Le problème avec… les universitaires

Jane, professeure de français à l’université Devayne, sur la Côte Est des Etats-Unis, reçoit, par courrier, un manuscrit anonyme racontant sa vie professionnelle et personnelle jusque dans les détails les plus intimes.

Tous les ingrédients du roman universitaire classique anglo-saxon sont présents : des profs désirant ardemment être publiés, subissant le poids de la hiérarchie universitaire, en attente d’un poste fixe, confrontés à des difficultés financières, travaillant sur des sujets pointus qui intéressent un tout petit monde, participant à des colloques internationaux, se jalousant les uns et les autres, conciliant difficilement vie de prof et vie familiale,… Sauf qu’un roman universitaire, « c’est chiant », dixit un des personnages – déjà vu et revu ou plutôt lu et relu ! -.

Le problème avec JanePour renouveler le genre logdien, Catherine Cusset, l’auteur du vrai roman – pas le manuscrit que lit Jane – raconte l’histoire dans l’histoire. On suit le passé de Jane dans le manuscrit, mais également ses réactions actuelles, au moment où elle parcoure le manuscrit et se désespère, page après page, d’en trouver l’auteur, parmi ses anciens amants ou confrères. Plutôt bien vu, même s’il faut quelque fois fournir un effort pour ne pas perdre le fil narratif.

L’intérêt de ce procédé narratif réside dans la suspicion sans cesse renouvelée de Jane (et donc du lecteur) à l’égard de son entourage pour débusquer l’auteur décidément bien informé de ce manuscrit. Il permet aussi de donner du relief au récit du quotidien de Jane.

Cette enseignante, spécialiste de Flaubert, particulièrement fascinée  par Madame Bovary, ressemble à son héroïne de fiction. Ses aspirations se heurtent au principe de réalité. Elle est professeure d’université, femme de lettres, en quête d’une titularisation et d’une publication de son travail universitaire. Dans le travail, comme en amour, elle est exigeante – mais pas ambitieuse -, refusant simplement toute concession. Et finalement… elle n’est pas heureuse – enfin pas souvent.

Le problème avec Jane, Catherine Cusset (Gallimard, 1999 ; Folio, 2012). Le livre a reçu, en 2000, le Grand prix des lectrices de Elle.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.