Taille des classes, bac et moral des enseignants

C’est l’exception qui confirme la règle. Alors que l’Education nationale semblait s’appuyer de nouveau sur les travaux des chercheurs pour étayer ses décisions politiques (retour en grâce que j’évoquais en mars), elle s’assied dessus à propos de la question de la taille des classes, justifiant une hausse des effectifs moyens par l’absence de résultats « probants » d’une diminution desdits effectifs – je pense notamment à cette étude de Thomas Piketty, validée en son temps par la DEPP avant d’être mise au pilon (c’était en 2006).Formulons maintenant l’hypothèse que le ministère ait des raisons vérifiées – au moins empiriquement – de penser que la taille des classes n’impacte pas les résultats des élèves. Pourquoi ne pas les publier ? Parce qu’elles feraient ressortir ce secret de Polichinelle partagé par tous les évaluateurs de dispositif pédagogiques, à savoir que le facteur humain pèse plus que le facteur « taille de classe » ? Parce que reconnaître l’existence de « bons » enseignants induit qu’il y en aurait de « moins bons » ?

Reste l’effet désastreux du double message « Vous travaillerez plus longtemps (retraites) avec des classes plus chargées », pour le moins mal venu. On voudrait pousser à bout les enseignants qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

PS à propos des menaces de quelques enseignants sur le bac, à propos desquelles je réagissais hier après les avoir entendues mentionner dans un journal matinal d’une radio généraliste publique : oui elles sont archi minoritaires et c’est pour cela que j’ai pris garde d’utiliser l’indéfini (des enseignants) et non le défini (les enseignants), oui j’aurais pu me passer de ce « coup de griffe », mais que voulez-vous on a parfois ses (mauvaises) humeurs, spécialement sur certains sujets. On consacre tant d’énergie à accompagner les candidats, à l’Etudiant, avec nos partenaires comme le Web Pédago, ou France Culture sur la philo (merci Raphaël Enthoven), et avec l’aide d’enseignants formidablement disponibles, que l’hypothèse de telles menaces m’a affligé.

Article du on Jeudi, juin 3rd, 2010 at 13:21 dans la rubrique Sur le vif. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Un commentaire “Taille des classes, bac et moral des enseignants”

  1. L’écume des heures » La planification de la destruction du service public d’éducation (2) dit:

    […] Sur le blog d’Emmanuel Davidenkoff, un billet du 03 juin 2010 intitulé Taille des classes, bac et moral des enseignants. […]

Laisser un commentaire