Le blog de Jean-François Fiorina

Dans le rétroviseur…


Cette courte période de vacances de Toussaint me donne l’occasion de jeter un regard subjectif sur les événements qui ont marqué l’actualité depuis la rentrée.

Une crise qui se banalise.
Toutes les catégories sont maintenant touchées, salariés de tous secteurs, précaires non renouvelés, étudiants diplômés en stand-by. Les plus chanceux attendent une embauche « flash » – après avoir été pré sélectionnés sur C.V. – mais la visibilité des entreprises est telle que certaines appellent les candidats pour démarrer dans l’heure avant qu’un contre ordre ne vienne bloquer l’embauche… Cette crise est insidieuse, elle fait des ravages en silence, c’est terrifiant comme l’hypothèse d’une reprise sans emplois. Ne soyons pas trompés par quelques chiffres encourageants car cette crise entraîne d’autres dérapages. Quelle note mettrions-nous à une étude de cas sur le budget de l’Etat en 2010 ? Qu’allons-nous laisser aux prochaines générations ? On consomme aujourd’hui et on paiera demain…

Des services publics dégradés.
A mon sens, la qualité de nos services publics se dégrade : santé et transports en tête… Faut-il se résigner à attendre six mois pour consulter un spécialiste, un dentiste ? Attendre des heures aux urgences dans les hôpitaux, déjà au bord de la crise de nerf ? Voir des RER stoppés net sur les rails par manque d’entretien ? Accepter les retards ferroviaires ? Le citoyen paie de plus en plus pour un service de moins en moins bon. A l’heure où Barak Obama met en place un système de santé ambitieux aux U.S.A., que faisons-nous ? On se bagarre comme des chiffonniers à droite comme à gauche !

Le bourbier afghan
Personne n’ose imaginer le retour des Talibans au pouvoir. Cette hypothèse, pourtant bien réelle, signerait le fiasco complet de la communauté internationale, incapable de résoudre ce conflit vieux de trente ans. Que dire, dans ce contexte, du prix Nobel de la paix décerné au président des Etats-Unis ? Faut-il y voir la volonté de confirmer un espoir de changement, ou un cadeau empoisonné puisque cette prestigieuse distinction n’est généralement décernée que pour couronner une carrière méritante ? En tous cas, le fait de recevoir ce Nobel de la paix, une semaine après l’échec de la candidature de Chicago aux J.O. laisse planer un doute.

Banlieues et médias.
Là encore, il y a de quoi s’inquiéter. Incident ou drame, quoi qu’il s’y passe, les quartiers s’embrasent. Relavant une fois de plus, l’impossible dialogue attisé par une sur couverture médiatique. Quel contrat social écrivons-nous pour nos enfants ? Que de plans et d’annonces pour ces quartiers et pour quels résultats ?

Le management sous Excel…
La dramatique série de suicides à France Telecom a montré ce que la gestion des hommes réduite à une feuille de calcul Excel pouvait entrainer ! La prise de conscience du problème est amorcée mais la solution prendra du temps.

Le grand retour du management et de l’humain est, sans nul doute, la bonne nouvelle de cette rentrée. Un facteur humain qui semble cependant cruellement manquer dans certains secteurs comme celui du foot, heureusement moins tragique. Le repêchage de l’équipe de France en matches de barrage de la Coupe du monde montre qu’une somme d’individualités ne constitue pas une équipe ! Les talents s’expriment en club mais dans l’équipe nationale, pas de buts ! A Grenoble, le GF 38 n’a pas non plus de leçon à donner en matière de management sportif puisque le club a saboté son équipe de D1 en pleine ascension en laissant filer ses meilleurs éléments…

Les J.O au Brésil.
Le sport comme facteur de régulation géopolitique a frappé deux fois et de quelle manière ! Deux beaux symboles à l’affiche. D’abord le bonheur de voir la flamme olympique débarquer, pour la première fois, sur le sol sud-américain. Les finances de la ville de Rio de Janeiro vont sûrement se rappeler longtemps du coût de la manifestation mais elle entre dans la « cour des grands ». Belle image également que ce match de foot de la réconciliation entre la Turquie et l’Arménie.

« Paranormal Activity », un défi aux lois du marketing !
Ce « petit film » à 11 000 dollars en a déjà rapporté plus de 37 millions aux Etats-Unis. D’abord repéré par Spielberg puis oublié sur une étagère, « Paranormal Activity », s’est fait un nom sur la toile grâce à un marketing astucieux (buzz et votes dithyrambiques des internautes) pour passer, ensuite, dans le réseau national des salles de la Paramount. Bluffant !

IPod, la techno-bon sens.
Les ingénieurs de Nokia rêvaient d’un téléphone haute technologie avec GPRS nouvelle génération. Ils ont été quelque peu contredits par le mariage du bon sens et du design avec le développement, depuis 2001, de la gamme IPod de chez Apple. Bonne pioche, la firme à la pomme propose, aujourd’hui, sa propre vision du monde numérique et ça marche !

Je vous invite à continuer la discussion sur les réseaux sociaux, cette autre révolution qui mérite le détour même si leur modèle économique peine à émerger. Rendez-vous sur mon profil Facebook ou Twitter !

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Dubois

    Des vacances à la Toussaint ? Pour qui ? Pas pour ceux dont vous parlez dans cette chronique. La crise épargne donc ceux qui ont encore des vacances durant cette période. Cordialement. Pierre Dubois

  2. jffiorina (Auteur de l'article)

    Je parlais de nos étudiants… Mais à votre disposition pour échanger autour de chacun de ces sujets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.