Le blog de Jean-François Fiorina

Mondialisation : bascules et mutations. Ma revue de presse médias et réseaux.

mondialisation de l'enseignement supérieurTout juste de retour de Casablanca, après avoir fêté les 15 ans de notre alliance stratégique avec l’ESCA ! Vous avez pu suivre en direct toutes les festivités et discussions si vous êtes fan de la tweetosphère et des réseaux. Je souhaite revenir sur cette mondialisation de l’Enseignement supérieur sous l’angle – un peu moins classique – d’une revue de presse de ces dernières semaines.

 

  • Le basculement géopolitique

Les Asiatiques montent en puissance par le nombre, l’influence et les classements. J’ai beaucoup insisté sur cette question y compris lors de mes conférences géopolitiques. La mondialisation de l’enseignement supérieur, c’est à la fois une bascule qualitative et quantitative. Un cheval de Troie efficace notamment en Afrique : nous fermons des Alliances françaises alors que les Chinois inaugurent des centres Confucius !

D’ici 2030, la Chine et l’Inde devraient fournir plus de 60% des diplômés en STEM des pays du G20
https://twitter.com/heckmann_Edu/status/591167437292380160

More than 500,000 Chinese students to take part in expensive overseas study tours
https://twitter.com/PatriceHoudayer/status/602791610494099456

50% of university grads will be from China and India by 2030. 8% from US ; 1% from France.
https://twitter.com/C_Cripps/status/591197040362807296

Vivier mondial de talents: quelles évolutions entre 2013 et 2030?

Sur le long terme, pour nous, Français, l’internationalisation est une chance, une opportunité. Nous n’avons pas à être pessimistes. Non par volonté politique mais par l’influence de notre langue. L’Afrique est francophone et le français va redevenir automatiquement une langue très parlée compte tenu des projections démographiques.

Internationalisation de l’enseignement supérieur : une chance et un problème pour la France
https://twitter.com/Strategie_Gouv/status/609647693930098688

Interesting : 7100 languages on Earth. Only 23 spoken by at least 50M people (natively).

Bascule au cœur même de l’Asie : les universités chinoises contestent la suprématie japonaise et les dépassent quantitativement.

 

  • Une guerre d’attractivité devenue universelle

La Turquie et la Malaisie ne sont pas en reste. Les deux pays veulent, d’ailleurs, participer à ce vaste jeu d’attraction des sphères étudiantes.

Malaysia Poised To Become Global Business Education Provider
https://twitter.com/ftherin/status/552477588418220033

Turkey wants to attract 1.5% of all students who want to study overseas in 2018
https://twitter.com/PatriceHoudayer/status/598352261094502400

 

  • L’impact de la vague numérique

Les politiques d’influence passeront aussi par le numérique et le développement des MOOC(s).

In China, MOOC Academy helps facilitate learning for students abroad or Out Of School. http://t.co/uMBHmMSVnt
https://twitter.com/WISE_Tweets/status/606732703384272896

Francophone higher education pledges digital cooperation
http://bit.ly/1JSJ5Xk 

Les technologies peuvent-elles résoudre la crise de l’éducation ?http://t.co/3VeiJJBMQ7

Le Monde @OpenEdTech
https://twitter.com/FrancoisTaddei/status/603631287686008832

Avec des risques ! L’amplification de la corruption, de la fraude aux diplômes avec un problème récurrent en Indonésie. Toutes les semaines, on découvre un tweet d’alerte dans le domaine.

Reports of fake degrees and diplomas on the rise in Indonesia http://ow.ly/OhRzl 

 

  • Des acteurs mondiaux pour un nouveau tempo et des modèles économiques en mutation.

Le réseau Linkedin fera-t-il muter les classements, la valorisation des compétences au gré de ses algorithmes tant quantitatif que qualitatif ? Détermineront-ils la meilleure business school qui offre les meilleurs métiers dans une entreprise ou un secteur donné ?`

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/reputation-des-universites-linkedin-va-t-il-rebattre-les-cartes.html (Educpros/28.05.2015).

La « manne » des étudiants étrangers co-finance l’investissement domestique des systèmes universitaires dans certains pays comme l’affirme le nouveau ministre britannique des universités :

Royaume-Uni : « Il n’y a pas de nombre limite d’étudiants étrangers ». AEF n°501950

« Il n’y a pas de nombre limite d’étudiants étrangers souhaitant poursuivre leur cursus chez nous, et nous n’avons pas l’intention d’en introduire un », annonce Jo Johnson, nouveau ministre d’État britannique pour les universités et la science, lors d’un discours prononcé à Londres le 1er juin 2015. « Les 3,9 Md£ [5,3 Md€] qu’ils nous apportent en frais de scolarité permettent à nos universités d’investir dans du matériel et des équipements de pointe », poursuit-il. Par ailleurs, il note que leur apport économique « est réel : pour 100 d’entre eux [non européens], 45 emplois à plein-temps sont créés et 4,6 M£ [6,3 M€] sont générés au profit des entreprises britanniques ». Jo Johnson se dit donc « inquiet à l’idée que certains croient que le Royaume-Uni n’accueille plus les étudiants étrangers aussi bien qu’auparavant ». Il évoque également les institutions « frauduleuses » qui ont été sanctionnées.

Certaines universités s’adaptent comme celle de l’Illinois avec son MBA low cost, adapté à une population étudiante mondialisée qui n’a pas forcément les moyens de se payer les standards occidentaux mais possède tous les talents requis.

University of Illinois to Offer a Lower-Cost M.B.A., Thanks to MOOCs https://twitter.com/BCGEd/status/595580058690924546

D’autres, comme en Finlande, s’interrogent sur la gratuité des inscriptions à l’Université…

Finlande : le gouvernement relance la question de création de frais de scolarité pour les étudiants

Après l’abandon en janvier dernier du projet de création de frais de scolarité pour les étudiants étrangers, le nouveau gouvernement finlandais (coalition entre le parti conservateur, le parti du centre et le parti des Finnois) remet la question à l’ordre du jour dans un récent document d’orientation politique (« position paper ») sur l’immigration, indique le site d’information.
(The PIE News/28.05.2015). 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.