Le blog de Jean-François Fiorina

@EducationDay Twitter dans l’Enseignement supérieur : l’outil de l’événement et de l’expertise

Twitter, EducationDAySi Twitter a une réelle utilité dans le Supérieur, sa nature ne le positionne pas comme un concurrent majeur comme j’ai pu l’écrire pour Linkedin (recrutement, marque employeur, compétences, classements, etc). Après les classements, la semaine dernière, sur l’influence des écoles et des directeurs sur Twitter, voici mon retour d’usage du réseau à l’occasion de l’#EducationDay.

Comment je l’utilise ?

  • Une vraie source d’informations fiables. On se rappelle que la notoriété de Twitter est née, en 2009, de son utilisation par les étudiants et les dissidents iraniens. Par ce réseau presque « incontrôlable » par la puissance publique, ils ont pu informer le monde entier des fraudes massives lors de l’élection présidentielle de l’époque. Les journalistes ont ainsi découvert la puissance de l’outil, s’en sont emparés pour se tenir informés sur les points chauds de la planète. Cette image qualitative est restée dans l’imaginaire collectif, d’autant qu’il a également servi lors des révolutions arabes comme en Tunisie.

Aujourd’hui, ce rôle existe toujours mais la masse d’informations s’est densifiée. Pour devenir un canal de diffusion extrêmement puissant constitué de sources sérieuses et autorisées. Un genre de fil AFP « bis ». Tous les jours, en 15 à 30 mn de veille, je recueille beaucoup d’informations sur l’actualité, les tendances, les influenceurs, les concurrents…

L’avantage ? Une information rapide, à reclasser certes, mais qui alimente ma réflexion au quotidien.

Son modèle économique encore non abouti lui confère paradoxalement une image de « gratuité » et d’ouverture que prise beaucoup le monde de l’information et de l’éducation.

  • Un outil de communication et de valorisation

Twitter est devenu pour moi un compagnon. J’y exprime une partie de mon quotidien, ce que fait l’école, ce que j’ai envie de mettre en lumière. C’est un excellent moyen de communiquer sur nos réalisations. L’outil permet de diffuser massivement de l’information.

Autre avantage : la qualité de son audience. Les Twittos – ou utilisateurs de Twitter – sont plutôt éduqués, seniors. Ils sont en activité, ce sont des sources autorisées et souvent intéressées par ce que je diffuse. L’outil permet également de cibler mes interlocuteurs, d’engager la conversation. En ce sens, il joue son rôle de réseau au sens propre du terme.

  • Un outil du direct, de l’annonce, de l’événement

Complémentaire à toutes les conférences ou manifestations, Twitter offre la possibilité de réaliser facilement un direct. Via un hashtag – mot clé qui permet de fédérer des Twittos autour d’une discussion en direct – ou mieux via une appli type LiveTweet App, beaucoup utilisée par les grands médias sur le web, cela permet de relayer, de compléter, d’interpeller, d’entrer en contact avec de nouveaux acteurs. Lors du festival de Géopolitique, nous l’utilisons en ce sens pour diffuser hors les murs et d’interagir en live pendant les événements (questions ou commentaires repris par les modérateurs).

C’est également le lieu privilégié de rencontre du monde médiatique et des réseaux d’influence (journalistes, bloggeurs, politiques, décideurs). L’annonce, la petite phrase s’y prête à merveille… en espérant que le buzz démarre pour se répandre dans les médias.

  • Un outil au service de l’expertise et de la marque

Dans mon métier de directeur d’école, et plus largement dans le monde de l’Enseignement supérieur, Twitter renforce l’influence. C’est un outil au service de l’expertise et du développement de la marque.

  • Un outil pédagogique ?

Si les étudiants et les enseignants-chercheurs peuvent être impactés par Twitter (approche experte, promotion de la recherche), les visées pédagogiques sont encore balbutiantes. Comment communiquer avec une salle de classe, faire passer des messages ultra chocs en 140 caractères ? Ce sont de très bons exercices de communication et de marketing. On voit bien les grands succès de Ma thèse en 180 secondes . Il y a beaucoup d’autres utilisations à imaginer !

Limites et contraintes

  • Définir et assumer sa ligne éditoriale

Démarrer c’est bien, durer c’est mieux ! Afin d’y parvenir, cela suppose une ligne éditoriale, une stratégie globale qui s’applique à Twitter comme aux autres réseaux sociaux. Sinon la machine s’essouffle, la production de même. Rien de pire sur un réseau instantané d’un manque de réactivité…

Cela suppose une discipline personnelle, d’y consacrer du temps dans la journée sans dénaturer son activité bien sûr. S’il faut une ligne éditoriale, elle doit correspondre au personnage. Il n’est pas possible de déléguer en permanence l’animation de son fil à d’autres personnes. Cela suppose également d’avoir sa tablette ou son smartphone sous la main pour réagir rapidement, des zones connectées et des prises électriques – mes besoins fondamentaux dans ma pyramide de Malsow personnelle !

Il faut se projeter sur le long terme. La rentabilité immédiate n’est pas possible ce qui nécessite de l’inclure dans une stratégie.

Je m’impose de ne pas twitter ou quasiment pas le week-end end et pendant les vacances…

  • Les étudiants y sont encore assez peu présents et actifs

De manière surprenante, autant les étudiants sont tous sur Facebook, beaucoup sur Linkedin, un peu moins sur Viadeo, autant ils ne le sont que très peu sur Twitter.

Est-ce l’aspect synthétique, pas assez fun, sont-ils un peu jeunes pour y animer un réseau et un fil d’infos qui prend forcément du temps ? Attendent-ils un résultat immédiat, beaucoup de followers ?

Pourtant, c’est au service de leur propre marque ! J’ai le souvenir d’un étudiant en double diplôme GEM – Sciences Po qui, devenu blogueur pendant son master, a construit une notoriété et une expertise reconnue en marketing digital. Son blog et son fil Tweeter lui ont permis d’entrer chez Dailymotion en stage puis d’y être embauché. À méditer pour construire sa stratégie personnelle étudiante…

  • Le risque de l’information circulaire vs la variété

Faute de temps ou d’inspiration, le penchant naturel est au « retweet ». Une pratique intéressante puisqu’elle donne du poids aux informations intéressantes souvent les plus partagées mais qui peut être considérée comme une stratégie « suiviste ». Elle encourage le phénomène de l’information circulaire – toujours la même chose en boucle – qui peut limiter l’impact sur son audience. D’où l’importance d’avoir vraiment une stratégie éditoriale, de produire du « tweet original », de varier les formes (texte/photos/liens/commentaires/avis), d’innover, de ne pas faire que reprendre…

  • L’importance des instruments de mesure

Il existe de nombreuses applications qui permettent de suivre l’évolution du nombre de ses followers, de son influence (Klout), etc. Mais pas de recette miracle ! Restons humble ! Certains jours, je me dis que mes tweets du jour n’ont pas peu l’influence espérée et puis le soir, je me retrouve avec des scores de malade ! À l’inverse, sur un sujet d’actualité, je pense faire un malheur, je tweete et retweete, et puis, quelquefois, c’est le bide total ! Comme dans les réseaux sociaux, il faut une stratégie à la base et la suivre. Malgré son apparente simplicité, il ne faut pas s’y tromper, son usage n’est pas aussi évident que les autres réseaux sociaux.

  • Pas d’addiction, pas de dépendance

Comme sur tout réseau social, le risque addictif existe. Il faut rester vigilant puisque que nous sommes sur des réseaux propriétaires dont le business model pour Twitter n’a pas été encore prouvé. En témoigne les licenciements annoncés hier.

La question de sa pérennité – en tout cas dans sa forme actuelle – reste posée. Un paramètre qui doit donc entrer dans la définition de la stratégie en diversifiant les supports, en restant agile pour en tester de nouveaux. Cela montre bien, en tout cas, qu’il faut d’abord une stratégie dont les outils sont un moyen plutôt que de faire une stratégie à partir des outils !

Vous aurez compris que je suis actif sur Twitter donc n’hésitez pas à en savoir plus ! #FOLLOWME ! @JFFiorina https://twitter.com/JFFiorina

Partagez ce billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>