L’Université, les STAPS, l’Education Physique et Sportive

Kinésithérapeutes : les nouveaux couteaux suisses de la préparation des sportifs

Un article paru le 10 avril 2019 sur le très officiel site de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes et intitulé « Marathon : Le kinésithérapeute, votre partenaire prépa » offre quelques morceaux d’anthologie. Il commence par énoncer que le kinésithérapeute, « fin connaisseur des pathologies liées à la pratique du sport, […] est également détenteur du titre d’éducateur sportif  ou éducateur sportif en activités physiques et sportives adaptées ». Cette déclaration reprend un avis du conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes du 24 mars 2016, dont on peut sans doute discuter la pertinence. Le code du sport liste les diplômes ouvrant droit à l’encadrement contre rémunération d’une activité physique ou sportive, et permettant l’obtention de la carte professionnelle d’éducateur sportif. Le diplôme de masseur-kinésithérapeute y est en effet cité, comme permettant « l’encadrement de la pratique de la gymnastique hygiénique, d’entretien ou préventive dans les établissements d’activités physiques et sportives déclarés ». Ce qui par rapport à d’autres éducateurs sportifs réduit singulièrement l’empan des compétences des diplômés.

Quant au titre d’éducateur sportif en activités physiques et sportives adaptées, il n’existe simplement pas. Et les seules formations en activité physique adaptée sont délivrées par l’université, dans le cadre des cursus STAPS. Quitte à inventer un libellé, il aurait été sans doute plus honnête – mais moins vendeur –, de dire que les masseurs-kinésithérapeutes sont détenteurs du titre « d’éducateur sportif en gymnastique hygiénique, d’entretien ou préventive ».

La suite de l’article est encore plus délectable : « Votre kiné vous accompagnera ainsi tout au long de votre préparation, de votre récupération en vous donnant des conseils sur la technique de course, la préparation physique voire mentale, l’alimentation et l’hydratation, le choix de vos chaussures etc. Il quantifiera le stress mécanique et vous aidera à mettre en place votre programme d’entraînement ». Là on est loin de la gymnastique hygiénique… Le kinésithérapeute couteau suisse au service des sportifs. A la fois entraîneur, préparateur physique, coach, préparateur mental, nutritionniste, équipementier et ergonome. Un superman qui aurait suivi simultanément toutes les mentions de STAPS.

S’ils désirent vraiment s’intégrer à l’université, les kinésithérapeutes devraient sans doute se centrer davantage sur leurs compétences propres et respecter celles de leurs partenaires. Et abandonner cette communication de camelot, de bonimenteur de foire, qui ne les grandit pas vraiment.

On évaluera la déontologie de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes au temps qu’il mettra à supprimer cet article de son site.

____________________________

PS: Suite à de nombreux échanges sur Twitter avec des masseurs-kinésithérapeutes, je me suis rendu compte que peu d’entre eux avaient une vision claire des compétences que leur formation initiale était sensée leur conférer. Je me permets de les renvoyer vers la fiche RNCP du DE de Masseur-Kinésithérapeute, en ligne sur le site de la CNCP.

Be Sociable, Share!

Commentaires (9)

  1. Patrick Bidot

    Bonjour, je viens de prendre connaissance de votre article au sujet du positionnement des kinésithérapeutes dans l’encadrement de l’activité physique adaptée et santé avec les enjeux professionnels qui en découlent. Je vous remercie pour ces éclairages. Je me permets toutefois de « corriger » l’un de vos propos. Vous précisez en effet Quant au titre d’éducateur sportif en activités physiques et sportives adaptées, il n’existe simplement pas. Ce titre existe bien mais pas dans le domaine des prérogatives d’exercice professionnel des kinésithérapeutes. Il existe un DEJEPS en activités physiques et sportives adaptées délivré par le ministère des sports qui conduit les titulaires de cette qualification à exercer auprès de personnes en situation de handicap mental ou psychique principalement dans des dispositifs médico-sociaux ou de santé mentale. Cette mention du DEJEPS existe depuis 2007. Je me tiens à votre disposition pour vous apporter des informations complémentaires à ce sujet. Ce diplôme est inscrit au RNCP et reconnu par les conventions collectives des secteurs professionnels concernés. Bien cordialement

  2. David

    En effet, on voit de tout sur internet…du bon comme du mauvais.
    Là, le mauvais prend la forme d’une désinformation plutôt orientée car je pense que l’auteur du dit texte est sûrement un éducateur sportif ou assimilé.
    N’empêche qu en effet le kinésithérapeute a des compétences étendues dues à son diplôme d’état n’en déplaise à certain.
    Quant à notre ordre, il est garant de notre déontologie, de nos bonnes pratiques et de nos compétences.
    Il est toujours possible de l’attaquer en diffamation si cela vous tente chez monsieur mais attention aux retours de bâton….
    Bien cordialement
    DAVID

  3. Didier Delignières (Auteur de l'article)

    Bonjour David
    Merci pour ce commentaire. Ce texte est quand même publié sur le site de l’Ordre, et pas sur un blog personnel. Si l’un de nos diplômés publiait sur le site de la C3D qu’il avait la compétence pour réaliser des actes de kinésithérapie, son texte serait supprimé dans la minute et son auteur sévèrement remis à sa place. Ça c’est pour la déontologie.
    Nous reconnaissons pleinement les compétences des kinés et nous les respectons. Mais dire que ces compétences s’étendent à l’entraînement technique, à la préparation physique, à la préparation mentale, aux conseils en nutrition ou en équipement, c’est peut être exagéré. Ou bien nous n’avons pas la même définition de la notion de compétence professionnelle.
    Je n’apprécie que modérément la dernière phrase, c’est une menace ? En toute déontologie ?
    Bien cordialement

  4. Didier Delignières (Auteur de l'article)

    Bonjour Patrick
    Je connais évidemment cette formation. Je m’étonne d’ailleurs de ne pas la retrouver explicitement dans le code du sport, au sein des DEJEPS.
    Cordialement

  5. Thierry

    Bonjour Didier, rassurez-moi !!! Nous ne sommes pas ici en train de parler d’argent et d’égo ? Je connais un très grand nombre d’entraîneurs ( par ailleurs tous excellents) prodiguant à foison la conduite à tenir sur la nutrition ainsi que sur les lésions de l’appareil locomoteur !!! J’ai un doute concernant leurs diplômes dans ces différents domaines…
    Si nous parlons du bien-être de l’athlète, et j’espère que c’est le cas, rien ne m’empêche jusqu’à présent, de compter sur son extrême intelligence afin de se renseigner sur les compétences réelles de la personne lui proposant ses services.
    Thierry ( kinésithérapeute, ostéopathe, psycho-praticien et préparateur mental, diplomé pour les 4 disciplines mais qui ne m’en fait exempt de tous reproches pour autant ).

  6. Didier Delignières (Auteur de l'article)

    Bonsoir Thierry
    Ni ego, ni argent. Simplement un souci d’honnêteté vis-à-vis des étudiants et du public. En STAPS, nous formons des entraîneurs, ou des préparateurs physiques, ou des préparateurs mentaux, ou des enseignants en APA, ou des éducateurs sportifs, ou des ergonomes… (et d’autres encore, manageurs ou enseignants d’EPS). Chacun de nos étudiants s’oriente vers un de ces secteurs professionnels, et en acquiert les compétences nécessaires dans des parcours spécifiques de formation, en 3 ans (licence) ou en 5 ans (master).
    Alors quand je lis qu’un masseur-kinésithérapeute, en quatre années d’études (il n’est pas question dans l’article de formation complémentaire) parvient à maîtriser l’ensemble des métiers listés précédemment, je me dis qu’il y a tromperie sur la marchandise. Et quand je vois que cet article est publié sur le site de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes, j’ai vraiment l’impression que nous ne vivons pas sur la même planète.
    Félicitations par ailleurs pour votre quadruple formation…
    Bien cordialement

  7. Scheuer

    Je ne suis pas sûr que la charge horaire en fac et en ifmk soit la même.
    1800 h pour une licence staps contre 3450 h(2000 de cours) pour les kinés.
    Chiffres à vérifier (j’ai pris les premiers qui passaient).
    Merci bonne journée

  8. Nicolas Benguigui

    Bonjour Didier et Thierry et à tous et toutes
    Merci pour cet article et ces échanges !
    Si Thierry veut avoir quelques informations sur les questions d’argent dans les formations de kinésithérapie, je l’invite à lire cet article sur les frais de scolarité :
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2017/02/24/etudes-de-kine-des-frais-de-scolarite-qui-varient-entre-184-euros-et-9-200-euros-par-an_5085035_4401467.html
    Bonne lecture
    Nicolas Benguigui

  9. Alexandre Chifflot

    Bonjour à tous,

    Je pense qu il s agit plutôt ici de parler de respect. Il serait bien que les kines respectent les formations et les compétences délivrées par les STAPS. Il serait bien que les STAPS respectent les kines en admettant qu ils puissent avoir des compétences parfois similaires.

    Je trouve l article ci dessus très prétentieux. Si la personne citée a toutes les formations pour encadrer le futur marathonien ok il n y a aucun soucis mais cela me semble quand même exagéré de dire que le kine peut directement le faire. Je connais beaucoup de marathonien et quand j entends parler de leur préparation il me semble très prétentieux de laisser penser aux gens qu une seule personne peut les aider dans tout ces domaines. Il aurait peut être été bien que l article soit un peu plus ouvert et un peu plus honnête.

    Je ne serais jamais contre reconnaître qu un kine peut être meilleur que moi même sur des questions sportives si jamais c est le cas mais mettre ça sur le site de l ordre des kines je trouve que cela fait vraiment passer tous les autres professionnels pour des peintres.

    Pour moi là est tout le problème, chacun pense a sa formation, à sa corporation et dans un second temps on pense aux bénéficiaires de nos formations. Je travaille depuis un moment avec des kines et quand chacun s écoute chacun peut se comprendre et la personne prise en charge en retire les meilleurs bénéfices possibles. Quand par contre certains se prennent pour des super héros ou quand il y a des soucis d ego cela est plus préjudiciable pour tout le monde.

    Enfin bref ce long pavé pour inciter à un peu plus d humilité, de respect et de partage (et oui je sais je suis un bizounours mais ça changerait beaucoup de chose).

    Un enseignant en Activités Physiques Adaptées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *