Qui pond les sujets du bac en anglais ?

Dans G229 (Editions Buchet-Castel, mars 2011), Jean-Philippe Blondel, professeur d’anglais en lycée, dans l’Aube, s’interroge :

« Parfois, on se demande qui pond les sujets d’expression au bac. En fait, non, on ne se demande pas. On devine vaguement que ce sont des universitaires ou des profs émérites, probablement parisiens.

L’inconnue, c’est comment leur vient l’idée. Est-ce qu’un matin ils prennent le métro, les stations défilent, les gens entrent et sortent, et soudain, ils voient l’affiche d’une agence de voyages vantant les mérites d’un séjour en République dominicaine, avec en photo, justement, l’hôtel où ils ont passé leurs dernières vacances, celle où leur couple a failli voler en éclats et puis finalement non, au dernier moment la volte-face, la résignation, oui, nous finirons notre vie ensemble, avec toutes les désillusions que cela comporte, et les espoirs insensés aussi -et pof, le sujet naît comme ça, entre Etienne-Marcel et les Halles, il y a certainement un endroit sur terre qui signifie quelque chose de particulier pour vous ? Parlez-en. »

« Is there any place on earth that means something special to you ? Write about it ». Sujet bac LV1 L 2007.

Jean-Philippe Blondel ne se pose pas seulement des questions, dans G229. Il rit, il chante, il suit les consignes, il se fait inspecter, il gueule, il vit, il veillit…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.