NDA et le doctorat

Dans la 13e proposition sur l’Investissement dans l’innovation et la recherche, Nicolas Dupont-Aignan (NDA), candidat sous l’étiquette Debout la République propose « de faire du doctorat un diplôme garant d’une formation et de réajuster la grille de la fonction publique en conséquence ».

Il nous a adressé un courriel développant ses deux propositions accompagnées de nouvelles. Nous publions en exclusivité les passages ayant directement trait au doctorat.

Madame, Monsieur,

Il a été porté à mon attention que vous sollicitiez les candidats à la présidence de la République pour connaître leurs projets concernant la recherche, le savoir et l’innovation. En pleine campagne, le temps dont je dispose est infime mais l’importance du sujet me fait apparaître comme indispensable de prendre le temps de vous faire part de mes positions.

(…)

Les Ecoles Doctorales doivent avoir un rôle très important dans ce partenariat entre les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche par l’intermédiaire des laboratoires de recherche.

Le contrat doctoral qui existe dans nombreuses écoles doctorales doit être généralisé. Ainsi, définir le minimum versé, les conditions et la protection sociale devant être garantis et ne pas autoriser la thèse si ce minimum n’est pas garanti. La durée de la thèse dépend aussi des domaines de recherche. Elle doit être de la responsabilité de l’Ecole Doctorale et du laboratoire, avec dans tous les cas la couverture par un contrat.

Le niveau du doctorat doit être relevé. La valeur du doctorat doit être reconnue comme diplôme garant d’une formation professionnelle et l’échelle de la fonction publique modifiée en conséquence.

Du doctorat doit disparaître tout enseignement, le doctorant devant se consacrer à la recherche et à la formation, sans cumul d’emplois sauf cas exceptionnel. Les Contrats à Durée Déterminée et les vacations ne doivent être utilisés que pour des postdocs d’enseignement ou de recherche, après le doctorat, ou pour des emplois temporaires sur des projets de recherche, mais pas en substitut des emplois permanents de la recherche et de l’enseignement.

L’habilitation à diriger les recherches doit être une garantie d’aptitude au compagnonnage et au management. La soutenance actuelle doit par conséquent être remplacée par un examen devant une commission après soumission d’une notice élargie de titres, travaux, contrats, collaborations, activités et management.

Enfin, il est essentiel d’établir des passerelles entre entreprises, laboratoires et établissements d’enseignement de façon à instaurer la confiance réciproque par la connaissance mutuelle. Par exemple, après évaluation des commissions concernées, ouvrir l’enseignement et la recherche publique, à des chercheurs industriels d’une entreprise privée souhaitant être en détachement temporaire dans le public. Réciproquement, ouvrir, sur évaluation par les commissions concernées, un détachement temporaire d’enseignement ou de Recherche & Développement en entreprise à un ingénieur ou un chercheur du public.

(…)

Cordialement.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Candidat à la présidence de la République

Député de l’Essonne – Maire d’Yerres

Pour Doctrix2012, nous avons aussi interviewé :

  • Monique Calvo-Dahlborg, docteure en sciences des matériaux, chargée de recherche au CNRS
  • Guillaume Nolin, docteur en mécanique des fluides, ingénieur de recherche dans le secteur de l’énergie

Info en +

  • le courriel de Nicolas Dupont-Aignan in extenso (PDF)
  • le site de campagne de Nicolas Dupont-Aignan
  • le compte Twitter @dupontaignan
Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Les présidentielles, Loi ESR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.