Le blog de Jean-François Fiorina

Classeurs/classés : même combat ?

Interpellé par la rédaction du site Educpros sur la question des classements des grandes écoles, je me propose, dans ce billet, de vous expliquer ce que j’en pense, et comment ils s’intègrent dans la vie de l’établissement que je dirige. C’est également le sujet du moment puisque nous sommes actuellement en train de remplir les-dits questionnaires !

Partie prenante du business model.
Le monde ultra concurrentiel des ESC offre un nombre impressionnant de formations fantastiques… dans la limite d’un marketing inversement proportionnel à leur qualité ! Les classements sont donc devenus, au fil du temps, indispensables. Vivre sans eux n’est certainement possible que pour le premier de la liste… Pour nos candidats et leur famille, il s’agit d’un élément de différenciation, d’une photographie de nos performances à un instant donné. Nous y portons une attention toute particulière. Et il faut avoir connu l’ambiance d’un dimanche soir de défaite dans les vestiaires d’un club de foot pour imaginer la déception de perdre une place au palmarès… Les classements ne sont cependant pas une fin en soi, c’est la réalisation du projet de l’école qui prévaut. Viser la première place, coûte que coûte, comme en Formule 1 constitue la meilleure assurance d’échec ! Les classements doivent être perçus comme des instruments de progrès. Les universités françaises auraient-elles réagi avec autant de véhémence, à la suite de la publication « coup de tonnerre » du premier classement de Shanghai en 2003* ?

Savoir les lire.
Les classements doivent être lus dans la durée, année après année, complétés par les accréditations dont disposent certaines écoles de management. En outre, la diversité des « classeurs » et des classements est telle que les comparatifs restent encore délicats. Ils donnent une tendance. Les niveaux de lecture sont divers, et même si le national prédomine, les classements européens et mondiaux se multiplient. De quoi perdre le lecteur dans un dédale de critères, de commentaires et de parti pris…

Améliorer le système.
D’année en année, la qualité des classements augmente sous l’effet conjoint d’une meilleure communication « classeurs »/écoles, et d’une méthodologie de plus en plus aboutie.
Professionnaliser l’existant, rendre les classements encore plus pertinents et compréhensibles, c’est le défi que doivent relever les écoles et les médias « classeurs ». Objectif et intérêt communs bien compris : diffuser une information de qualité. Car la question de la fiabilité de l’information transmise par les écoles reste posée même si de multiples possibilités permettent sa vérification. Autre dilemme : comment gérer la différence, la diversité, les spécificités de chaque établissement comme les admissions parallèles ou les liens privilégiés avec certains milieux industriels ? Toute la difficulté réside dans le fait que les critères de classement, à la fois normatifs pour offrir une certaine homogénéité, ne doivent pas, pour autant, banaliser les écoles et leur créativité. Comment valoriser ainsi la diversité sans se disperser, sans multiplier le nombre de critères au risque de nuire à la lisibilité d’ensemble ? Le débat reste ouvert !

En guise de conclusion, je dirais que les classements permettent aux écoles d’avancer et de se remettre en cause, et aux « classeurs » de gagner en pertinence, ils ne seront pas considérés – dès lors – comme des « faiseurs » ou « défaiseurs » d’écoles.
________________________________________
*Le chapitre des écoles de management auquel je participe rassemble dix directeurs d’école de commerce dont pour réfléchir, entre autres, à l’optimisation des critères de classement.
*Etabli une première fois en 2003 par la Shanghai Jiao Tong University/Institute of Higher Education, ce classement mondial des 500 meilleurs établissements de l’enseignement supérieur plaçait la première université française en 66ème position.

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Le vengeur masqué

    Bonjour M. Fiorina,

    je me permet de réagir (de manière anonyme^^) à votre post sur les classements. Il est évident, comme vous le précisez, que les classements sont un formidable outils de transparence pour les futurs étudiants et leur famille au vu de la très forte concurrence et l’investissement colossal que beaucoup d’écoles mettent dans le marketing afin de vendre leur formation.

    Grenoble Ecole de Management est depuis maintenant plusieurs années régulièrement classée entre la 6ème et la 8ème place concernant les grandes écoles de commerce françaises.

    Cependant, il existe un classement sur lequel nous sommes un certain nombre à ne pas très bien comprendre la pertinence, principalement par rapport au choix de programme que présente Grenoble Ecole de Management.

    En effet, dans le classement du Financial Times, Grenoble Graduate School of Business, l’école internationale de GEM, est classé 19ème.
    Cependant, dans la manière dont l’école communique, notamment en interne, on a l’impression que c’est le programme ESC Grande Ecole qui est classé, alors que ce n’est pas le cas. Par ailleurs, les autres écoles françaises classées dans ce même classement sont les programmes Grande Ecole et non un programme international de celles-ci.

    Ne serait-il pas plus logique de comparer le programme ESC de GEM afin d’avoir un réel comparatif de la valeur de ce programme sur la scène internationale?

    Je vous remercie beaucoup.

  2. jffiorina (Auteur de l'article)

    Bonjour,
    Nous avons choisi en 2005 le programme qui répondait aux exigences du Financial Times pour son classement Master.
    Par ailleurs, notre objectif n’est pas de ne nous positionner pas sur la scène internationale par rapport aux autres écoles françaises mais par rapport à nos concurrents du monde entier… Ces derniers n’ont pas de programmes Grande Ecole mais des équivalents de notre MIB.
    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.