectation. Je pressens déjà un fort accroissement du pourcentage de filles en Licence STAPS.

  4. Didier Delignières (Auteur de l'article)

    Nous tentons de vérifier le maximum de pièces jointes, surtout quand elle se voient attribuer les plus hautes évaluations. Nous sommes fréquemment amenés à « rectifier » le niveau annoncé par les candidats. Le plus souvent ça relève moins de la fraude que d’un certain « optimisme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *