Le blog de Jean-François Fiorina

Livre blanc, fin du tableau noir ? (2)

ecole_du_futur_EM_GrenobleCe que l’école du futur modifie dans nos établissements

Je vous avais promis d’explorer, dans ce deuxième post, les mutations qu’entraîne, dans nos établissements, l’école du futur, thème de notre récent Livre blanc. Voici les 5 points sur lesquels un directeur d’école doit se concentrer pour assurer cette transition.

1. Réorganiser les flux de l’école.

A l’heure du numérique, de la différentiation et de l’internationalisation des parcours, l’école n’est plus un lieu où alternent temps forts et temps faibles. La circulation des flux sera gérée avec davantage de précision dans un environnement réaménagé. La multiplicité des lieux devra être optimisée, on ne compte pas moins de 6 espaces différenciés :

    • Salles de social learning,
    • Amphis,
    • Salles de groupes,
    • Espaces de co-working,
    • Salles de vidéo-conférences et d’enseignement à distance,
    • Fab labs.

Objectif de cette réorganisation : repenser à la fois les espaces pour offrir à chaque temps fort de l’enseignement un cadre adapté (échanges, interaction, théorie, multimédia…) et gérer la multiplication des flux à l’intérieur et entre ces espaces.

2. Les systèmes d’information au cœur du dispositif d’enseignement.

Ce learning management system jouera un rôle critique pour toutes les parties prenantes dans l’établissement  (et à l’extérieur) : étudiants, professeurs, fonctions supports, direction et partenaires dépendent de la qualité, de la pertinence et de la rapidité à laquelle ils peuvent obtenir l’information qui les concerne. Le basculement dans l’ère du big data amplifie le phénomène.

3. Les fonctions supports au service de la pédagogie.

Pas d’école du futur sans grande pédagogie. Pas de grande pédagogie sans personnalisation, pas de personnalisation sans des services pédagogiques et supports qui gagnent en expertise pour gérer des flux et des cas particuliers plus complexes. La mutation vers l’organisation de l’école du futur s’appuiera sur un travail d’équipe renforcé. Pour la première fois dans l’histoire de l’enseignement, le personnel des écoles aura, aux côtés du professeur, un rôle aussi important à jouer.

4. La production et la valorisation de contenu seront des phases critiques

Les métiers de la communication pour se distinguer et faire connaître les spécificités de chaque école seront également des enjeux clés.

5. L’école du futur ne pourra pas tout faire.

Instant de lucidité, constat de faiblesse ? Non, agilité ! Nous ne  pourrons pas être des experts dans tous les domaines. La réussite sera donc collective et passera par la capacité des écoles à s’entourer d’un écosystème de partenaires fiables, capables de l’assister dans tous les domaines qui s’éloigneront de son cœur de compétence : la pédagogie ! L’école du futur sera donc une communauté de professionnels et d’experts au service de l’étudiant.

Quoi qu’il en soit, l’école du futur ne pourra fonctionner que si

les établissements préparent et accompagnent les professeurs à ces

évolutions et apprennent à apprendre aux étudiants.

Voir également notre vidéo sur « L’école du futur ».

 

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Pingback: Livre blanc, fin du tableau noir ? (2) | Evolut...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.