Le blog de Jean-François Fiorina

Revue de tweets dans un monde de folie !

revue_de_presse_enseignement_sup

STOP ! Voici ma revue de tweets « Enseignement supérieur & stratégie », déconnexion obligatoire le temps de cette prise de recul nécessaire pour décider. L’actualité de l’Enseignement supérieur en France foisonne depuis quelques mois entre annonces et réformes, tribunes et prises de position. Questionnements salutaires mais pendant ce temps-là, le monde de s’arrête pas de tourner ! Innovations pédagogique et disruptive, mondialisation des flux, école du futur… Tout s’accélère. Alors, arrêtons-nous un instant ! 

Technologies, outils, applis

De l’impact de la réalité virtuelle/ Intelligence artificielle sur l’éducation, l’université et la formation continue :

  • Réalité augmentée / Intelligence Augmentée et enseignement supérieur :

https://www.redbrickresearch.co.uk/2017/08/30/how-virtual-reality-could-transform-higher-education/

https://www.weforum.org/agenda/2017/08/artificial-intelligence-will-transform-universities-here-s-how/

EdTechs

Stratégie d’établissement, innovation pédagogique

  • « En devenant des EESC, les écoles de commerce adoptent les modes de fonctionnement des entreprises » (S. Lacoste, Kedge). AEF.
    Par Sarah Piovezan- Le mercredi 18 octobre 2017 – dépêche n°570648

Les écoles de commerce post-prépa devenues EESC , « avec leur reconnaissance comme personnes morales », « deviennent autonomes sur le plan de leur gestion et doivent revoir leur mode de fonctionnement », écrit Sylvie Lacoste, professeur associée à Kedge BS, dans un article paru sur le site The Conversation le 17 octobre 2017. « La première conséquence de cette autonomie est symbolisée par le déploiement d’un vocabulaire financier issu de l’entreprise : ‘chiffre d’affaires’, ‘plan d’investissement’ et désormais, malgré leur mission d’intérêt général (et bien que le mot profit ne soit pas encore vraiment prononcé), elles se doivent de dégager une ‘marge opérationnelle’ afin de financer leurs investissements. » Pour l’auteur, « en devenant une ‘entreprise’ comme les autres […], les écoles devraient pouvoir trouver un nouveau souffle ».

  • Didier Kling président de la CCI Paris Île-de-France. AEF.

« Veut-on nous forcer à vendre une de nos grandes écoles de commerce ou à en ouvrir largement le capital ? Nous avons des demandes du Qatar où HEC est implanté et, plus généralement, du Moyen-Orient mais aussi d’autres pays comme Singapour où nous sommes également présents », répond Didier Kling, président de la CCI Paris Île-de-France, dans une interview aux Échosparue le 19 octobre 2017. Il est interrogé sur la nouvelle baisse du budget de la Chambre prévue par le PLF 2018 (lire sur AEF).  « Les précédents plans d’économies ont été accompagnés de 1 015 départs, contraints pour certains. Maintenant nous devons clairement repasser en mode projet, reconstruire. Mais il est exact que si notre budget est effectivement amputé de 37 millions d’euros, il faudra bien que je les trouve quelque part ! », assure aussi Didier Kling dans l’interview accordée aux Échos.

  • L’université de Cambridge pourrait abandonner les examens écrits à la main sur papier - Par Catherine Buyck- Le mardi 12 septembre 2017 – source : AEF- dépêche n°568167

L’université de Cambridge a lancé un sondage en ligne auprès de ses étudiants pour savoir s’ils seraient prêts à passer leurs examens sur ordinateur ou sur tablette, et non plus sur papier, et si cela aurait un « impact positif important » sur leur « bien-être », rapportent The Telegraph le 8 septembre 2017, suivis par The Guardian   et BFMTV . « Nous nous soucions depuis des années du déclin de l’écriture manuscrite », explique Sarah Pearsall, professeure d’histoire à Cambridge. « Assurément, cela ne va pas en s’arrangeant. C’est difficile à la fois pour les étudiants et pour les examinateurs, étant donné qu’il devient de plus en plus compliqué de lire les copies. » 

Mondialisation de l’Enseignement supérieur

L’influence chinoise : tous azimuts !

Afrique :

Europe – Monde :

  • Emmanuel Macron propose de créer des « universités européennes »
    Par René-Luc Bénichou – Le mercredi 27 septembre 2017 – source : AEF dépêche n°569170

Le président de la République Emmanuel Macron « propose la création d’universités européennes qui seront un réseau d’universités de plusieurs pays d’Europe », dans un discours sur « une initiative pour l’Europe », prononcé à La Sorbonne à Paris, le 26 septembre 2017. Il vise « l’objectif d’en construire au moins une vingtaine » d’ici à 2024 et, « dès la prochaine rentrée universitaire », d’en « structurer les premières, avec de véritables semestres européens et de véritables diplômes européens ». Ces universités européennes mettront en place « un parcours où chacun de leurs étudiants étudiera à l’étranger et suivra des cours dans deux langues au moins », précise le président. Elles seront aussi « des lieux d’innovation pédagogique, de recherche et d’excellence ». Cette proposition intervient alors que la France va organiser le sommet inter-gouvernemental de 2018 sur le suivi du processus de Bologne.

Partagez ce billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>