2014, l’année des MOOCs ?

En ce début d’année 2014 et alors que les universités traversent des périodes budgétaires délicates, la ministre de l’ESR poursuit sur la lancée MOOC.

Après les Etats-Unis (Coursera, edX et Udacity), la Chine (XuetangX), le Royaume-Uni (Futurelearn), l’Espagne (Miriadax) et l’Australie (Open2Study), la première vague française a commencé et le ministre met en avant ses chiffres prometteurs :

  • 88 000 utilisateurs inscrits à un MOOC au 10/01/14

  • 1 600 000 pages vues sur la plateforme FUN

  • Des inscrits qui se trouvent majoritairement en France (86% des inscrits se trouvent en France, 7% en Afrique et 5% sur le continent américain.)

On est tout de même assez loin des chiffres américains :1,7 millions d’inscrits pour le leader du marché Coursera, crée en avril 2012.  A la vue de ces chiffres, on peut se demander si  les MOOCs seront des outils de démocratisation du savoir (alors que selon François Taddéi, “la dernière enquête Pisa de l’OCDE a montré que le système universitaire français est le plus inégalitaire du monde développé ») ou un gadget numérique à la mode qui ne servira pas aux étudiants qui représentent seulement 15% des participants ?

Selon des données recueillies par Katy Jordan, une doctorante de l’Open University, 7% des participants inscrits à un cours sur la plus importante plateforme de cours universitaires en ligne (Coursera) vont jusqu’au bout tandis qu’une étude publiée en décembre 2013 par la Graduate school of education de l’Université Penn aux États-Unis, montre que seulement la moitié des inscrits ont suivi au moins un cours magistral et seulement 4 % d’entre eux sont allés au bout du cursus avec un fort abandon au bout d’une ou deux semaines (lire les explications de Matthieu Cisel sur son blog à ce sujet).

On sait également que pour cette première vague 25 MOOCs sont ouverts aux inscriptions. Parmi eux, trois se disputent le haut du panier :

On peut s’étonner du choix des premiers participants, ceux-ci semblent majoritairement se diriger vers des programmes de développement personnel!

Pour voir comment cela se passe concrètement dans les universités, nous avons interviewé Jean-Claude Hunsinger, DSI chez Université Paris II Panthéon-Assas.

[embedplusvideo height= »281″ width= »500″ editlink= »http://bit.ly/1hDh0nS » standard= »http://www.youtube.com/v/lCihJSrUWMU?fs=1″ vars= »ytid=lCihJSrUWMU&width=500&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep6141″ /]

JC Hunsinger nous explique ainsi que les MOOCs payants existent déjà depuis quelque temps à Assas, mais sous la forme de véritables cours. Les MOOCs FUN seront en fait des conférences des principaux professeurs de l’université à destination des participants de niveau d’étudiants de première année de droit. Ces conférences FUN sont donc conçus comme des “produits d’appel” pour amener les usagers vers de véritables inscriptions cette fois-ci payantes !

Au-delà des préoccupations d’impact, les Moocs posent aussi des questions de liberté pédagogique, de déshumanisation de l’enseignement, de fracture socio-économique numérique, de réduction des effectifs, de personnel disponible et formé, de manque d’efficience, de modèle économique (gratuit ou non, publicité ou non), de concurrence exacerbée entre les institutions d’enseignement supérieur,  que souligne le Collectif anti-Moocs, créé par trois syndicats étudiants et enseignants (Solidaires étudiants, la CGT FERC-SUP, l’UNEF) après la création d’un Mooc par l’École normale supérieure de Cachan et auquel Mathieu Cisel a en partie répondu.

Les MOOCs ne vont-ils pas profiter aux universités, enseignants, étudiants, entreprises… les mieux dotés d’un point de vue socio-économique et culturel ? Est-ce que le MOOCs ne seront pas simplement un instrument de marketing coûteux pour les universités ?

Réponse dans un article du JDN :Un rapport de Moody’s prédit que la hausse des MOOCs pourrait aider les grandes universités à atteindre davantage d’étudiants, renforcer leur réputation et éventuellement générer des revenus en distribuant du contenu ou en délivrant des certifications.“

En France en 2013, plusieurs levées de fonds dans ce secteur peuvent en attester. LearningShelter avait reçu 200 000 euros en juin, juste après un tour de table de 3 millions d’euros de digiSchool. En octobre 2013, 360Learning recevait pour sa part 1,2 million d’euros.
Il semblerait que l’on perde donc de vu l’éducation ouverte et diffusée à tous et toutes.

Plutôt que du marketing, ne pourrions-nous pas imaginer une université numérique :

  • ouverte : des MOOCs accessibles gratuitement de façon permanente et pour tout le monde sans inscription
  • interactive : avec une utilisation au niveau de la production (les MOOCs pourraient être produits par des étudiants encadrés par les doctorants et docteurs chargés de TD et de travaux pratiques) et de la réception (les MOOCs pourraient être utilisés dans la préparation des cours, travaux dirigés et pratiques gérés par les doctorants et docteurs ; les doctorants pourraient suivre des formations à la recherche, à l’enseignement, à la gestion de projet, citer les MOOCs dans leur publications…)
  • intermédiatique : où l’on pourrait trouver des connections avec tous les médias liés à l’enseignement supérieur et la recherche : TV et Radios universitaires, les radios Campus, Cinaps, INA, Canal-U, France Télévision, Radio France…
  • hétérogène : où seraient diffusées les activités de l’enseignement supérieur et la recherche qui pourraient faire l’objet de rediffusion : l’Université de tous les savoirs, l’université populaire, le collège de France, les colloques, séminaires, ateliers scientifiques, les soutenances de thèse ou de HDR, les agrégations…

Des liens pour aller plus loin :

Be Sociable, Share!

6 Comments

Filed under Dans les universités

6 Responses to 2014, l’année des MOOCs ?

  1. Pingback: Sebastien Poulain : « Postmodernité et postradiomorphoses : contexte, enjeux et limites » – La Radio du Futur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.