Le blog de Jean-François Fiorina

QUE FAIRE ?


Bald_head_with_question_mark_64Comment dois-je réagir en tant que directeur d’école ? Les événements s’enchaînent, litanie d’événements douloureuse : terrorisme, crise de l’euro et de la dette, chômage structurel, crise des migrants. Et pourtant. J’ai la chance d’être au milieu d’étudiants pleins de fougue et d’envie. D’intervenir au meilleur moment de leur vie d’étudiant, de les préparer pour demain… Comment garder la tête froide ? Que doit-on enseigner et transmettre ? Voilà en quelques mots cette envie de partager ce questionnement dans un post imprévu et spontané.

J’ai d’abord une pensée particulière pour Sousse, ville avec laquelle notre école a tissé un partenariat fort depuis de nombreuses années. On ne peut pas nier ce risque terroriste, ces conflits qui se développent au Moyen-Orient, dans ces pays pour lesquels on ne voit pas d’issue, en Syrie, Irak, Libye… Et tout proche, ce bras de fer entre l’Union européenne et la Grèce, où personne ne comprend plus rien dans ce jeu (ce « je ») des acteurs, les chantages, les prises de positions…

C’est bien notre monde ! 

La situation globale s’aggrave entre déséquilibres et montée des extrêmes, alors qu’un nouveau monde émerge : ouvert, fluide, numérique. De nouveaux secteurs qui offrent de belles perspectives. Comment préparer au mieux les étudiants en naviguant entre optimisme et réalisme ? Ne pas être dans le déni, rester ouvert. En faire des citoyens détenteurs de leur propre vision du monde, développer leur curiosité pour qu’ils soient plus impliqués dans la société. Parce qu’ils vont travailler dans ce monde !

C’est peut-être là que réside la clé de l’école du futur, une école qui prépare à la fois au monde et à l’apprentissage d’un métier. C’est également notre vision de la « business school for business for society ». Avoir un impact sur le monde, ne jamais dissocier la réalité et l’enseignement. Être une école métier et citoyenne.

Comment s’y prendre ? 1/ rester optimiste 2/ lucide 3/ et… schizophrène. Oui sûrement un peu ! Entre des étudiants qui ont un projet, de l’avenir, des entreprises qui les embauchent, et puis ce monde, la montée du chômage…

Comprendre pour expliquer

Si j’ai choisi d’être directeur d’école, c’est parce que je crois en ma mission, au temps long. Il y a tant de questions importantes qui se posent. Quel avenir pour mes étudiants et mes enfants ?

Cela rejoint les notions de géopolitique et de développement personnel. Encore et toujours, comprendre le monde pour éviter le chaos, le chacun pour soi, l’isolement, n’être prisonnier d’aucune idéologie. Devenir des citoyens ++, développer son propre modèle de pensée. Je pense que c’est aussi le rôle de l’école du futur, tout au long de la vie. Le numérique ne pourra pas tout résoudre !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.