Le blog de Jean-François Fiorina

Télé-licenciement : Yahoo ! se positionne

Après l’annonce de son licenciement par téléphone, Carol Bartz, la patronne de Yahoo ! a sobrement envoyé un email à ses employés titré « Goodbye ». Elle déclarait en substance : « J’ai été heureuse de travailler avec vous, bonne chance pour la suite ».

Mais combien ça rapporte ?
Beaucoup puisque le cours de l’action Yahoo !, à l’annonce de cette décision éclair, a bondi de 6 %. Dommage qu’il n’y ait qu’un seul patron à virer ! Après un rapide calcul, le coup de fil sibyllin aura rapporté un bon milliard de dollars à la firme… Comment doit-on interpréter cette fluctuation ? A quoi tient une carrière ? La technologie a-t-elle pris le pas sur l’humain ? En tout cas le cours de bourse, lui, n’a pas hésité. Je vous laisse juge…

Rembourser la dette.
L’idée m’est venue d’indexer ce type de licenciement sur l’évolution du cours de bourse qu’il génère. Avec, en cas de bonus, une lourde taxe dite de « remboursement de la dette ». Et, en cas de malus, la démission du Conseil d’administration ! Alors êtes-vous bien ou mal payé ? A l’approche de la présidentielle, voilà matière à réflexion.

Autre idée, la création d’entreprises spécialisées dans le licenciement à distance, avec au choix, le téléphone, le mail ou le SMS. Il existe bien des services de textos alibis pour situations compromettantes… Quel avenir radieux pour ce nouveau management électronique des ressources humaines !
Double peine
Cette annonce a plombé l’ambiance mais la très sérieuse étude* citée dans la presse, la même semaine, a enfoncé le clou. Elle nous plonge dans un complet désarroi : ce sont les salariés les moins sympathiques qui gagneraient le plus d’argent reléguant les bien élevés au rang de sous doués de la carrière. Vous m’avez compris ce n’était pas une bonne semaine…

*Etude présentée au mois d’août lors du Congrès de l’Academy of Management à San Antonio sous le titre : « Les hommes et les femmes sympathiques finissent-ils vraiment derniers ? ». Il révèle un écart de rémunération entre un salarié masculin aimable et un grincheux de 18% ! Soit une différence de 7000 € en moyenne. Une attitude moins rémunératrice chez les femmes qui ne toucheraient que 1300 € supplémentaires…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.