Années étudiantes : et si c’était à refaire ?

Dans Replay (Ken Grimwood, Seuil, coll. Points, 1997), Jeff Winston recommence sa vie. Victime d’un arrêt cardiaque, en octobre 1988, à l’âge de 43 ans, il se réveille, 25 ans plus tôt, dans sa piaule universitaire. Il se souvient parfaitement du futur dont il vient, mais son quotidien, ce sont désormais les cours à l’université d’Emory, en Floride, et sa petite amie de l’époque.

« Qu’allait-il donc faire, à présent ? Jouer simplement le jeu. Se livrer à d’autres séances de pelotage appuyé avec une petite blonde tombée de la dernière pluie, qui n’avait jamais entendu parler de la pilule ? Retourner à ses cours, à ses bravades d’adolescent, à ses bals du printemps, comme si tout était encore nouveau pour lui ? Mémoriser des tableaux statistiques, qu’il avait oubliés depuis longtemps et qui ne lui avaient jamais servi à rien, pour pouvoir passer « sociologie 101 » » ?

En fait, Jeff Winston va planter ses études et miser sur des courses et des compétitions sportives dont il connaît à l’avance le résultat. Sa nouvelle vie sera plus facile que la première sur le plan financier. Mais il mourra de nouveau, connaîtra plusieurs vies, prendra plusieurs orientations possibles, avec la tentation d’améliorer le monde. L’histoire tourne parfois à la fable moralisatrice mais, à condition de faire preuve d’indulgence, on se laisse prendre au jeu.

Et vous ? Que feriez-vous aujourd’hui si, sans rien avoir oublié de votre vie jusqu’à présent, vous vous retrouviez à la fac ? Suivriez-vous le même parcours ? Changeriez-vous d’orientation ? Abandonneriez-vous vos études ?

Auriez-vous l’impression que beaucoup de choses ont changé depuis vos années étudiantes ?

« Le caractère volontairement intemporel de l’architecture était déconcertant ; Jeff traversa le grand rectangle à petites foulées, passa devant la bibliothèque et la faculté de droit, et se dit qu’il aurait aussi bien pu se trouver en 1998 qu’en 1963. Rien qui pût lui fourni le moindre indice, pas même les costumes, ou les cheveux coupés courts des étudiants qui se promenaient ou se reposaient sur les pelouses. Le look jeune des années quatre-vingt – hormis les déguisements post-apocalyptiques des punks – se distinguait à peine de la mode de ses années d’université. Bon Dieu, le temps qu’il avait passé sur ce campus ! Les rêves engendrés en ces lieux et qui ne s’étaient jamais réalisés… (…). Comment avait-il pu dériver si loin (et sur tant de voies divergentes) des projets et aspirations nés dans le calme rassurant des ces pelouses vertes, de ces édifices nobles ? ».

Replay a reçu, en 1988, le Worl Fantasy Award. Son auteur est décédé, à 59 ans, d’une crise cardiaque. Il travaillait alors à une suite de son roman.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.