Le blog de Jean-François Fiorina

L’école du futur recrute !

e-learning, formation en ligne, tuteur

©ASTE

Cela faisait longtemps que j’avais l’idée de parler de ces « nouveaux métiers de l’école du futur ». Le déclic s’est produit quand j’ai reçu une publicité d’ Openclassrooms pour une formation spécialisée dans le domaine de la paye. Figurait également une proposition pour devenir mentor en ligne, mission compatible avec une activité professionnelle. Une révolution s’annonce, de nouveaux métiers naissent pour concevoir et accompagner les apprenants, faciliter et optimiser les missions de plus en plus nombreuses et complexes des établissements de l’Enseignement supérieur. Partons à leur découverte !

Openclassrooms, tuteur, online

Openclassrooms lance sa formation « paye » et recrute ses tuteurs online dans le même temps…

  • Mon tuteur en ligne

L’école du futur va entrainer la création de nouveaux métiers, dans tous les domaines, pédagogiques et extra-pédagogiques comme celui de Tuteur en ligne. Un métier, une compétence dont nous aurions tous aimé bénéficier en galère devant notre ordi !

Ces tuteurs seront chargés de suivre les étudiants inscrits dans les programmes on-line. Leur mission consistera à les maintenir en permanence « sous pression » pour qu’ils aillent jusqu’au bout de leur cursus. Comme on le sait, le taux d’abandon dans ce type de programme reste élevé. Ils seront soit des professionnels en activité ou des tuteurs « à temps complet ». Il ne sera pas nécessaire qu’ils se rendent dans les locaux de l’école pour exercer leur métier et pourront être situés partout dans le monde.

Notre challenge sera de les identifier, de les former, de maintenir un lien qualitatif et dans la durée avec eux. Mais également de les manager. Comment pourrons-nous, par exemple, évaluer leur performance alors qu’ils seront peut-être les premiers ambassadeurs de la marque ? Faudra-t-il imaginer des certifications métiers pour définir des standards de qualité ? Stratégique !

  • Curriculum designer

Autre exemple de métier de l’école du futur : le designer de curriculum, en charge d’aider les étudiants à définir le parcours adapté à leurs objectifs professionnels. À la fois conseiller carrière, conseiller en développement personnel, professeur (pour la maîtrise des contenus pédagogiques), DRH (pour la partie gestion et développement des compétences) et coach, il travaillera en présentiel ou à distance. L’Intelligence Artificielle va faciliter le développement de cette fonction et aider à la prise de décision.

  • Designer de flux

Nous trouverons aussi des designers de flux dont la mission sera d’aider à l’optimisation des flux dans les bâtiments de l’école du futur (cf post de la semaine dernière). Une mission très importante pour générer des flux permanents, harmonieux et pertinents — selon les populations — dans tous les espaces pour faciliter les rencontres et les apprentissages.

  • Data Expert

Les données récoltées, leur analyse et leur valorisation vont également générer nombre de nouveaux métiers. Nous allons devoir recruter rapidement des spécialistes en infrastructures SI, des experts de la gestion des données, de la cybercriminalité sans compter des talents maitrisant toutes les spécificités de la RGPD.

Ça recrute dans l’école du futur !

Ce ne sont que quelques spécialités mais poussé par la curiosité, j’ai effectué une recherche rapide sur les métiers « e-learning » sur Linkedin, Indeed et l’APEC.

BPI

Quelle ne fut pas ma surprise de constater la profusion d’offres dans ce domaine ! 446 propositions sur le site de l’Apec, 1465 offres sur celui d’Indeed. Ce qui m’a également impressionné, c’est que ces offres émanaient de tous types d’entreprises, taille, secteurs d’activité et géographique.

Pour ceux qui me suivent, vous m’avez souvent entendu dire que les entreprises étaient en avance sur l’école du futur par rapport aux établissements d’enseignement supérieur. C’est une réalité !

Trois exemples m’ont particulièrement marqué : Mayo clinic, Inhesj, BPI.

MAyo_clinic

Liste (un peu à la Prévert) de ces propositions :

  • Chef de projet e-learning (avec ses équivalents chef de projet digital learning ou chef de projet mobile learning)
  • e-learning specialist
  • E-learning support officer
  • E-learning advisor
  • Spécialiste conception e-learning
  • Concepteur rédacteur e-learning
  • Concepteur en digital learning
  • Mobile learning consultant
  • Chargé de mission e-learning
  • Chargé de e-formation
  • Assistant mise en forme e-learning
  • Formateur / trice e-learning
  • Distributeur de contenus sur étagère
  • Administrateur LMS
  • Producteur de formation sur mesure
  • Concepteur / réalisateur
  • Intégrateur de plate-forme de e-learning.

Cette liste est déjà impressionnante alors qu’elle ne prend pas en compte tous les métiers liés au marketing ou à la commercialisation de ces produits solutions. De plus, cette requête ne portait que sur un seul mot…

apec

Quelles conséquences dans nos établissements ?

Nous serons amené à intégrer ces compétences dans nos équipes. La question sera de savoir si elles existent déjà et comment les identifier. L’offre de formations me semblant peu en adéquation avec les besoins de recrutement, il nous faudra trouver d’autres solutions telles que la mutualisation que j’évoque régulièrement. Quoi qu’il en soit, on assiste bien à une spécialisation des métiers dans nos établissements !

Cette liste est cependant loin d’être exhaustive et fera l’objet d’autres posts !

À suivre…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.