Tête à claques

Luc Ferry me tient pour un mauvais journaliste. Il n’est sans doute pas le seul mais lui le fait savoir, régulièrement, en public comme en privé (désolé, Luc, de temps en temps, ça continue à fuiter dans votre entourage). La dernière fois, c’était mardi sur le plateau de Guillaume Durand et Luc Ferry est passé du stade de l’invective à celui de la menace. Mêlant allègrement sources et époques, il a lancé que les journalistes coupables d’erreur méritaient « des claques », assertion qui suscita une enthousiaste ovation du public que Guillaume Durand, qui annonça en 1988 sur feu La 5 avoir « des assurances selon lesquelles Pauline Lafont est vivante », alors qu’elle était morte, ne fit rien pour endiguer.

Puis l’ancien ministre illustra son propos en citant comme modèle de probité Le Point de Claude Imbert, qui à en croire le philosophe virait les journalistes coupables de s’être trompés. L’exemple est cocasse, venant une semaine après que l’hebdomadaire, qui s’ouvre toujours par un édito de Claude Imbert, eut publié quelques pages plus loin le portrait intégralement faux d’une femme de polygame. Mais je ne doute pas que Luc Ferry apprécie Le Point, qui vient de consacrer quatre pages dithyrambiques à son dernier livre, sous la plume de Pierre-Henri Tavoillot, membre du Conseil d’analyse de la société (que Ferry préside), ancien du cabinet du ministre de l’Education nationale (recommandé par Luc Ferry à Jack Lang), ancien du Conseil national des programmes (à l’époque où Luc Ferry le présidait) – est-il besoin de préciser que tant de références donnent un article qui ne manque pas de révérence ? Que je sache, l’édito de Claude Imbert demeure en bonne place, aucune claque n’a été distribuée, et l’auteur de la bourde sur la polygamie a conservé son poste, mais passons.

Ce que me reproche Luc Ferry ? Non pas d’avoir annoncé qu’une jeune femme décédée était vivante, non pas d’avoir inventé un polygame qui n’existait pas, non pas de faire critiquer mes livres par des obligés, il me reproche un épisode rapporté dans un livre publié en 2004, et dont il certifie qu’il est erroné. Dont acte. Il eut été facile à l’époque de faire sanctionner l’erreur par les tribunaux. Je vais aller plus loin : avec le recul, la scène qu’évoque Luc Ferry, qu’elle soit réelle ou fausse, je ne suis pas fier de l’avoir rapportée car elle touche à son épouse, sur qui je n’avais jamais écrit une ligne à l’époque où Luc Ferry était ministre, alors même que tant de témoignages me revenaient sur son omniprésence au ministère (vérification facile à réaliser quand on veut bien se donner la peine de ne pas tout mélanger). Pourquoi l’avions-nous fait dans le livre ? C’est une autre histoire, encore off… Reste que sur ce point précis, je suis largement prêt à des excuses, que je peux bien présenter, n’ignorant pas qu’ici ou ailleurs elles ont bien peu de chances d’être entendues.

Mais voilà. Au terrain judiciaire, l’ancien ministre préfère depuis six ans le terrain médiatique, à dire vrai bien plus confortable : il peut s’y exprimer sans contradiction. Ma présence sur le plateau de Guillaume Durand avait en effet été proposée par l’équipe de Jean-Luc Mélenchon, afin d’évoquer les questions d’éducation, mais la production l’a refusée, ainsi que je l’avais prédit à Jean-Luc Mélenchon, au motif que j’avais écrit un livre « très violent » sur Luc Ferry.

Se faire administrer une leçon publique de déontologie dans un tel contexte oscille entre le saumâtre et le dérisoire et, pour tout dire, m’étonne de la part de Luc Ferry, que je pensais à la fois plus solide, plus digne, et ne réservant pas sa magnanimité aux seuls confrères qui ont l’heur de se tromper sur d’autres que sur lui.

Be Sociable, Share!

Article du on vendredi, octobre 8th, 2010 at 10:32 dans la rubrique 61. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

5 commentaires “Tête à claques”

  1. Pascal Bouchard dit:

    Belle page de prose…

  2. Chris dit:

    J’étais invité en tant que participant à cette émission. Hélas, pour des raisons personnelles j’ai du décliner.

    Je le regrette…

    Amitiés et soutien cher Emmanuel!

    Christophe

  3. claudelelievre dit:

    Un beau revers pour de mauvaises manières

  4. zakhartchouk dit:

    Luc Ferry est un singulier personnage , avec sa face de lumières incontestable, sa capacité à exposer avec simplicité et clarté des théories philosophiques abstraites (il a dit des choses intéressantes sur l’enseignement de la philosophie), et sa face d’ombre, une incohérence complète dans ses conceptions de l’école (critique des programmes Darcos du primaire mais attaques répétées contre une pédagogie active marquée par exemple par son rejet de « la main à la pâte, d’où d’ailleurs des affrontements avec Charpak, etc.) et un insupportable égo.
    je suis content qu’on remette en évidence ces graves fautes professionnelles comme celle de Durand (on pourrait citer le faux interview de Castro de PPDA, et autres) qui au moins devraient inciter les auteurs à l’humilité. Et qu’on dénonce une fois de plus les conflits d’intérêt médiatique.
    enfin, j’ai pu voir plus d’une fois le manque de culture dans le domaine éducatif de certains journalistes ou encore pire éditorialistes comme Imbert (ou hélas Julliard) qui ne connaissent rien ou plus rien aux vrais problèmes de l’école aujourd’hui. Bon billet en tout cas…
    jm zakhartchouk

  5. Bruno Devauchelle dit:

    Je me demande si des excuses sont la réaction adaptée (et en tout cas pas attendue). La façon dont L Ferry vous a mis sur un croc de boucher est incorrecte et politiquement médiocre. Maintenant, les faits méritent un autre traitement que l’invective ou la condamnation. Par contre il me semble que vos explications sur ces faits sont embarassées (excusez moi, mais c’est ce que je ressens dans le style du billet) ou en tout cas font un mélange entre plusieurs registres.
    Face à la suffisance et la clarté du discours de Ferry (il a été suffisamment habile) il me semble qu’il manque une explication adaptée et surtout suffisamment claire pour comprendre s’il y a erreur, faute…. de votre part (d’où des excuses) ou interprétation et réglement de compte de L Ferry, méritant une réponse politique et éthique (je trouve que dans ce domaine, il a été à coté de la plaque)

Laisser un commentaire