Se souvenir d’un bon prof

La petite musique de la mémoire joue sa ritournelle dans Pavanes et javas sur la tombe d’un professeur (Hubert Nyssen, Actes Sud, 2004). Le professeur dont il est question est Bruno Bonopéra, enseignant en littérature à l’université de Lille et spécialiste de Salluste du Bartas, poète « formaliste et nominaliste plus ou moins obscur du seizième siècle ».

pavanes-et-javas-sur-la-tombe-d-un-professeur-hubert-nyssen-9782742746064Il est le héros de ce roman, décédé, dès la première ligne. Se souviennent de lui son meilleur ami, ses deux filles, sa concubine et l’une de ses doctorantes. Ces personnages reviennent, l’un après l’autre, sur leurs liens avec cet homme qui fut un ami fidèle quoique distant, un père parfois inaccessible, un amant contesté, et… un enseignant éblouissant « qui ne ressemblait à aucun autre et, pour ses étudiants, ouvrait les portes dérobées de la littérature ».

Chaque monologue retrace la vie et la carrière du professeur Bonopéra. Mes deux préférés sont celui de son meilleur ami, également enseignant : une tirade épatante d’une centaine de pages dans lesquelles une soutenance de thèse est comparée à… une corrida !

Quant à son anciennce élève, elle ne peut admettre qu’un être aussi exceptionnel (« caressant par la voix et protecteur par le ton ») sombre dans l’oubli collectif. « Si je parvenais à montrer comment vous avez tenté de freiner l’inexorable chute de votre vie vers la mort en donnant à des moments de votre existence, à la faveur de rencontres, de lectures ou de méditations, une forme provisoire d’éternité, je toucherais alors à une vérité qui vous permettrait peut-être de revivre et de survivre dans nos mémoires ».

Bruno Bonopéra fut bien plus que son directeur de thèse, son directeur de conscience. Elle énumère ses mérites, tente de comprendre les motivations les plus profondes de ce professeur qui murmurait : « de ce que l’on croit savoir, ne pas faire un rempart contre ce que l’on pourrait apprendre ».

Be Sociable, Share!

2 réflexions au sujet de « Se souvenir d’un bon prof »

  1. J’ai lu ce roman sur vos conseils… Et je n’ai pas été déçue ! Merci à vous

  2. J’ai trouvé ce livre, par hasard, au salon du Livre. Et je n’ai pas regretté non plus de l’avoir lu.
    Et si vous avez aimé ce livre, vous devriez apprécier : La formule préférée du professeur, de Yoko Ogawa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.