Le blog de Jean-François Fiorina

Innovation pédagogique : l’essentiel du #colloqueCGE

Innovation pédagogique, stratégie

©Helloquence

 

Jour d’affluence lors du récent colloque de la CGE (11 mai) sur le thème de l’innovation au service de la pédagogie. Tant mieux ! Le sujet est d’actualité : articles, tweets, conférences internationales (EdTech X Europe) bousculent sur cette question le monde de l’éducation et de la formation. Comment l’intégrer dans nos établissements, avec quels moyens et avec qui ? Pour quelles finalités ? Sera-t-elle portée par le nouveau ministre de l’Education nationale qui est un fan d’innovation pédagogique et d’expérimentation ? Retours sur ce que je retiens de cette journée. Et ma sélection des nouveaux acteurs/EdTechs qui montent. 

Innovation pédagogique : les enseignements du colloque CGE – Conférence des Grandes Ecoles.

1/ Pourquoi innover ? 

L’évolution de la pédagogie devient un enjeu central pour les établissements de l’Enseignement supérieur face aux défis à relever : concurrence, internationalisation, massification des flux étudiants, diversité et hétérogénéité des publics, numérique, accès à l’emploi et réussite, etc).

  • Les contenus pédagogiques sont de plus en plus hétérogènes :

On n’enseigne pas de la même manière un cours fondamental de Droit ou de Finance qu’un cours de spécialité, ni les soft-skills ­— compétences du XXIème siècle —, telles que l’analyse critique, la créativité, le travail de groupe, la veille…

  • Optimiser l’apprentissage :

Que ce soit dans les établissements scolaires ou supérieurs, dans les entreprises, l’objectif est d’améliorer les performances des parcours d’apprentissage, de plus en plus nombreux et scandés dans des temps de plus en plus courts.

  • Hétérogénéité des niveaux des étudiants/ apprenants :

Toujours plus de diversité dans le recrutement en amont des filières ou à l’international, une dynamique qui requiert des mises à niveau ou des spécialisations efficaces. Le mix présentiel/distance et des méthodes pédagogiques innovantes peuvent faciliter cette nouvelle donne.

  • Dispersion des sites de formation :

Écoles ou universités multi-campus, promotions asynchrones, sites de formation à distance dans les entreprises… les logiques d’unité de lieu, de temps et de promotion qui prévalaient évoluent rapidement. Que ce soit en matière pédagogique, administrative ou institutionnelle, la continuité des cursus et des flux d’informations est au cœur d’une nouvelle dynamique et stratégie d’établissements connectés et en réseau.

  • Aspect économique – effets de seuils économiques (mais aussi pédagogiques) :

Pour faire face à la croissance de la démographie étudiante tout en garantissant une qualité optimale, l’innovation pédagogique offre de nouvelles possibilités de gestion quantitative et qualitative.

  • Mobiliser les générations Y & Z :

Pas facile de mobiliser l’attention des générations digitales sur des formats pédagogiques traditionnels. S’ils plébiscitent toujours le rapport humain au professeur, la nature de ce rapport évolue. On évolue vers des formes de coaching, de gamification, de classes inversées, de co-construction.

  • Multiplicité d’expérimentation : si la pédagogie est basée pour partie sur la répétition, elle l’est aussi sur la variété des expériences proposées en fonction de ses publics et des objectifs visés, pour favoriser les apprentissages. 

 

2/ Donner sens : quelques réflexions tweetées pour faire avancer les choses

Le cours n’est plus un simple « contact » entre un professeur et des élèves :

Et voir d’autres tweets sur l’événement : http://toptwitter.com/fr/ColloqueCGE-hash

 3/ Le professeur est à la base de tout

Cela conforte le grand retour à la pédagogie comme je l’ai souvent rappelé dans mes posts. Mais il y a plusieurs conditions à la réussite :

  • Se former non seulement aux outils mais également aux nouvelles méthodes.
  • Disposer de moyens. Il ne s’agit pas d’un simple transfert d’un support d’enseignement à un autre mais d’une autre approche qui demande créativité et scénarisation. Cela nécessite du temps et un accompagnement.
  • Valoriser l’innovation pédagogique. On assiste à beaucoup de débats sur la valorisation de l’innovation pédagogique dans la carrière d’un professeur. Comment l’évaluer ? Comment la prendre en compte ?

A cet effet, je conseille la lecture du livre blanc de la CGE : « Reconnaitre l’excellence et les pédagogies dans l’enseignement supérieur. Le cas des écoles de management françaises. »

La recherche de l’enseignant « mouton à 5 pattes » — « bon » partout —, de la salle de classe à la recherche en passant par une maîtrise pointue des nouveaux outils, est-elle la solution ? N’aurons nous pas plutôt des types de professeurs différents, intégrés dans des équipes pluridisciplinaires au service de la pédagogie ? Des nouveaux métiers vont également émerger et rejoindront ces équipes pédagogiques d’un nouveau type pour créer une nouvelle expérience pédagogique.

Une remarque personnelle, l’innovation pédagogique est un critère qui devrait être intégré dans les classements mais — éternelle question — comment ?

 

4/ Reconnaître le droit à l’erreur

Oui, il le faut mais culturellement nous ne sommes pas prêts. Nous posons rapidement une étiquette sur un individu ou sur une méthode qui tente et échoue. Nous devons valoriser les retours d’expérience bons ou mauvais pour progresser. Tout en capitalisant sur ce qui marche en s’inspirant des avancées actuelles telles dans les neurosciences ou la psychologie cognitive.

Notre droit à l’erreur reste limité, nos étudiants payent et les familles ne comprennent pas toutes les dimensions de notre métier. Faire une erreur nous sera toujours reproché.

 

 5/ Travailler avec les nouveaux acteurs

  •  Comme pour les entreprises, elles vont être notre R&D :

Klaxoon – apprentissage interactif et dynamique

Didask – efficacité pédagogique

Motion Recall – réalité virtuelle

  • S’inscrire dans notre politique de service :

Cursuspro – guide des formations

Studylink – crowdfounding

Zeeme – aide les étudiants à être vus

Appscho – SI des établissements

Nomad

Pour d’autres, il va falloir trouver un mode de fonctionnement car elles vont être pour nous des menaces :

Openclassroom

360 learning

Coorpacademy

Ces nouveaux acteurs peuvent jouer un rôle d’incubateur pour nos étudiants ou nous aider à développer notre dimension internationale et géopolitique. Je pense à nos implantations et nos relations avec d’autres pays (Afrique).

 

6)    Le projet d’entreprise

Pour GEM, l’innovation pédagogique est au cœur de notre projet d’entreprise.

  • Un axe stratégique :
    • être l’une des écoles en Europe où s’invente l’école du futur
    • fort soutien de la direction générale, Loïck Roche et moi savons ce qu’est une salle de classe
    • l’innovation pédagogique est une conviction et non une raison économique
    • Pas de dogmatisme en la matière.
  • Une gouvernance :
    • comité d’innovation pédagogique 
  • Un état d’esprit :
    • Liberté de créer et d’expérimenter – Cas d’Hélène Michel (serious games) et de Christian Rivet (connected shop)
    • Brown bag : rencontre informelle 
  • Un Prix de l’innovation pédagogique qui récompense et stimule la créativité des enseignants de l’école.
  • Une école de pensée et de réflexion :
  • Une valorisation/reconnaissance

 

7 ) Mon rêve en matière d’innovation pédagogique ?

Comme je l’ai évoqué en réponse à la question de Frank Bournois (Dean @ ESCP Europe) : que je puisse toujours avoir autant de passion (et de temps), que je continue à me faire plaisir car la salle de classe n’a plus aucune limite !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.