Le blog de Jean-François Fiorina

Comme vous l’avez certainement vu dans les médias…

…et sur Internet ces dernier jours, notre Ecole est au cœur de l’actualité suite à une plainte déposée par l’une de nos étudiantes lors du week-end d’intégration.

Sur le fond de l’affaire, vous le comprendrez, je n’ai pas à me prononcer, sauf à dire que, si ce fait devait être avéré, il serait d’une extrême gravité. La seule certitude à ce jour est qu’une enquête de gendarmerie est en cours.

Dans ce contexte, sachez que l’Ecole, en lien étroit avec l’enquête en cours, a déjà pris et prendra toutes ses responsabilités.

Depuis le début, nos étudiants et notre personnel sont régulièrement informés.

Si je devais décrire l’ambiance à l’Ecole ces derniers jours, je dirais studieuse, car les étudiants ont repris les cours, mais aussi triste car cet événement nous affecte tous profondément.

Enfin, de sorte à préserver le droit fondamental au respect de la vie privée, il me semble important que chacun d’entre nous, dans ses propos, attitudes et, si possible même, dans son for intérieur, se garde de toutes conclusions hâtives.

Be Sociable, Share!

Commentaires (6)

  1. jonathan

    Les débordements liés aux effets de l’alcool absorbés en surabondance ne sont pas réservés aux séminaires d’intégrations.

    En revanche il est assez effarant de voir à quel point les médias se jettent sur ces cas isolés en jugeant d’emblée les intégrations de toutes les grandes écoles.

    Après nous avoir survendu leurs papiers et dossiers sur le bizutage, traditionnels marroniers de renrtées, l’Etudiant et l’Express en tête, ils sont plus que ravis de pouvoir se targuer d’avoir eu raison avant tout le monde.

    Ont ils seulement fait le tour des soirées étudiantes, où le problème des abus sexuels sous l’emprise de l’alcool est strictement le même, voire bien pire ?

    Il est bien plus facile de vendre du papier en traitant du bizutage que des problèmes d’une jeunesse suralcoolisée.

  2. jffiorina (Auteur de l'article)

    Je tiens juste à préciser que l’Etudiant n’a rien publié au sujet de cette affaire en cours.

  3. jonathan

    Rien publié, sauf sur twitter 🙂

  4. JessicaG

    Notre enquête sur le bizutage et les week-end d’intégration, publiée dans l’Etudiant et l’Express, n’était pas uniquement centrée sur les écoles de commerce. Parmi les témoins, on trouve aussi des jeunes en médecine, en école d’ingénieurs…

  5. jonathan

    Et donc voilà, après avoir crié au loup de façon bien rapide, on se rend compte que pour le cas de Nancy l’affaire de viol à Nancy est sur le point d’être classée sans suite.

    Encore une fois, beaucoup de bruit pour rien.

    Et systématiquement associer débordements de weekend d’intés et bizutage en général est un raccourci d’une facilité déconcertante. C’est verser dans le sensationnalisme. Mais je suppose que ça fait vendre du papier.

    ex avec le titre suivant, exemple parfait :

    Bizutage, ça dégénère : 2 enquêtes sur des soupçons de viols lors des WEI de l’ESC Grenoble et de l’ICN Nancy

    trouver « enquêtes », « soupçons » et l’affirmation « bizutage ça dégénère » est bien l’exemple du manque cruel de recul que l’Étudiant et la presse en général ont sur la question.

    d’ailleurs l’article en question est à revoir, car contient des informations fausses sur le cas de l’ICN.

  6. jffiorina (Auteur de l'article)

    Je publie votre commentaire mais je vous laisse la responsabilité de vos propos concernant l’article de l’Etudiant et leur propose de vous répondre directement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.