Conseils à un(e) prof stagiaire qui débute au collège

Après Jean-Paul Blondel (G229, éditions Buchet-Castel, mars 2011), c’est au tour de Gabrielle Déramaux (Collège inique (ta mère !), éditions François Bourin, août 2012) de partager son quotidien de prof : ses joies, ses peurs, ses doutes… devant ses élèves.

Des élèves dont certaines personnalités sont récurrentes – et touchantes : « il y a toujours le rigolo qui se fait remarquer dès le premier jour, le mauvais garçon au grand coeur qui vous fatigue mais qui sait vous amadouer, le groupe des petites bavardes, la fille agressive qui se laissera apprivoiser au fil de l’année, le silencieux qui ne vous parlera jamais mais qui excelle à l’écrit, l’excité qui vous promet de se réformer au prochain trimestre pour recommencer de plus belle…« .

Des élèves qui vivent dans un climat de violence redoutable. « Les élèves sont incapables de s’écouter et sont tous persuadés que participer au cours, c’est « collaborer avec le prof », « sucer le prof ». Lorsque l’enseignant pose une question et qu’un élève ose répondre, d’infâmes bruits de succions fusent de part et d’autre. (…). l’élève qui veut étudier sans attirer l’attention se cantonne à des 12/20, note suffisante pour réussir et assez modeste pour ne pas attiser la jalousie des caïds qui l’insulteraient et l’obligeraient à faire leurs devoirs à leur place« .

Aujourd’hui professeur de français dans un lycée parisien, Gabrielle Déramaux a débuté dans un collège du 9-3. Elle se souvient particulièrement de ses premiers pas dans une salle de classe et égrène, au fil de courts chapitres, de précieux conseils qui ne peuvent s’apprendre que sur le tas.

Avis aux professeurs stagiaires recrutés en 2012 qui vont se retrouver face aux élèves à la rentrée !

« Une bonne préparation de rentrée repose grandement sur un entraînement rigoureux à une lecture fluide des noms et prénoms des nouveaux élèves, dont la susceptibilité pointilleuse peut vite dégénérer. »

« Quelques règles de base pour ne pas ajouter à l’énervement de l’élève : se déplacer lentement dans la classe, commencer sans tarder à les faire écrire ou lire à voix haute pour les forcer à se taire. Surtout ne jamais crier. »

« Ne restez jamais derrière la porte. Pendant votre cours, le porte s’ouvrira deux ou trois fois à toute volée. C’est le jeu favori des élèves exclus des autres cours. »

« En début d’année, ne jamais trop insister pour qu’un élève réticent  enlève son blouson car il le fait peut-être pour cacher des marques de coups ou se sentir protégé des agressions extérieures. »

« En cas de débordement, mettre l’élève concerné dans le couloir cinq minutes pour qu’il se calme en lui demandant de tenir la clenche de la porte vers le bas pour s’assurer qu’il n’est pas parti. »

« En cas de bagarre dans mon cours, j’éloigne les autres élèves, envoie d’un d’entre eux chercher de l’aide et tente de calmer les adversaires par l’ironie : « Allez-y, étranglez-vous, ça me fera deux élèves de moins ». ça marche parfois… »

Gabrielle Déramaux fournit aussi un lexique des termes employés par les collégiens. Souligne que maîtriser l’arabe peut être un atout (« je sais comment dire « tais-toi ! » et deux ou trois autres expressions en arabe dialectal, répliques qui me seront souvent très utiles pour couper court à certains échanges houleux avec des élèves« ). Donne une parade pour les élèves qui ne notent jamais le travail scolaire à faire à la maison (« se poster près de la porte et signer chaque agenda de chaque élève avant qu’il sorte de la classe. Fastidieux mais efficace« ). Et préconise un bon usage, pour le professeur, du carnet de correspondance (malgré un trafic de faux carnets largement répandu).

Collège inique (ta mère!) est un roman de survie à l’usage des enseignants Robinson, échoués sans boussole, dans un collège de banlieue.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.