Le blog de Jean-François Fiorina

2011, bilan plus que négatif

A quelques semaines de la tombée de rideau sur l’année 2011, en tant que directeur d’école, le discours que nous devons tenir à nos étudiants n’est pas simple. Que leur dire de cette crise multiforme ? Je vous propose un post de réflexion et d’humeur, en forme de bilan.

Manque de vision. Nos solutions à la crise financière et européenne restent superficielles, des rustines sur les pneus d’une voiture qui roulerait sur un champ de clous… Notre manque de vision géopolitique et stratégique est patent en France et en Europe. Nous sommes dans un dilemme terrible entre le nécessaire retour à la saine gestion des comptes publics et le danger de plomber encore plus notre croissance et celles des pays les plus pauvres. Se « refaire une virginité » au détriment des plus faibles ne résoudra rien, bien au contraire. Ne pas leur donner les moyens de repartir serait une erreur historique. Sur le terrain, les entreprises sont inquiètes, sans visibilité. Le moindre retard dans la prise de décision politique sera préjudiciable à l’économie. Et toujours ce problème récurrent de l’accueil des étudiants étrangers, nous sommes régulièrement interrogés, à la fois par nos étudiants et par leurs homologues à l’étranger. Leur « terrain de jeu », c’est le monde. Ils ne comprennent pas cette situation.

Révolutions arabes. Pas de miracle en vue comme certains pouvaient le croire. Ces peuples ont besoin de perspectives très concrètes comme celle de trouver un emploi voire de manger, tout simplement… Ces questions resteront, pour encore de long mois, les seules auxquelles ils demanderont des réponses immédiates. Et le premier que les proposera, même de manière simpliste, remportera la mise. Si nous n’aidons pas ces pays à se relever économiquement et politiquement, nous ferons implicitement le jeu des extrêmes avec, à la clé, de la déstabilisation et une hausse automatique des flux migratoires non contrôlés.

Campagne en vue. La présidentielle a démarré dans un chaos peu audible. Où sont les vraies questions ? Je prends l’exemple de la désindustrialisation de notre pays. Nous avons, certes, perdu une bataille mais sommes-nous résignés à voir disparaître l’ensemble de l’industrie de notre pays ? Nous ne reviendrons sur le devant de la scène qu’avec une industrie créatrice de valeur ajoutée. Comment y parvenir ? Comment mobiliser les écoles, l’enseignement supérieur, les PME pour atteindre cet objectif ? N’est-ce pas plus important que de savoir quel accord électoral va régir la suite d’événements dont nous ne maîtrisons rien ! Encore et encore, il est temps de changer de logiciel !

En positif, quand même… Avec LeWeb, l’événement qui a rassemblé le top de l’internet mondial, pour sa 2ème édition à Paris début décembre. Le numérique montre qu’il passe à la vitesse supérieure en devenant un acteur économique majeur. Ses modèles sont bien « réels » contrairement à ceux de la bulle internet des années 2000 et le « SO LO MO » (social, local, mobile), thème de l’événement, porte de belles perspectives de développement. Le gouvernement français vient, d’ailleurs, de rendre accessible un grand nombre de données publiques (sociales, fiscales, administratives, géographiques, etc). Une opportunité de création de services nouveaux que citoyens et entrepreneurs vont pouvoir exploiter. C’est une bonne nouvelle, bien que le site ne soit pas encore facile d’utilisation pour le citoyen.

Que cette crise, cela nous donne l’énergie de réfléchir et de concevoir la formation des métiers de demain, d’en imaginer les contenus avec nos partenaires, d’identifier les compétences qui feront des nos jeunes des citoyens d’initiative et d’innovation. Je pense que le développement de l’entrepreneuriat sous toutes ses formes, y compris au sein même des entreprises, sera le vecteur de notre sursaut. Restons innovants !

Bonnes fêtes de fin d’année et rendez-vous en 2012 !

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Dubois

    Merci, Jean-François, pour ce bilan synthétique de 2011. Les vraies questions sont posées.

    Pour ce qui est des étudiants étrangers diplômés et de la possibilité qu’ils travaillent en France au terme de leurs études, lire aussi
    Trois Pinocchios pour Laurent Wauquiez
    http://blog.educpros.fr/pierredubois/2011/12/23/trois-pinocchios-pour-wauquiez/

    Et Merci pour le lien DATA.gouv.
    Il y a aussi le fort bon site Statistique publique
    http://www.statistique-publique.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.