Le blog de Jean-François Fiorina

« Former les dirigeants de 2030 » : mode d’emploi

A quelques jours de l’élection présidentielle, la jeunesse et l’enseignement supérieur ne se sont pas au centre de la campagne. C’est dommage. Mes convictions dans ces domaines ne sont pas en berne, bien au contraire ! Nous éditons, d’ailleurs, un livre blanc (« Former les dirigeants de 2030 ») dont je vous propose de partager la démarche.

Les candidats n’ont-ils plus de vision pour la jeunesse ou de marge de manœuvre vis-à-vis d’elle ? Le travail déjà accompli à l’université, serait-il terminé, abouti – ouf ! sans grève délétère ? Ou est-ce que la jeunesse ne serait plus une cible politiquement intéressante ? Une enquête récente de l’IFOP estime, en effet, à 40% l’abstention possible des 18 à 24 ans. Ce manque d’intérêt que j’ai pu constater dans des discussions avec mes étudiants m’interpelle. Les résultats de l‘Observatoire Passerelle ont également montré ce désintérêt pour cette campagne dès 2011. La réponse à la question : « Aucun des candidats ne représente mes aspirations », a recueilli un pourcentage supérieur à la valeur du 1er des candidats choisis (Hollande).

Ils seront les managers et les politiques de demain. Et devront également payer nos retraites dans les années à venir – enfin, je l’espère ! Ils toucheront notre héritage (au passif conséquent…). Il ne faudrait pas que cette population soit oubliée et qu’elle délaisse le politique faute d’une image positive renvoyée par les dirigeants.

Nous avons donc décidé de participer au débat, en rédigeant ce libre blanc dont les contours expriment ce que seront les jeunes managers de la prochaine génération. A nouveau monde, nouveaux managers. Il ne s’agit pas de tout révolutionner mais de donner un certain nombre d’orientations et d’idées marquées au coin du bon sens, chaque fois, éclairées par le témoignage d’une entreprise.

En tant qu’école au service des entreprises, notre mission est de former des managers « tout terrain », pour tout type d’entreprise, de la multinationale à l’association en passant par la collectivité locale. En sortant bien évidement du cliché qui colle aux business schools comme quoi nous serions les « suppôts du capitalisme » ! Ce sont d’abord nos convictions qui sont exprimées à travers six questions clés. Certaines solutions proposées sont déjà mises en place dans nos établissements.

Ce dossier a été envoyé à tous les prétendants à la fonction présidentielle. Espérons qu’il contribue à la relance de la campagne sur ces thèmes fondamentaux dans cette dernière ligne droite !

Former les dirigeants de 2030, Livre blanc de l'ESC Grenoble aux candidats.
Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. PR27

    Si elles étaient appliquées pour l’université, les propositions pour le financement me semblent être des usines à gaz quelque peu guidées par l’anti-étatisme et l’anti-fiscalisme… même si je conviens que l’internationalisation et les circuits fiscaux sont parfois difficiles à accorder.

  2. PR27

    …. mais la lecture des propositions que vous émettez ou relayez est toujours stimulante et instructive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.