L’Université, les STAPS, l’Education Physique et Sportive

Université

France Stratégie : une présentation bien caricaturale des STAPS

France Stratégie a publié en février 2019 un rapport intitulé « Vision prospective partagée des emplois et des compétences : Les métiers du sport ». Ce rapport présente des analyses tout à fait intéressantes sur les métiers du sport et leur évolution. On y apprend notamment qu’en 2017 les STAPS ont délivré 11 825 diplômes, contre 15 300 pour le ministère des Sports (BPJEPS majoritairement), et 6000 pour la branche professionnelle du sport (CQP). Les STAPS attirent des jeunes bacheliers en formation initiale, les BPJEPS et les CQP concernent des individus plus âgés et souvent déjà en situation d’emploi.

La présentation des formations en STAPS reste cependant étonnamment allusive et chargée d’a priori. Il est par exemple déclaré qu’en STAPS, « ce sont des jeunes en formation initiale dont une partie se destine aux métiers de l’enseignement des APS (préparation du concours) » (p. 13). Plus loin : « Cette filière prépare historiquement aux métiers de l’enseignement au sein de l’Éducation Nationale, mais elle s’est fortement diversifiée depuis » (p. 61). Et enfin : « pour faire face à la forte demande, toujours croissante, des jeunes bacheliers pour entrer dans la filière STAPS, les acteurs de cette filière cherchent à diversifier l’offre de formation vers des parcours autres que ceux de l’enseignement et de l’encadrement. Des licences « parcours management du sport » ont ainsi été développées,… » (p 65).

Si en effet lors de la création des UEREPS en 1974 la formation était uniquement finalisée par le professorat d’EPS, la diversification des filières a été initiée dès 1982 (il y a quand même 37 ans…). Les STAPS ne cherchent plus à diversifier l’offre de formation, cette diversification est installée depuis plusieurs décennies, et reconnue par les professionnels (sans quoi nous ne pourrions afficher les taux d’insertion professionnelle rappelés dans le rapport…).

A aucun moment les formations en Activité Physique Adaptée-Santé ne sont évoquées (à part de manière allusive, dans un tableau annexé p. 110), alors qu’elles représentent un pilier de l’offre de formation en STAPS, adossé sur une recherche spécifique. De même, la filière Education et Motricité est confinée dans la préparation aux concours de l’enseignement, quand la majeure partie des étudiants trouvent du travail dans le sport éducatif, auprès des associations et des collectivités locales. Les DEUST et Licences professionnelles proposées par les STAPS ne sont jamais présentées. On énonce complaisamment que les compétences des diplômés STAPS sont « parfois jugées trop généralistes », sans préciser de qui vient ce type de jugement ni rappeler les efforts réalisés depuis une vingtaine d’années pour aligner les contenus de formation en STAPS aux demandes des employeurs, autorisant ainsi l’inscription de la plupart des diplômes STAPS au Code du Sport.

Il est regrettable que dans un rapport censé éclairer les politiques de l’Etat, on donne une image partielle et dépassée de l’offre de formation du service public de l’enseignement supérieur.

Création de cinq mentions nationales de Licence STAPS

Dans un courrier daté du 6 mars 2019, le MESRI vient de nous annoncer qu’il acceptait la création de cinq mentions de licence STAPS :

  1. STAPS-Activité Physique Adaptée-Santé
  2. STAPS-Education et Motricité
  3. STAPS-Entraînement Sportif
  4. STAPS-Management du Sport
  5. STAPS-Ergonomie du Sport et Performance Motrice

Lors de la construction du cadre national des formations, en 2014, le nombre de mentions de Licence a été réduit à 45. Les STAPS ne disposaient plus que d’une seule mention, les anciennes spécialités étant devenues des parcours. Nous avons fait une demande officielle au Ministère le 17 mai 2018 pour l’obtention de cinq mentions, correspondant aux cinq spécialités précédentes. Les arguments étaient multiples :

(suite…)

Non, le concours enseignant n’a pas « vocation » à se dérouler en M2

1. Parce que ce serait sonner le glas de la formation professionnelle en master des futurs enseignants. Nous savons que les étudiants ne peuvent engager une véritable formation professionnelle qu’après être débarrassés de la barrière du concours,
2. Parce que les universités n’ont pas vocation à amener des étudiants à BAC+5 et à ne donner à une majorité d’entre eux qu’un diplôme n’offrant aucune perspective d’insertion professionnelle,
Nous pensons, contrairement aux déclarations du ministre de l’Education Nationale, que le concours enseignant n’a absolument pas vocation à se dérouler en M2. (suite…)

Approche par compétences et compensation

La pédagogie universitaire est essentiellement fondée sur ce que l’on peut appeler l’approche par les connaissances. Les enseignants font des cours au cours desquels chacun déverse les connaissances de sa discipline, et évaluent la capacité des étudiants à restituer ces connaissances lors des examens. Les enseignements sont généralement juxtaposés, indépendants, regroupés en « unités d’enseignement » dont la cohérence relève davantage d’un découpage administratif que d’une pertinence pédagogique. L’obtention du diplôme est décidée sur la base de la « restitution moyenne », en appliquant le principe de la compensation généralisée, entre enseignements, entre unités d’enseignement, entre semestres.

A l’heure actuelle une autre démarche se dessine, l’approche par les compétences. Cette évolution est principalement motivée par les perspectives de développement à l’université de la formation tout au long de la vie, et aussi par les exigences de professionnalisation des formations universitaires. A l’heure où l’on rentre dans une phase où les universités sont explicitement invitées à réfléchir leur offre de formation en termes de compétences, il est sans doute utile de revenir sur certaines questions qui ne manqueront pas de se poser. (suite…)

L’insertion professionnelle des diplômés de STAPS

La C3D a réalisé avec le GAREF[1] une enquête sur le parcours professionnel et/ou scolaire des étudiants diplômés en 2015-2016 d’un diplôme STAPS (DEUST, Licence 3 générale, Licence professionnelle, Master 2).

Cette enquête confirme les résultats des précédentes (voir notamment les enquêtes du CEREQ), mais en adoptant un grain d’analyse particulièrement fin (notamment pour des diplômes peu investigués auparavant, comme le DEUST ou la Licence). Pour les étudiants qui ont décidé de s’insérer professionnellement suite à l’obtention de leur diplôme, le taux d’emploi est de 84,5%, et atteint 91,5% pour les Masters.

Les diplômés STAPS ont cependant majoritairement poursuivi leurs études (62,5%), prioritairement en restant en STAPS (67,8%). Seuls les diplômés de Licences professionnelles ou de Master ont majoritairement mis un terme à leurs études après l’obtention du diplôme. (suite…)

Quels enseignements de spécialité quand on veut aller en STAPS ?

Les élèves de seconde doivent cette année choisir les trois enseignements de spécialité qu’ils suivront l’année prochaine en classe de Première. Ils doivent également choisir une option. Les établissements secondaires et les familles sont en attente d’informations afin d’éclairer ces choix de spécialité.

Dans certaines disciplines universitaires (par exemple Sciences ou Langues), on peut s’attendre évidemment à ce que certains enseignements de spécialités soient strictement requis. Il semble difficile pour les STAPS d’avoir une approche comparable. Les enseignements que nous proposons sont pluridisciplinaires (sciences de la vie, sciences humaines, sciences sociales), et nos étudiants présentent généralement des profils très divers. (suite…)

Postes aux concours de recrutement: statu quo, pour le moment…

C’est avec un soulagement certain que nous avons pris acte aujourd’hui du nombre de postes ouverts aux concours de recrutement en EPS en 2019: 650 postes au CAPEPS externe (630 en 2018), et 69 postes au CAFEP-CAPEPS (78  en 2018). Ces chiffres confirment des informations que nous avions pu recueillir ces dernières semaines.

Il est clair que nous nourrissions de vives inquiétudes, suite à l’annonce des Jean-Michel Blanquer sur les suppressions de postes dans l’enseignement secondaire. Notons quand même que si l’EPS ne s’en tire pas trop mal, d’autres disciplines  sont touchées par des baisses significatives (voir le post de François Jarraud sur le Café Pédagogique).

Si ces chiffres devraient rassurer les candidats de cette année, les inquiétudes demeurent sur le moyen terme. On peut craindre que la réforme du lycée, lorsqu’elle sera entièrement déployée, génère une baisse brutale des recrutements. Par ailleurs, la réforme actuellement en débat sur la formation initiale laisse entrevoir des tentations inquiétantes: reprise en main des ESPE par les rectorats, réduction des exigences universitaires, exploitation des stagiaires de master et des reçus-collés du master pour combler les déficits locaux, régionalisation des recrutements.

Les décisions qui seront prises dans les mois qui viennent risquent de bouleverser le paysage de la formation et du recrutement des enseignants. Les STAPS seront particulièrement affectées, notamment la Licence Education et Motricité qui conserve (pour le moment) une forte attractivité, mais qui pourrait voir un de ses débouchés emblématiques se tarir.

ParcourSup : la fin des pièces justificatives ?

Frédérique Vidal avait au mois de septembre évoqué l’anonymisation des dossiers de candidatures sur la plate-forme ParcourSup, en évoquant des craintes de discrimination d’accès dans l’enseignement supérieur. Visiblement cette idée a poursuivi son chemin, puisque l’on vient de nous informer que le dépôt de pièces justificatives (nécessairement nominatives) ne serait sans doute plus possible cette année sur la plate-forme. (suite…)

Un premier bilan de ParcourSup en Licence STAPS

Un mois après la rentrée universitaire, nous sommes en mesure de proposer un premier bilan de la nouvelle procédure d’admission. Basé sur des données collectées auprès des UFR et départements STAPS, ce bilan tente de dresser un bilan objectif, loin des discours angéliques des uns et des diatribes caricaturales des autres.

L’enquête que nous avons réalisée porte surtout sur la composition des promotions de licence 1 à la rentrée 2018 et a été renseignée par 43 structures. Ces résultats concernent 17392 places de Licence 1 sur 18513, soit 93.9% de la capacité nationale. Les parcours particuliers (kiné, équitation, ENS, etc.) n’ont pas été comptabilisés. L’enquête fait apparaître des évolutions marquées. La première ligne du tableau suivant correspond aux statistiques APB de l’année 2017 (les candidats ayant été tirés au sort, on fait l’hypothèse que la composition des promotions de licence 1 était similaire à celle des candidats), la seconde aux candidats ayant postulé à une licence STAPS en 2018 sur ParcourSup, et la dernière aux candidats ayant accepté la proposition.

% Filles

% Bac S

% Bac ES

% Bac L

%Bac Techno

% Bac Pro

APB 2017

28.0

44.8

23.2

2.8

19.4

5.9

Candidats 2018

29.8

52.2

24.6

2.5

16.9

4.3

Admis 2018

30.9

53.3

26.7

2.6

15.7

3.9

(suite…)

Une anonymisation de ParcourSup ?

Le ministère a récemment évoqué l’hypothèse de l’anonymisation des dossiers de candidatures sur la plate-forme ParcourSup en 2019 (voir ici). Frédérique Vidal évoque notamment « les craintes de discrimination d’accès dans l’enseignement supérieur ». Anonymiser les dossiers, comme on anonymise les CV pour les recrutements, pour éviter les évictions à l’origine géographique, au faciès ou aux consonances de patronymes.

On peut en effet imaginer que certaines formations profitent opportunément du classement des candidats pour privilégier certains établissements d’origine, bloquant toute perspective aux élèves issus de milieux moins favorisés. La C3D STAPS a anticipé cette tentation en annonçant clairement que l’établissement d’origine ne serait pas pris en compte dans le classement des candidats à la Licence, et en privilégiant la préférence académique, afin de ne pas mettre en concurrence les centres de formation.

Par ailleurs, pour dépasser un classement qui ne porterait que sur les résultats scolaires, nous avons également proposé des critères liés aux investissements sportifs, associatifs, et citoyens, attestés évidemment par des pièces justificatives déposées par les candidats. Difficile dans ce cas d’imaginer d’anonymiser ces pièces, faute de quoi aucune vérification ne serait envisageable. On a un peu de mal, dès lors, de comprendre ce que pourrait être l’anonymisation partielle évoquée par Frédérique Vidal.

Enfin il est surprenant de répéter d’un côté l’exigence de « mettre de l’humain » dans la procédure de classement des candidatures, et d’un autre d’envisager de rendre cette procédure anonyme. Mieux vaudrait sans doute passer par un rappel (très) appuyé aux responsables de formation de leurs missions de service public que par une anonymisation brutale.

Libres propos sur ParcourSup et le Plan Etudiants

On a assisté, lors de la préparation et de la mise en place du Plan Etudiants, à des débats passionnés, souvent aveuglés par des analyses binaires ou des postulats idéologiques. Ces discussions ont tourné de manière assez anarchique autour de deux questions. Une première est de nature philosophique : tout lycéen titulaire du baccalauréat peut-il poursuivre les études universitaires de son choix ? La seconde est de nature plus technique : est-il possible de classer les candidatures, dans une filière donnée, sur la base des informations disponibles sur ParcourSup ? On a souvent eu tendance à répondre à la première question en argumentant à partir de la seconde, et vice-versa. Or on aura compris qu’en fonction de la réponse apportée à la première, la seconde n’a pas vocation à être posée. Tentons de reprendre ces questions de manière plus ordonnée. Les réflexions qui suivent sont évidemment orientées par mon positionnement, en charge pour la C3D STAPS d’une discipline universitaire connaissant une forte tension, et chargée de spécificités assez particulières. (suite…)

ParcourSup va-t-il vraiment « sélectionner » les étudiants ?

Dans les disciplines en tension, évidemment. Inutile de se voiler la face. Mais le nombre de disciplines en tension n’est pas si élevé que cela, et c’est surtout les STAPS qui sont en première ligne. Donc je ne vois pas la sélection comme un processus installé et généralisé. Je voudrais surtout ici sortir des slogans trop évidents et trop faciles sur la « sélection », pour revenir à une évaluation un peu plus rationnelle des nouvelles procédures d’entrée à l’université. Il me semble que d’une manière générale, ParcourSup a pour principale vertu de mieux informer les candidats, et d’éviter les orientations hasardeuses.

L’objectif principal était de sortir de l’ineptie du tirage au sort qui sélectionnait certains candidats incapables de suivre des études universitaires, et laissait sur le carreau des candidats préparés, désespérés de voir leurs projets s’envoler. Tous ceux que nous avons rencontrés dans les Salons et Journées Portes Ouvertes (les lycéens et leurs familles) se sont félicités de cette nouvelle procédure. (suite…)

ParcourSup : Une lettre de motivation pour STAPS à 40 €

Christel Brigaudeau, journaliste au Parisien, s’est procurée sur un site internet une lettre de motivation personnalisée pour candidater via ParcourSup à la Licence STAPS (voir l’article publié sur le site du Parisien). Prix de la prestation : une quarantaine d’euros. Nous reproduisons à la fin de ce billet cette lettre de motivation, qu’elle nous a aimablement communiquée. Nous incitons évidemment les candidats à s’en inspirer. Cela permettra de casser les prix de ce type de prestation. Prenez quand même en compte les commentaires qui suivent… (suite…)

Plan Etudiants : malaises et incertitudes

A l’heure de la clôture de ParcourSup, les gazettes font leurs choux gras des difficultés que les universités vont certainement rencontrer dans le traitement de ces candidatures. Le Conseil d’Administration de la C3D s’est réuni ce jour et a continué sa réflexion sur la procédure que les STAPS envisagent de mettre en place pour classer les candidats. Je pense qu’on s’en sortira sans trop de problèmes…

Par contre nous sentons poindre d’autres sujets de crispation, qu’il ne faudrait pas occulter. Rappelons que le Plan Etudiants comprenait trois volets nécessairement complémentaires :

  • La suppression du tirage au sort
  • L’accroissement des capacités d’accueil dans les disciplines en tension
  • L’amélioration de la réussite des étudiants, notamment par la mise en place de parcours adaptés

(suite…)

720 € pour « booster » son dossier ParcourSup

L’École des métiers du service, du commerce et de l’accueil (EMSCA) avait déjà lancé à la rentrée 2015 une préparation privée aux études de STAPS. Pour un peu plus de 6000€, les stagiaires pouvaient suivre des enseignements théoriques et sportifs supposés leur permettre de réussir leurs études en STAPS. Il était également susurré que les préparationnaires pourraient plus facilement intégrer l’université, ce qui ne manquait pas d’air puisque l’entrée en Licence STAPS était alors soumise à tirage au sort. Quand ils veulent attirer le chaland, les escrocs ne reculent devant rien.

L’EMSCA remet ça cette année, en ajoutant une nouvelle formule : un stage de 10 jours, facturé 720 €, pour « booster » son dossier sur ParcourSup. Le site internet de cette « Ecole » ne fait pas dans la dentelle : « Afin de vous donner toutes les chances d’être retenu(e), votre livret scolaire doit être excellent. Par ailleurs,  le CV et la lettre de motivation que vous allez envoyer aux recruteurs via la nouvelle plateforme ParcourSup devront illustrer votre parcours sportif mais aussi votre motivation sans faille. C’est pour bien vous préparer et ajouter sur votre CV cette expérience qui fera toute la différence aux yeux des recruteurs que nous vous proposons de participer pendant les vacances scolaires à l’un de nos stages PREPA STAPS ». (suite…)

Non, le BAFA n’est pas exigé pour rentrer en Licence STAPS…

Une dépêche AEF du 8 février 2018 rend compte des débats qui ont eu lieu au Sénat lors de la discussion sur la loi « orientation et réussite des étudiants ». Il y est notamment rapporté une déclaration de Pierre Ouzoulias, sénateur du groupe communiste : « Il est anormal qu’une université demande le BAFA dans ses attendus, comme c’est le cas par exemple à Montpellier« . Puisque cette rumeur revient régulièrement dans les déclarations des uns et des autres (journalistes, parlementaires, associations étudiantes), je souhaiterais faire une mise au point qui je l’espère sera lue, comprise et diffusée. (suite…)

Des filières en tension qui n’ont pas ou peu de débouchés…

Un article du Monde du 7 février 2018 rapporte les déclarations du sénateur Jacques Grosperrin (LR), qui propose que les universités ajustent leurs capacités d’accueil en fonction de leurs taux de réussite et d’insertion professionnelle. Il ajoute qu’il y a « des filières en tension qui n’ont pas ou peu de débouchés », en prenant comme exemple les STAPS.

Je dois dire que je ne m’attendais pas à de tels propos de la part d’un membre de la représentation nationale, qui a pris par ailleurs le temps de largement consulter avant de se prononcer sur le projet de loi (la C3D STAPS a d’ailleurs été auditionnée le 16 janvier par un groupe de sénateurs présidé par M. Grosperrin). Soulignons par ailleurs que M. Grosperrin devrait bien connaître le sujet, ayant donné des enseignements en STAPS à l’université de Besançon. (suite…)

STAPS : 3200 places supplémentaires, 90 créations de postes d’enseignants

La mise en œuvre du Plan Etudiants, en ce qui concerne les STAPS, est l’objet de multiples rumeurs, souvent erronées ou détournées à fins politiques. La plate-forme ParcourSup elle-même comporte quelques erreurs, qui devraient être rapidement corrigées. Enfin, la C3D avait explicitement recommandé la prudence aux directeurs STAPS dans l’affichage de leurs capacités d’accueil, tant qu’ils n’obtiendraient pas l’assurance des moyens qui leur seraient accordés. Les données présentées ici ont été directement collectées auprès des directeurs d’UFR ou département STAPS, a priori les mieux placés pour fournir des données objectives et actualisées.

Il faut savoir cependant que les négociations sont toujours en cours dans les rectorats et les universités, et dans des conditions très différentes d’une académie à l’autre. Dans certaines académies les moyens ont été actés très rapidement et les postes pourront être publiés lors de la campagne synchronisée, plus souvent les recrutements ne pourront être réalisés qu’au fil de l’eau. Enfin dans certaines universités les budgets alloués ne semblent pas suffisants pour assurer des recrutements pérennes et l’on s’oriente plutôt vers le recrutement de contractuels. Les chiffres que nous donnons doivent donc être considérés avec précaution. Ils peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse, mais donnent une image de la situation actuelle. (suite…)

ParcourSup: 2000 places supplémentaires en STAPS

A l’ouverture de ParcourSup le 22 janvier, on relève une capacité d’accueil de 19368 places en Licence 1, contre 17713 l’année dernière, et 806 places en DEUST STAPS, contre 472. C’est donc en tout 1989 places supplémentaires qui seront offertes aux candidats en première année universitaire. Cet accroissement des capacités d’accueil est en partie réalisée par l’ouverture de nouveaux centres de formation, à Bourges, Nîmes, Montbéliard et Vichy, et par un effort conséquent réalisé par les structures existantes. Les UFR et départements STAPS réalisent ainsi en grande partie les objectifs fixés par le groupe de travail présidé par Thierry Terret, qui avait planché sur ce sujet au mois de novembre.

La C3D avait conseillé la prudence aux directeurs, dans l’attente des moyens en postes d’enseignants supposés accompagner le Plan Etudiant. Il semble que beaucoup aient reçu suffisamment de garanties. Ces chiffres pourraient encore évoluer, dans la mesure où dans certaines académies la répartition des moyens n’est pas encore définitivement actée.

Il convient cependant de rester vigilants: certains moyens attribués ne sont que des emplois temporaires, attribuables à des personnels contractuels ou à des ATER. Seront-ils à terme transformés en emplois pérennes d’enseignants? Les demandes de personnels administratifs ont rarement été satisfaites, or de nombreuses composantes sont cruellement déficitaires à ce niveau. Une seconde enveloppe budgétaire devrait être dévolue à l’accompagnement pédagogique de ces nouveaux étudiants: elle devra être ciblée sur les formations qui ont accepté d’accroître leurs capacités d’accueil. Enfin, cet accroissement des effectifs de première année, associé à une meilleure orientation des étudiants devrait déboucher sur de meilleurs taux de réussite. On doit s’attendre l’année prochaine à une forte pression en seconde année. Nous aurons besoin aussi de moyens pour y faire face.

 

Capacités d’accueil en STAPS : Chat échaudé craint l’eau froide…

La C3D l’a annoncé dès juin 2017, suite à son séminaire de Rodez : « Il n’est pas question de réduire les capacités d’accueil actuelles, et nous les augmenterons dès que les moyens qui nous seront alloués l’autoriseront »[1]. Si nous avons activement défendu l’idée de la prise en compte de compétences attendues pour parfaire l’orientation des étudiants dans l’enseignement supérieur, nous avons aussi affirmé clairement que pour que cette orientation ne se transforme pas en sélection brutale, il était nécessaire d’augmenter les capacités d’accueil dans les formations existantes (en premier lieu en Licence STAPS), mais aussi de diversifier l’offre de formation par l’ouverture de nouveaux parcours (notamment des DEUST).

Le groupe de travail piloté au cours du mois de novembre par Thierry Terret s’était fixé des objectifs ambitieux : il s’agissait de créer plusieurs milliers de nouvelles places dans les formations aux métiers du sport et de l’activité physique. Il était proposé que tous contribuent à cet effort : l’université en premier lieu, mais aussi l’Education Nationale par la création de BTS et de mentions complémentaires, et le Ministère des Sports par une ouverture de ses formations à la formation initiale. Dans les projections initiales, les UFR et départements STAPS devaient proposer près de 5500 nouvelles places aux néo-bacheliers, d’ici la rentrée 2019, soit par l’accroissement des capacités des formations existantes, soit par création de nouvelles structures dans les académies déficitaires. (suite…)