Dr. Allison Harbin, « lanceuse d’alerte » du doctorat, a besoin de nous pour faire face à une accusation de diffamation

allison.harbin

 

Allison Harbin, docteure en histoire de l’art, a décidé de quitter le milieu académique. En juin 2017, sur son blog Post-Ph.D., https://www.allisonharbin.com/, elle a expliqué les raisons de cette décision : à quelques semaines du dépôt de son manuscrit de thèse, elle a été confrontée à ce qu’elle a considéré comme étant du vol d’idée par un professeur qu’elle avait rencontré à plusieurs reprises et qui devait être membre de son jury. Après plusieurs démarches informelles, et devant l’impossibilité à défendre sa cause compte tenu des jeux de pouvoirs et de l’omerta qui peut régner dans le milieu académique, Allison s’est rendue à l’évidence : sa carrière académique était terminée. Elle s’est ensuite aperçue que cette histoire n’était pas isolée et a décidé de la rendre publique, tout en taisant le nom des personnes impliquées. Suite à ses posts de blog, elle a reçu une mise en accusation pour diffamation.

Voici la traduction, par une lectrice de ce blog que nous remercions, de son appel à soutien : https://www.gofundme.com/supportPostPhdTheBlog

Vendredi après-midi, une heure avant la fermeture des tribunaux pour le week-end, mon ancien avocat a reçu un courriel l’informant que j’étais poursuivie en justice pour diffamation et conspiration.

Il relèverait de ma responsabilité de fermer chaque fil et forum qui me mentionne, moi ou mon histoire. Cette situation est d’autant plus risible que nombre de discussions ne sont pas des plus plaisantes à mon sujet ; supposer que j’en ai le contrôle est particulièrement étrange.
99 personnes, identifiées comme des étudiants diplômés actuels ou des anciens étudiants de mon ex-université, sont listées comme étant co-conspirateurs. Il n’y a qu’une petite poignée de noms de personnes répertoriées comme co-conspirateurs. Je n’ai jamais rencontré ou parlé en ligne ou dans la vraie vie à plusieurs d’entre eux. La charge retenue est que tous ces prétendus co-conspirateurs ont agi de manière à nuire délibérément à la réputation de [sic]. Juste pour clarifier, ces personnes ont simplement partagé mon histoire, par empathie ou par indignation. Mon histoire n’est que l’exemple d’un système inopérant et dysfonctionnel, c’est pourquoi je crois qu’une telle histoire a été partagée. Les noms connus sont délibérément écartés. Au lieu de cela, des descriptions détaillées de personnes dont l’identité est tue mais dont des caractéristiques très précises sont données, les rendant ainsi identifiables, sont produites à titre de preuve. Je trouve cela intéressant, car techniquement, ce sont ces personnes qui ont aidé à diffuser le plus loin mon histoire.  Et pourtant, elles se trouvent en dehors de cela.
Je suis également accusée d’essayer de persuader les journalistes de publier mon histoire, ce que je n’ai jamais fait. Alors que j’ai été contactée par des journalistes, je n’ai finalement pas donné suite car j’ai craint un procès.

Mon cas n’est qu’un exemple d’une injustice systémique plus grande, où la plupart des étudiants, docteurs et auxiliaires sans emploi et sous-employés, par peur de perdre leur carrière ou leur soutien financier, sont contraints de garder le silence sur la répression économique et psychologique qu’ils rencontrent dans le milieu académique. Je choisis de parler parce que cette situation ne devrait pas être celle-là. Nous ne devrions pas être punis pour être un lanceur d’alerte. C’est la raison pour laquelle je crois que mon blog a tellement attiré l’attention. J’espère vraiment que ce blog a aidé à donner une voix à toutes ces situations d’abus qui ont été gardées sous silence pendant trop longtemps.

Ce blog traite de l’injustice dans le milieu universitaire et ne concerne pas seulement un aspect de l’histoire personnelle que j’ai partagée. J’espère être en mesure de continuer à poster sur les plus grandes implications de la violence et de l’intimidation systémique afin de plaider en faveur de la réforme académique. Je demande de la solidarité et du soutien.

Mais pour cela, j’ai besoin d’aide. Sans aide, je serai obligée de fermer le blog et de supprimer les messages. Si vous, ou quelqu’un que vous connaissez, avez des contacts avec des entreprises qui prennent en charge des cas pro- bono, ou des avocats qui peuvent me conseiller, veuillez me contacter.

Ceci est tellement plus grand que moi ou mon histoire, et le fait que je sois poursuivie pour avoir parlé révèle exactement ce que contre quoi nous sommes contre.
Je soumettrai toutes les factures et détaillerai mes dépenses ; je les rendrai publiques.

Dr. Allison Harbin

1 Comment

Filed under Non classé

One Response to Dr. Allison Harbin, « lanceuse d’alerte » du doctorat, a besoin de nous pour faire face à une accusation de diffamation

  1. Simon

    Encore quelqu’un qui n’a pas entendu parler de l’effet Streisand…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>