Au programme du Président Emmanuel Macron

FILES-FRANCE2017-VOTELe nouveau président Emmanuel Macron, que nous avons interviewé (regarder ici), a obtenu le dimanche 7 mai 2017 66,1% des voix. Cela fait seulement 43% des inscrits – 8,51% de votes blancs, 2,96% de votes nuls et 25,44% d’abstention – ce qui est tout de même autant que Nicolas Sarkozy en 2007 ou François Mitterrand en 1981 (43% des inscrits) et mieux que François Hollande en 2012 (39%) ou Georges Pompidou en 1969 (38%).

S’il suit son projet, Emmanuel Macron risque d’avoir beaucoup de mécontents dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) et en dehors : il a reconnu lui-même avoir obtenu beaucoup de votes par défaut et contre Marine Le Pen. Il risque donc d’avoir des difficultés pour obtenir une majorité à l’Assemblée nationale et mener sa politique. Mais quel est son projet pour l’ESR justement ?

Dans son programme, Emmanuel Macron s’intéresse à l’orientation des étudiants et dit qu’il exigera que « chaque établissement de l’enseignement supérieur publie en toute transparence les taux de réussite et les débouchés professionnels, par formation, de ses anciens étudiants ». A propos de notation, il souhaite aussi faire évaluer :

–          l’ouverture sociale,

–          les co-financements européens et privés,

–          la performance en recherche,

–          la politique patrimoniale,

–          les cours…

En ce qui concerne la recherche, Emmanuel Macron a pour objectif d’engendrer des pôles d’innovation comparables à la « Silicon Valley » ou la « Route 128 » aux Etats-Unis. Il souhaite faire « confiance aux acteurs de terrain pour innover ou s’adapter à la diversité des besoins des étudiants » en combinant « autonomie et initiatives locales et démultiplication des soutiens publics ». Cela passe par :

–          davantage de financements pour la recherche par projet,

–          les projets qui privilégient la prise de risque,

–          les projets qui privilégient l’exploration des frontières de la connaissance,

–          les partenariats entre les entreprises et la recherche publique,

–          les dispositifs d’encouragement des chercheurs à l’entreprenariat confortés,

–          la recherche sur le réchauffement climatique et la transition environnementale,

–          une politique générale d’ouverture à tous les chercheurs et talents (les spécialistes étrangers de l’environnement bénéficieront de visas délivrés plus rapidement, et d’un titre de séjour spécifique et pluriannuel),

–          la poursuite des initiatives d’excellence via les programmes d’investissement d’avenir.

En ce qui concerne le recrutement des docteur(e)s, Emmanuel Macron souhaite donner davantage de liberté aux « universités et aux grandes écoles la liberté de recruter elles-mêmes leurs enseignants-chercheurs suivant les standards internationaux de qualité et d’indépendance » (Il en sera de même pour les dirigeants de ces universités.). « La qualité des recrutements fera l’objet d’une évaluation a posteriori et interviendra dans les relations contractuelles entre l’État et l’université. »

Cela signifie la disparition du CNU (Conseil National des Universités) qui opère jusqu’à présent une sélection nationale des docteur(e)s. Ce type de proposition a déjà fait sortir à de nombreuses reprises les enseignants-chercheurs dans la rue. Pourtant, ce mode de sélection n’existe pas à l’étranger et dévalorise en quelque sorte le(la) docteur(e), le(la) directeur(trice) de thèse et le jury de thèse, mais aussi le jury de recrutement car cela revient à considérer qu’une thèse de doctorat ne suffit pas à candidater pour un emploi et que le jury de recrutement pour un poste ne recherche pas le meilleur profil.

Au-delà de la question de la plus grande liberté de recrutement, c’est aussi l’autonomie des présidents d’université, des enseignants-chercheurs et de l’ensemble de la communauté de l’université qu’Emmanuel Macron souhaite se voir déployer et qui risque de mettre les universitaires dans la rue.

Financièrement, Emmanuel Macron veut « sanctuariser » le budget de l’ESR et attribuer des moyens publics supplémentaires aux établissements d’ESR sur des bases contractuelles tout en encourageant la « diversification des sources de financement ».

Ajoutons qu’il propose d’élargir les horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires (soirée et dimanche) et municipales et qu’il a dit à Mediapart le vendredi 5 mai qu’il consulterait régulièrement des universitaires. Des projets qui peuvent intéresser les doctorant(e)s et docteur(e)s.

Au final, on observe qu’Emmanuel Macron a une approche bottom/up, décentralisée, libérale, xénophiles (même s’il n’est pas opposé à une augmentation des frais de scolarités des étudiants étrangers), internationale, anglosaxonne (avec par exemple des bourses pour les étudiants issus de milieux défavorisés).

En ce qui concerne ce qui intéresse particulièrement Doctrix, la question de la valorisation des doctorant(e)s et docteur(e)s via la reconnaissance du doctorat n’est pas directement au programme…

Sources :

http://blog.educpros.fr/doctrix/2017/04/18/11-candidats-et-0-docteur-mais/

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/un-president-d-universite-est-il-libre-d-appeler-a-voter-contre-un-e-candidat.html

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/propositions-2017-marine-le-pen-enseignement-superieur.html

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/presidentielle-2017-ce-que-prevoient-macron-et-le-pen-pour-l-enseignement-superieur.html

http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/presidentielle-macron-permettre-universites-recruter-enseignants-chercheurs.html

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/enseignement-superieur-recherche

http://blog.educpros.fr/Jean-Michel-Zakhartchouk/2017/04/26/macron-et-lecole-promesses-et-zones-dombre/

http://www.lemonde.fr/francaises-francais/article/2017/04/26/mathieu-32-ans-devenu-autoentrepreneur-pour-etre-prof-precaire-a-l-universite_5117805_4999913.html

Leave a Comment

Filed under Dans la politique, Les présidentielles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>