Les docteurs eurodéputés français 2014-2019

Nous avions trouvé les docteurs eurodéputés français 2009-2014, voici la « fournée » 2014-2019 avec ceux qui entrent pour la première fois au Parlement européen (les « entrants »), ceux qui sont parvenus à renouveler leur mandat (les « restants ») et ceux qui n’y sont pas parvenu, volontairement ou non (les « sortants »).

Les « entrants »

Dr Louis Aliot, issue du FN et de la circonscription Sud-Ouest (3 sièges sur 10 pour de FN), a soutenu une thèse intitulée « Les effets de l’élection du Président de la Cinquième République au suffrage universel direct » sous la direction de Jean-Marie Crouzatier en 2002 à l’Université Toulouse I. Il a été chargé d’enseignement dans cette université de 1998 à 2005. Il est conseiller régional de Languedoc-Roussillon depuis 2010 et a été conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1998 à 2010.

Dr Michèle Alliot-Marie, issue de l’UMP et de la circonscription Sud-Ouest (2 sièges sur 10 pour l’UMP), avocate, docteur en droit et docteur d’Etat en sciences politiques, Maitre de conférences à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse intitulée « Le Salarié actionnaire » à l’Université Paris II Panthéon-Assas en 1973 et doctorat d’Etat intitulé « Décisions politiques et structures administratives » sous la direction de Georges Dupuis à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne en 1982. Elle a été Ministre de la Défense entre  2002 et 2007, Ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés entre 2009 et 2010, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales entre 2007 et 2009, Ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes entre  2010 et 2011, et plusieurs fois député de l’Assemblée nationale à partir de 1988.

Dr Aymeric Chauprade, issu du FN et de la circonscription Ile-de-France (15 sièges dont 3 pour le FN), a soutenu une thèse de doctorat en sciences politiques en 2001 à l’Université Paris Descartes intitulé « La géopolitique : genèse d’une science politique, déterminants et modèles explicatifs » sous la direction de Edmond Jouve.

Dr Edouard Ferrand, issu du FN et de la circonscription Sud-Ouest (10 sièges dont 3 pour le FN), est docteur en science politique de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne depuis 2007 avec une thèse intitulée « La politique étrangère de la France au Liban : 1975-1990 » sous la direction de Charles Zorgbibe. Il est conseiller régional de Bourgogne.

Dr Gilles Lebreton, issu du FN et et de la circonscription Ouest (9 sièges dont 1 pour le FN), est titulaire d’un doctorat en philosophie intitulé  « Le Problème de la démocratie dans le « Defensor Pacis » » soutenu à l’université Paris 6 en 1987) et d’un doctorat en droit intitulé « Le Pouvoir discrétionnaire exercé par l’administration française sur ses agents : évolution depuis le XVIIIe siècle » à Lille 3 en 1989. Il est professeur de droit public à l’université du Havre depuis 1990 et doyen honoraire de la Faculté des affaires internationales en 2003.

Dr Joëlle Melin, issu du FN et et de la circonscription Sud-Ouest (10 sièges dont 3 pour le FN), a un doctorat de médecine. Elle est conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 1998.

File:Renaud MUSELIER.jpgDr Renaud Muselier, issu de l’UMP et de la circonscription Sud-Est (13 sièges 3 pour l’UMP), a soutenu une thèse intitulée « La réforme des études médicales » à l’Université Aix-Marseille en 1986. Il a été député de la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône de 1993 à 2002 et de 2007 à 2012 et secrétaire d’Etat aux affaires étrangères de 2002 à 2005.

Dr Dominique Riquet, issu de Modem/UDI et de la circonscription Nord-Ouest (1 siège sur 10 pour Modem/UDI), est chirurgien spécialiste en urologie. Major à l’Externat des Hôpitaux en 1967 et à l’Internat des Hôpitaux de Lille en 1969, il devient docteur en médecine en 1975, décroche sa spécialité en urologie en 1977. Il fut notamment membre du conseil d’administration de la Faculté de Médecine de Lille de 1984 à 1990.

Dr Anne Sander, issue de l’UMP et de la circonscription Est (3 siège sur 9 pour l’UMP), est titulaire d’une thèse de doctorat soutenue à l’université Louis Pasteur intitulée « Les politiques de soutien à l’innovation, une approche cognitive : Le cas des Cortechs en Alsace » en 2005 sous la direction de Francis Kern.

Les « restants »

Karima Delli, issue d’EE/LV et de la circonscription Nord-Ouest (1 siège sur 10 pour EE/LV) a fait des études de sciences politiques, puis a débuté une thèse sur le thème « Organisation du travail, apprentissage et répartition au sein d’une institution parlementaire » suspendu suite à son élection en 2009. Ex-secrétaire fédérale des Jeunes verts. Assistante parlementaire de la sénatrice écologiste du Nord, Marie-Christine Blandin. Co-fondatrice des collectifs « Sauvons les riches », et « Jeudi noir » qui dénoncent la crise du logement. Elle siège aux commissions Emploi et Affaires sociales et Développement régional.
Dr Bruno Gollnisch-Flourens, issu du FN et et de la circonscription Sud-Est (13 sièges dont 3 pour le FN). Titulaire d’un doctorat en droit international « Ouverture du Japon et droit de l’Occident » soutenu à l’Université Paris II Panthéon-Assas en 1978, il est professeur de langue et civilisation japonaise à l’Université de Lyon 3 depuis 1981, mais suspendu le 3 mars 2005 par le conseil disciplinaire de l’Université pour une durée de 5 ans, suite à des propos qu’il a tenus lors de sa conférence de presse du 11 octobre 2004. Conseiller municipal de Lyon depuis 1996. Conseiller régional et président du groupe FN de la région Rhône-Alpes. Député européen depuis 1989, membre de la commission des Affaires économiques et monétaires (2004-2009). Il est titulaire de la commission Transport et suppléant de la commission Budgets.

Nous l’avons interrogé sur son doctorat :
[embedplusvideo height= »230″ width= »474″ editlink= »http://bit.ly/1nln1aI » standard= »http://www.youtube.com/v/2BxZxx8P7sk?fs=1″ vars= »ytid=2BxZxx8P7sk&width=474&height=230&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep8036″ /]

File:Philippe Juvin 03.JPGDr Philippe Juvin, issu de l’UMP et de la circonscription Ile-de-France (15 sièges dont 4 pour l’UMP), a soutenu une thèse biologie et physiologie intitulée  « Régulation du métabolisme des pneumocytes II : effets des halogénés et des particules diesel »  sous la direction de Michel Aubier en 2001 à l’Université Paris 7 Diderot. Il est le directeur de l’enseignement de médecine d’urgence dans cette université (Capacité de médecine d’urgence). Il a été élu député européen pour la première fois en 2009.

Dr Vincent Peillon, issu du PS et de la circonscription Sud-Est (13 sièges dont 2 pour le PS-PRG). Titulaire d’une thèse de doctorat soutenue à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne en 1992 avec pour titre « La tradition de l’esprit : essai sur la pensée interrogative de Maurice Merleau-Ponty » , il est professeur agrégé de philosophie. Ancien député à l’Assemblée nationale (1997-2002), président de la mission d’information de l’Assemblée nationale contre le blanchiment (1999-2002), ministre de l’Éducation nationale entre 2012 et 2014. Il a été élu au Parlement européen pour la première fois en 2004.Nous avions déjà rédigé un article sur lui. Voici son interview :
[embedplusvideo height= »230″ width= »474″ editlink= »http://bit.ly/1nloca9″ standard= »http://www.youtube.com/v/slVODDmic0g?fs=1″ vars= »ytid=slVODDmic0g&width=474&height=230&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep1876″ /]
 

Les « sortants »

Dr Liêm Hoang-Ngoc, Dr Henri Weber et Dr Yves Cochet n’ont pas eu la possibilité ou pas souhaité se présenter.

Dr Corinne Lepage n’a pas eu assez de voix.

Nous pouvons constater un renouvellement et une augmentation du nombre de docteurs au Parlement européen  : 12 pour 2014-2019 contre 7 pour 2009-2014.

Politiquement et à l’image des résultats globaux, les docteurs sont très majoritairement de « droite » (5 sur 12 dont 4 UMP et 1 Modem/UDI) et même d’ « extrême droite » (6 sur 12).

4 Comments

Filed under Dans la politique, Les européennes

4 Responses to Les docteurs eurodéputés français 2014-2019

  1. Une interprétation de Florence : « Les bons docteurs font de la recherche et sont de gauche? »

  2. doctrix

    Une analyse de JLR :

    Bonjour,

    Pour une fois, des considérations rapides mais qui sont un élément de réponse :

    Il fut un temps où de nombreux universitaires, plus ou moins engagés en politique, et plus ou moins faits pour cela, devenaient ministres : Hubert Curien puis Roger-Gérard Schwartzenberg au gouvernement, en charge de la recherche, Robert Badinter (Pr Paris 1), Catherine Lalumière (mcf hdr Rennes 1 puis Bordeaux), Jack Lang et le DSK de Nanterre, autres ministres : Yves Cochet (ex mcf Rennes 1 hdr), Jean-Pierre Sueur (mcf Orléans), Christian Sutter (EHESS), Allègre (Paris 7), etc.., sans compter les ministres universitaires non docteurs (ex assistants par exemple, Le Pensec et Edmond Hervé de Rennes 1 , etc… et ceux qui ont exercé , parfois plus de 10 ans, avant que la politique ne les occupe -Jospin, Paris XII-). L’étude de l’évolution du pourcentage de parlementaires universitaires est aussi révélatrice.

    Par ailleurs, les années Sarkozy ont aussi été celles de la fin des ministres universitaires de droite (type Marie-Thérèse Boisseau -mcf hdr Rennes 1-, Luc Ferry, etc..).

    Le déclin de l’Universitaire (autrefois payé dans le 1er centile de revenus si Pr en fin de carrière, aujourd’hui près de trois fois moins qu’un énarque du Conseil d’Etat ou de la Cour des Comptes) , la professionnalisation de la vie politique et les réformes en cours depuis 10 ans, ont provoqué la fin de l’universitaire devenant ministre et la raréfaction des universitaires dans les cabinets (Mitterrand exigea longtemps la présence d’universitaires dans en principe la plupart les cabinets, au nom d’un équilibre par rapport aux énarques ainsi que cela a déjà été rappelé dans des ouvrages et publications).

    On peut se réjouir de voir les Universitaires ne pas être les bras droits et conseillers du Prince depuis 12 ans (soit parce qu’on est contre les conseillers du Prince ou parce que l’on considère que les Princes ne sont pas bons depuis maintenant de longues années), on peut simultanément constater qui occupe désormais les fonctions…et même penser que cela aggrave les tendances…

    Cordialement,

    JLR

  3. Les

    En réponse à cette interprétation :
    « Les bons docteurs font de la recherche et sont de gauche? »
    Je pense que ceux qui ont les bonnes places dans la recherche sont surtout ceux qui sont en accord avec les copains, qui ont les mêmes opinions qu’eux, notamment les opinions politiques, et qui majoritairement sont de gauche (dont la plupart n’ont d’ailleurs jamais mis les pieds dans un quartier populaire, mais ce n’est pas le débat du jour).
    Moi je pense que les « meilleurs » docteurs, les plus intelligents, sont ceux qui sont capables de faire aussi bien de la recherche qu’autre chose. Et quand je dis autre chose, je ne parle pas d’enseignement ou de toute autre activité académique.

  4. My spouse and i enjoy, result in I ran across exactly what I was seeking Les docteurs eurodéputés français 2014-2019 | Doctrix. You’ve ended our four day long search! Our god Thanks a lot person. Use a nice morning. L8rs berita selengkapnya http://www.feraripoker.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.