Lycéens bloqueurs à Paris, « des bourgeois abonnés à Acadomia » ?

Reçu hier ce témoignage d’une mère de lycéen, rapportant ce que son fils, élève dans un établissement de l’est parisien, lui avait dit :
« – Des bloqueurs disent ouvertement en se marrant qu’ils font grève pour le fun, pour sécher les cours.
-Parmi les non bloqueurs « des rebeus et des rabsas de ma classe, qui disent qu’ils ne veulent pas faire grève parce que leurs familles comptent sur eux pour réussir. Ils seront les premiers de la famille à avoir le bac. Ils disent que les bloqueurs sont avant tout des bourgeois à qui leurs parents paieront des cours chez Acadomia après la grève pour rattraper les cours, contrairement à eux car leurs parents n’ont pas les moyens. »
-Autres réflexion de non bloqueur: « Je ne vais pas me mobiliser alors que je serais à la retraite dans 50 ans seulement ! A cette époque, le marché du travail, les métiers, la vie professionnelle auront tellement changé que ça n’a rien à voir avec aujourd’hui.
-Sur la grève par solidarité: « et eux les vieux, ils sont solidaires de nous habituellement? »
-Sur le principe du blocage: On ne sait pas comment ça se décide. Il n’y a pas d’AG, pas de vote. Des élèves se mettent devant la porte et disent: tu ne passes pas. »

Be Sociable, Share!

Article du on jeudi, octobre 21st, 2010 at 12:02 dans la rubrique 61. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

5 commentaires “Lycéens bloqueurs à Paris, « des bourgeois abonnés à Acadomia » ?”

  1. Bretonier dit:

    Exactement ce que me rapportent mes deux garçons lycéens : deux profils de bloqueurs dans leur lycée : les toujours prêts à faire sauter les cours, avec de vagues et diverses revendications pour que les choses changent et peu de discours élaborés sur les raisons de leur blocage, et les « meneurs », assez cyniques au demeurant, qui ont tout à fait conscience que les 3/4 des élèves sont des suiveurs et que c’est à eux de montrer la Voie.
    Sur le principe du blocage, même constat : il faut camper au lycée et être déterminé pour assister aux AG. On se voit mal dans une assemblée de mobilisés se faire l’apôtre de la reprise des cours. Rien de nouveau sous le soleil, non ?

  2. MARTIN dit:

    En tout cas sur Lyon, il y a aussi l’autorité des chefs d’établissement qui rentre en ligne de compte: deux garçons dans deux lycées privés différents … résultat un qui a suivi tous ses cours sans difficultés et l’autre dont le lycée fait régulièrement l’objet de blocage. Blocage perpétrés par les « toujours prêts à faire sauter les cours » mais aux dires de mon fils sans aucune revendications intelligibles et sans concertations.
    Le plus « bourgeois » (ce terme sent un peu la lutte des classes!!) des deux est celui dans lequel les cours sont possibles !!!

  3. Jules Cesar lui-même propre dit:

    Dans le projet du PS pour 2012, couper la déduction fiscale des organismes de soutien scolaire à but lucratif.

  4. colette VILLALONGUE dit:

    le 25 novembre à l’université de Perpignan plus de 160 professionnels de tous les secteurs professionnels se tiendront à disposition des étudiants de 10H à 17H autour de stands disposés dans une partie des salles de cours. Ils présenteront : Métiers, Stages, Emplois, comment se préparer à un entretien de recrutement, partir à l’international… tous les DRH seront là. …Merci d’en parler et de nous faire un peu de pub car à l’université même les étudiants ne pourront presque pas de libérer de leurs cours !!

  5. Témoignages de lycéens bloqueurs : affligeant! | Veille Education dit:

    […] Lire la suite Wikio Wikio Lire aussi à ce sujetPas encore d’articles associés Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. ← il tabasse le prof de son fils : deux ans ferme […]

Laisser un commentaire