Le blog de Jean-François Fiorina

Festival de géopolitique : les émergents changent le monde !

Et de quatre ! Notre festival s’installe dans le paysage de la connaissance avec sa quatrième édition (8 au 11 mars 2012) tout comme le festival international de géographie à Saint-Dié-des-Vosges ou celui d’histoire à Blois. Sans tomber dans l’admiration béate du développement spectaculaire des pays émergents*, nous souhaitons en donner une vision positive en tant que gisement de croissance.  Venez en prendre plein les yeux et les neurones !

Un festival ouvert et accessible. L’objectif de cette manifestation est de rester accessible. Chacun, étudiant, professeur, chercheur, chef d’entreprise ou « simple » citoyen doit y trouver son compte, pour apprendre et comprendre qui sont ces fameux « émergents », bien décidés à ne plus être considérés comme les « larbins » des puissances historiques. La formule offre la possibilité de poser des questions, de rencontrer les intervenants de manière informelle. Bref de parfaire sa culture générale du monde moderne, ma définition de la géopolitique. Des étudiants originaires de Chine, du Brésil et de l’Inde viendront témoigner. Celles et ceux qui ne pourront se déplacer, pourront suivre les débats en direct sur Internet.

Quoi de neuf ? Trois innovations cette année :

  • Un concours de simulation de crise avec des étudiants de classes prépa (2 par classe). Vendredi à 9h, les équipes seront confrontées à une crise majeure à l’ONU… Comment la règleront-ils ?
  • En lien avec la « Semaine du développement durable » initiée par l’une des associations étudiantes de l’école, cette thématique essentielle sera débattue à l’occasion du festival.
  • Des émissions de RFI  en direct dont un enregistrement public, vendredi à 18h, de l’émission « Atelier des médias » animée par Ziad Maalouf sur le thème géopolitique et médias.

Et toujours le Festival du film documentaire géopolitique. A noter également le lancement d’un site autour de mes Notes clés de géopolitique.

Pourquoi la géopolitique ? Faut-il le rappeler, notre vocation en tant qu’école de management est de former nos jeunes diplômés à mieux comprendre le monde des émergents par des études de cas (assez rares dans ce domaine), une pédagogie inter culturelle, des échanges. Sur ce dernier point la Chine reste la destination la plus prisée, l’Inde est en baisse, et se maintiennent le Brésil et l’Afrique du Sud. Pour les entreprises françaises à l’étranger, notre mission, dans un contexte de forte baisse des expatriations, est de former à leurs méthodes de management des étudiants étrangers en France qui deviendront leurs futurs cadres ou de délocaliser nos programmes chez eux. Pour les Français, le marché du travail subit de fortes pressions, nos étudiants n’iront plus forcément chez Renault, Schneider ou Areva mais du côté de l’indien Tata, du brésilien Embraer ou du russe Lukoï. Dernier exemple, les entreprises, dépassées par la vague des révolutions arabes, ont besoin de jeunes professionnels au fait de la situation. Elles n’attendent pas de recettes miraculeuses mais une compréhension des enjeux, des notions d’intelligence économique et de gestion des risques.

*La Russie n’est pas intégrée dans le programme de ce Festival du fait des incertitudes importantes qui pèsent sur son avenir politique et économique.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.