L’avenir de l’enseignement numérique est-il déjà connu de certains ?

A 13 ans, Daphné Roller quittait l’école pour entrer à l’université hébraïque de Jérusalem et assouvir sa soif d’apprendre. A 18 ans, elle obtenait une maîtrise et partait étudier l’informatique à Stanford. Un peu plus tard, muni d’un PhD, elle devient enseignante.

Mais, lassée de répéter le même discours, année après année, elle décide de proposer des cours en ligne que les étudiants visionneraient avant de rencontrer leurs profs pour poser des questions et progresser. Son objectif : rendre l’enseignement moins passif. Le concept, lancé avec l’appui de Stanford, est devenu aujourd’hui une startup : Coursera.

Cette histoire – qui n’est pas une fiction (cf. article du Monde de l’Education) –, illustre la théorie du roman de Ken Grimwood : Replay (Seuil, coll. Points, 1997).

Et si certaines personnes avaient plusieurs vies ? Si elles se retrouvaient, 20 ou 30 ans en arrière, encore étudiants ou adolescents, mais en ayant gardé en mémoire leur passé ? Elles pourraient alors prévoir l’avenir – et notamment le boom des nouvelles technologies -. Visionnaires, elles développeraient des idées et des concepts précurseurs.

Que penser de tous les élèves, précoces dans leur scolarité, de tous les jeunes entrepreneurs capables d’anticiper les potentialités d’Internet ?