Bonnes résolutions doctorales !

p1b5e91jpjfb5m0f1b7bsqk1sma4
En ce début d’année 2017, peut-on avoir un peu d’« espoir » pour sortir le doctorat du côté obscur comme l’espère feu la princesse Leia (à qui nous rendons hommage) à la fin du film « Rogue One : A Star Wars Story » sorti fin 2016 ?
Espérons que nos politiques sauront prendre de bonnes résolutions pour cette nouvelle année.
La nôtre consistera à continuer de suivre l’actualité sociale, économique et surtout politique du doctorat et en particulier la campagne présidentielle qui a déjà largement commencé.
Et cela va commencer par une petite série d’articles en 7 épisodes intitulée « Que sont-ils devenus ? ».
En attendant, nous vous souhaitons une bonne année doctorale !
Doctrix team

Leave a Comment

Filed under Non classé

Primaire de la droite et du centre : consensus d’Alain Juppé et Francois Fillon sur la valorisation du doctorat dans les administrations et les entreprises

Les deux candidats au second tour de la « Primaire de la droite et du centre » ce sont intéressés au doctorat. Avant d’aller éventuellement voter dimanche 27 novembre 2016, voici ce qu’ils ont mis dans leurs programmes :

primaire-droite-huit-candidats-en-piste-pour-le-show-televise_0

 

 

(sauf que Mariton n’a pas pu faire le 1er tour !) Continue reading

Leave a Comment

Filed under Dans la politique, Les présidentielles, Nos actu

Les préjugés sur le doctorat, parlons-en !

Dr trouvetou

Les préjugés sont nécessaires à la vie, on ne peut pas douter de tout chaque seconde ! Néanmoins, il est préférable de remettre en question les préjugés qui sont faux. C’est le métier des scientifiques.

Or, certains préjugés continuent de se reproduire concernant les doctorants et docteurs eux-mêmes. En voici sept que nous allons contextualiser et critiquer :

 

-1) des rats de bibliothèques

Oui, il faut lire beaucoup pour réaliser une thèse car il faut savoir ce qui a déjà été écrit pour innover. Compte-tenu de la numérisation des archives et des ouvrages, les bibliothèques ont perdu de l’importance ces dernières années.

-2) des geeks

Oui, il faut utiliser beaucoup son ordinateur pour retranscrire des entretiens, utiliser des logiciels, préparer des conférences, rédiger une thèse. Aujourd’hui les compétences techniques, informatiques et numériques sont de plus en plus valorisées.

-3) des Géo Trouvetou ou professeur Nimbus

Oui, les doctorants et docteurs sont particulièrement innovants et sont capables de trouver des solutions à des problèmes complexes. Mais il suffit de regarder les nombreuses vidéos sur internet pour voir que les doctorants et docteurs sont des jeunes comme les autres.

-4) des Tanguy ou étudiants attardés

Oui, le doctorat demande un certain temps pour être réalisé compte-tenu des exigences scientifiques de la thèse de doctorat. Cette expérience intellectuelle que constitue le doctorat est dépendante des conditions matérielles et humaines. Par ailleurs, oui les doctorants et docteurs ont un appétit d’apprentissage et de connaissance particulièrement développé, mais la recherche et l’enseignement sont des métiers comme les autres.

-5) des solitaires

Oui, il y a beaucoup de travail à faire seul quand on fait une thèse de doctorat, mais les doctorant(e)s sont aussi contents quand ils se rencontrent et peuvent discuter avec des personnes ayant les mêmes problématiques, les mêmes objets de recherche, ou les mêmes trajectoires… Aujourd’hui la relation bicéphale entre le doctorant et son directeur de thèse est de moins en moins vraies. Il y a toujours plus d’institutionnalisation du doctorat avec l’école doctorales, le Conseil de l’école doctorale, le Comité de suivi, les formations…

-6) des extraterrestres ésotériques

Oui, les doctorants doivent prendre en main des concepts et problématiques complexes pour développer des analyses. Si leurs travaux étaient très simples à comprendre, on pourrait se demander en quoi ils peuvent faire avancer la science. Par ailleurs, ceux qui lisent la presse écrite et les blogs, écoutent la radio et la télévisions sont bien contents d’avoir des éclaircissements sur des phénomènes sociaux, économiques, naturelles… complexes.

-7) des improductifs

Oui, il est parfois difficile de mesurer la valeur ajoutée économique immédiate d’une thèse de doctorat – quand il n’y a pas, par exemple, de brevet à la clé – comme dans tout système éducatif. Aider à comprendre le monde est moins directement utile que de le nourrir par exemple, même si la possibilité de nourrir le monde est dépendante de la recherche agronomique. Et d’une part la mesure économique et à court terme n’est pas la seule mesure possible, comme on a pu le voir dans les travaux de la commission Stiglitz-Sen-Fitoussi, d’autre part elle peut même être dangereuse si c’est le seul critère utilisé car les humains ne doivent pas être réduits ni à des chiffres, ni à de l’économique, ni à des machines.

Vous en connaissez d’autres, racontez-nous !

2 Comments

Filed under Non classé

Les docteurs de la Commission européenne : peut mieux faire…

commission européenne

Un préjugé veut que le doctorat serait mieux valorisé au niveau international. Nous l’avions d’ailleurs observé à propos des députés français au Parlement européen. Mais qu’en est-il au niveau de la Commission européenne de Jean-Claude Jucker ?

Depuis l’adhésion à l’Union de la Croatie et la nomination de Neven Mimica chargé de la protection des consommateurs, le nombre de commissaires est de 28 membres.

Or, nous n’avons trouvé que 6 docteurs commissaires européen (dont un docteur d’exercice et un docteur ayant plagié sur une partie de sa thèse), contre 5 dans le gouvernement Valls qui comprend 20 ministres et secrétaire d’Etat.

 

– 1) Dr. Kristalina Georgieva, vice-présidente de la Commission européenne en charge du budget et ressources humaines a soutenu une thèse en sciences économiques intitulée « Екологични политики и икономически растеж в САЩ » [Les politiques environnementales et de croissance économique aux États-Unis] à Université de nationale et économie mondiale de Sofia en 1986.

 

– 2) Dr. Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne en charge de l’énergie, a soutenu une thèse de doctorat en droit international et européen à l’Université Comenius de Bratislava en 2000.

 

– 3) Dr. Johannes Hahn, Commissaire en charge de la politique européenne de voisinage et négociations d’élargissement, a soutenu une thèse de doctorat intitulée « Die Perspektiven der Philosophie heute, dargestellt am Phänomen Stadt [Les perspectives de la philosophie aujourd’hui, un phénomène est illustré dans la ville] » à l’Université de Vienne en 1987. En février 2011, le parlementaire vert Peter Pilz a demandé à Stefan Weber d’évaluer la thèse de Hahn suite à une polémique à propos d’un éventuel plagiat. Fin mai, le groupe d’experts a publié ses conclusions, énumérant 76 cas de plagiat, qui représentent ensemble au moins 17,2% des 254 pages de la thèse de doctorat (76 fragments de plagiat sur 64 pages). Hahn a nié les accusations et a affirmé que les cas de plagiat étaient « politiquement motivés, guère surprenants et non pertinents ».

 

– 4) Dr. Cecilia Malmström, commissaire chargée du commerce, a soutenu une thèse de doctorat de science politique intitulée « Regionen, makten och härligheten : regionala partier i Västeuropa [La région, le pouvoir et la gloire : partis régionaux dans l’Europe de l’Ouest] » à l’Université de Göteborg en 1998.

 

– 5) Vytenis Andriukaitis, commissaire en charge de la santé et la sécurité alimentaire, est diplômé d’un doctorat de médecine de l’Institut de médecine de Kaunas en 1975.

 

– 6) Dr. Tibor Navracsics, commissaire en charge de l’Éducation, culture, jeunesse et sport, a soutenu une thèse de doctorat en science politique intitulée « Európai belpolitika: az Európai Unió politikatudományi elemzése [Politique intérieure européenne : Analyse politique Sciences de l’Union européenne] » à l’Université Loránd Eötvös en 2000. Ce diplôme n’est pas indiqué sur son CV officiel.

Notons que les docteurs sont plutôt originaires de l’Est de l’Europe et que Carlos Moedas, qui est le commissaire en charge de la recherche, science et innovation, n’a pas de doctorat…

Espérons que le futur départ de Jonathan Hill (commissaire anglais en charge de la Stabilité financière, Services financiers et Union du marché des capitaux) suite au Brexit entraînera l’arrivée massive de docteurs…

Leave a Comment

Filed under Dans la politique, Les européennes

Le doctorat pour « tous », ça existe déjà !

photo_ceremonie_webLe nouvel arrêté du 27 mai 2016 sur doctorat de mai 2016 déchaîne les passions et les erreurs !

« Demain, sans avoir aucunement repoussé les limites du savoir existant, n’importe quel membre d’une caste républicaine dominante pourra usurper ce qui revient de droit aux petites mains laborieuses de la recherche scientifique. » selon Idriss J. Aberkane « il ne sera d’ailleurs plus nécessaire d’avoir obtenu un master qui attestait une compétence en matière de recherche pour pouvoir s’inscrire en thèse » selon Eric AnceauFrançois Garçon prévoit qu’ « Au sortir de leur « soutenance de travaux », ingénieurs, diplômés d’écoles de commerce et hauts fonctionnaires, tous, sans savoir même ce qu’est la recherche, sans en avoir jamais fait, ajouteront pompeusement sur leur carte de visite les trois lettres magiques, « Ph.D ». » « Il vous suffira bientôt, à côté d’un mémoire hâtif, d’un « portfolio » exaltant vos « activités », comme la validation de « modules professionnalisants », dont le terme, mais pas l’idée, a été retiré de l’arrêté. » selon Jean-Noël Luc et Serge Sur.

Mais la VAE doctorale existait déjà comme l’ont expliqué Émilien Ruiz et Mix Lamalice.

Par ailleurs les « doctorats professionnels », « executive doctorate » ou « doctorats appliqués », l’« Executive Doctorate in Business Administration », le « Doctorate of Business Administration » se multiplient depuis quelque temps. Le Professeur et docteur Dominique Desjeux présente à Doctrix le « doctorat professionnel » qu’il a créé à l’Université Paris V Descartes :

 

Enfin, ceux qui ont concouru pour devenir enseignant-chercheur ou chercheur dans un établissement universitaire et de recherche savant qu’il existe des équivalences qui permettent de candidater sans être docteur…

Ainsi, le sociologue philosophe Edgar Morin est entré au CNRS en 1950 et y est devenu directeur de recherche sans avoir obtenu de doctorat (Il par ailleurs Docteur honoris causa de plus de 14 universités.) comme il l’explique à Doctrix :

Le sociologue et homme politique Jean-Louis Missika a enseigné la sociologie des médias à l’Institut d’études politiques de Paris dans le cadre du DEA d’Études politiques à partir de 1984. Il a obtenu la prestigieuse chaire d' »économie et gestion de l’industrie numérique et des nouveaux médias » du CNAM en tant que professeur en 2011 (mais sa nomination a été annulée en justice pour vice de procédure). Voici un long entretien pour Doctrix où il nous parle de ses actions envers les doctorants et les docteurs qu’il a mis en place en tant que chargé de l’innovation, de la recherche et des universités (à partir de mars 2008 jusqu’à 2014).

Et ne parlons pas des doctor honoris causa qui sont distribués comme des petits pains ! Voici l’exemple de Bartholomée Ier de Constantinople qui est devenu doctor honoris causa à l’Institut Catholique de Paris le 30 janvier 2014.

1 Comment

Filed under Loi ESR, Non classé