Le Chili, terre d’opportunités pour les Edtechs?

To change Education, we must not wait for government policies but we have to use entrepreneurial energy and the minds of the civil society
German Echecopar, Co-Founder of Edtech Chile

6 nov-2 dec (2)

Après un mois au Chili, force est de constater que l’entrepreneuriat de l’éducation est en plein boom. Alors que les réformes éducatives bousculent l’opinion publique, suffisamment d’importance est aujourd’hui donnée au secteur pour laisser le temps et les moyens d’entreprendre à un grand nombre d’innovateurs. Nous avons eu la chance de les rencontrer lors de notre séjour au Chili afin de mieux comprendre les défis et particularités d’un pays qui sait valoriser l’innovation.

La couverture médiatique internationale de Startup Chile a attiré l’attention sur le pays depuis la création du programme en 2010. Il a permis la création de plus d’un millier d’entreprises issues d’environ 75 pays différents. Au delà de la mise en réseau et de la dynamisation de l’entrepreneuriat local, un rendement à court terme est mesuré en connectant les entrepreneurs étrangers à l’écosystème chilien (mentorat, Startup Weekend, rencontres avec des étudiants ou sociétés locales, etc) en guise de rétribution.

Le Chili arrivait en 22ème position sur 79 dans le classement 2012 du GEDI (Global Entrepreneurship & Development Index), avec un excellent résultat dans l’indicateur de la perception des possibilités. Cependant, les principaux points faibles, nous rappelle l’OCDE dans cette étude en 2013, incluent le capital-risque ainsi que le pourcentage des entreprises dans le secteur de la technologie. L’état Chilien a récemment mis au point un ensemble de dispositifs, se tournant vers un système d’accélération intéressant.

 IMG_5628

Startup Chile: émuler l’innovation dans un incubateur étatique unique en son genre

L’organisme étatique chilien CORFO, créé en 1939, est chargé du développement et d’aide à la création de l’industrie nationale et a, à travers les années, contribué aux développements d’activités économiques telles que les minerais, l’agriculture, le commerce ou encore les services. Le contexte géographique d’un pays ayant longtemps souffert de son isolation est à prendre en compte dans l’ADN de Startup Chile, fruit de la rencontre entre Nicolas Shea et Vivek Wadhwa, ayant pour but de faire progresser la culture d’entrepreneuriat et d’innovation au Chili ainsi que de créer des liens avec les autres hubs technologiques dans le monde.

L’origine gouvernementale de Startup Chile (un coût annuel de 15M d’Euro) est ce qui distingue le programme de tous les autres incubateurs qui ont croisé notre chemin. Les premières éditions étaient réservées à des entrepreneurs étrangers mais le programme est ouvert depuis 2012 aux Chiliens qui représentent aujourd’hui environ 15% de la dernière promotion en date et permettent la création d’un creuset de nouvelles idées.

Il s’agit pour ces nouveaux entrepreneurs d’obtenir un capital de démarrage sans avoir à céder de parts à des tiers (equity free). L’allègement du poids financier pesant sur les entrepreneurs a été rendu possible par une pratique active de seedfunding. CORFO a en effet mis en place un fond de démarrage ainsi qu’un fond de développement et de croissance pour offrir des possibilités de financement aux PME chiliennes présentant de fortes perspectives de croissances et d’innovation, qu’elles soient en phase de démarrage ou bien d’expansion.

IMG_5835

Une opportunités pour les Edtechs: accompagner la phase d’idéation

Une particularité du programme est que les startups sélectionnées s’échelonnent d’un stade de développement précoce à leur internationalisation. Voici des exemples de startups de la treizième promotion qui s’inscrivent dans des problématiques éducatives: 

IMG_5784

Aloprofe, “le LiveMentor Chilien”, propose des cours en ligne à prix fixe (dépendant du pouvoir d’achat de chaque pays) avec des mentors dans plus de 8 pays. Le couple fondateur a pensé à un business model hybride innovant: B2C; les parents peuvent acheter des minutes ou des blocs de 8h par mois. B2B; les cours sont vendus au gouvernement ou a des entreprises et offerts à des enfants défavorisés qui ne pourraient se permettre d’avoir un professeur particulier.

TimoKids est une application pour enfant qui a déjà été téléchargée dans 180 pays: elle inculque aux enfants des concepts globaux de respect, altruisme ou encore de comportements à risque, ayant ainsi pour but de les faire devenir de meilleurs citoyens. Son modèle économique, également hybride, adjoint son image de marque à celle d’entités publiques (mairies par exemple) ou d’entreprises qui désirent s’y associer.

NodoApp est une application qui connecte les universités de Santiago afin de donner plus de visibilité aux événements qui se passent dans leurs enceintes et environs. Avec Nodo, les étudiants ont plus de visibilité sur les événements ayant lieu dans leurs universités et l’application permet une meilleure communication entre l’administration et les étudiants ainsi qu’à travers la communauté estudiantine.

Proversity est une start-up déjà bien avancée (elle vient de lever £1m) qui souhaite se développer en Amerique Latine. C’est un exemple d’université digitale, une solution RH qui transforme la façon dont on recrute. Les candidats suivent des MOOCs en rapport avec le métier et l’entreprise qui les intéresse et passent des tests pour décrocher un entretien. Proversity est déjà en collaboration avec Bank of England et d’autres entreprises anglaises importantes. 

IMG_5674

Entreprendre dans l’éducation, à grande échelle

Au delà des programmes de CORFO, le programme Enseña Chile permet lui aussi, comme nous l’avions remarqué aux US avec Teach For America, de valoriser et faire grandir une nouvelle génération d’entrepreneurs sensibles aux problématiques éducatives.

Le taux de pénétration mobile chilien est parmi les meilleurs du continent, ce qui crée des opportunités pour les outils compatibles BYOB (Bring Your Own Device). Le marché latino-américain est immense, et le Chili est un excellent point de départ pour démarrer une entreprise ou une organisation qui vise à s’étendre et toucher une base d’utilisateurs plus larges (OGR ou TuClaseTuPais et d’autres ouvrent la voie à cet égard, en comblant les différences culturelles par des partenariats avec les autorités locales en la matière).

 IMG_5632

La communauté Edtech Chile vise par ailleurs à s’étendre en Amérique Latine. German Echecopar et Catalina Romero, les fondateurs, accompagnés d’un board diversifié et dans un groupe comptant plus de quarante membres (fondations, startups, entreprises, etc) veulent renforcer la communauté Edtech en Amérique du Sud, et leur meetup mensuel est la première étape de ce processus. Ayant également tout juste obtenu un financement de la part de Corfo, ils envisagent un large panel d’activités pour valoriser l’essor de la communauté d’entrepreneurs et d’enseignants née à Santiago autour des technologies de l’éducation. Le groupe nouvellement formé veut passer, au delà du networking, à un rôle de fournisseur de solutions pour les enseignants Latino-Américains en les intégrant un maximum au processus de création.  

More?

Pour des informations plus détaillées sur nos rencontres au Chili, consultez nos quatre newsletters de Santiago!

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>