Professeur d’université : une couverture idéale ?

Dans l’excellent nouveau roman de Paul Auster, Invisible (Actes Sud, mars 2010), un des personnages principaux, Rudolf Born, est professeur d’université français.

Invité pour une année (1966-1967) à la School of international affairs à Columbia – université dont est diplômé Paul Auster -, Rudolf Born va faire la connaissance d’un étudiant américain Adam Walker. Ce dernier raconte sa rencontre avec Rudolf Born, et comment, celui-ci, qu’il croisera de nouveau à Paris, pendant l’année universitaire 1967-1968, va changer le cours de sa vie.

On sait peu de choses sur les activités universitaires de Rudolf Born qui déclare enseigner « les désastres du colonialisme français ». Mais très vite, le doute s’installe : son métier serait-il une simple couverture ?

A vrai dire, être enseignant-chercheur semble être une profession tout à fait indiquée pour travailler en parallèle pour le gouvernement. Des déplacements fréquents, pas de comptes à rendre au quotidien à un patron, la possibilité de prendre le large quelques jours (pour sa recherche) sans que cela n’étonne personne ou même de passer plusieurs mois à l’étranger…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.