Des professeurs amoureux des mathématiques

Ce matin, j’ai rencontré le chercheur Cédric Villani qui a obtenu la médaille Fields en août dernier. Je l’ai interviewé pour l’Etudiant sur ses 20 ans. Il m’a parlé de sa rencontre avec les mathématiques. « C’est ludique les mathématiques au collège et au lycée. En prépa, ça prend une autre dimension, ça devient alors assez exaltant. Mais c’est pendant ma thèse que je suis tombé amoureux des mathématiques« . L’entretien sera publié dans le mensuel de mars 2011.

Ses propos font écho à ceux d’un personnage de roman : La formule préférée du professeur de Yoko Ogawa (Actes Sud, 2005). Il s’agit d’un professeur de mathématiques dont s’occupe une aide-ménagère. Suite à un accident de voiture, la mémoire du professeur ne dure plus que quatre-vingts minutes. Le livre, très touchant, raconte la relation qui va se nouer entre le professeur, cette aide-ménagère et son fils âgé de dix ans, dans l’amour des chiffres. La formule préférée du professeur a reçu le prix du meilleur roman au Japon en 2004.

Extrait : « Ce sont les nombres premiers que le professeur a aimés le plus au monde. Je connaissais leur existence bien sûr, mais l’idée ne l’avait jamais effleurée qu’ils puissent constituer un objet d’amour. Cependant, même si l’objet était extravagant, la manière d’aimer du professeur était tout à fait orthodoxe. Il éprouvait pour eux de la tendressse, de la dévotion et du respect, il les caressait ou se prosternait devant eux de temps en temps, et ne s’en séparait jamais« .

A lire également la critique de Stéphane Lamy, maître de conférences à Lyon 1.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.