Le blog de Jean-François Fiorina

Ma rentrée de directeur : enjeux et exercice de prospective

Reposé et d’attaque pour ma 18ème rentrée à GEM, Grenoble Ecole de Management. Enthousiasme et passion sont toujours au rendez-vous ! De quoi sera composée cette année académique ? Je vous propose de le découvrir ainsi qu’un exercice de prospective/perspective tout personnel pour cette reprise de blogging.

1. Les « classiques » d’un Directeur d’école de mangement

Ils commencent par la Rentrée et ses discours pour moi très importants. Des messages à la fois sur l’école, sa culture, son histoire, sa stratégie et son positionnement. Je passe en revue le programme, nos attentes, l’organisation et les temps forts. C’est également l’occasion de faire passer des messages forts sur les valeurs que nous portons. Et cette année, j’insiste sur le respect de l’autre pour éviter toute dérive y compris sexiste aussi bien à l’école qu’hors les murs. Fidèle à notre habitude, nous ferons de la pédagogie, de la sensibilisation et de l’information auprès de nos publics. Qui s’inscrit d’ailleurs dans notre initiative WoMen@GEM dont l’objectif est de faciliter la création d’un environnement de travail équilibré et sans préjugés, entre les hommes et les femmes. Nous avons rappelé les règles et objectifs du week-end d’intégration (WEI) à quelques semaines de l’événement. Beaucoup de sensibilisation mais zéro tolérance !

Les discours d’accueil sont également ponctués de messages sympathiques pour les étudiants du Programme Grande Ecole fraîchement arrivés avec un retour sur le concours d’entrée.

Des contacts et des mots qui participent à une rentrée réussie prémices généralement d’une bonne année.

Ensuite, nous attaquons la prospection pour l’école car tous les compteurs sont remis à zéro chaque année, y compris pour les classements. Cela suppose, entre autres, des rencontres régulières avec des journalistes à la fois français et étrangers. Début octobre, je serai à New-York pour une rencontre avec des journalistes américains.

Il y a également la gestion des instances internes de l’école. Pour moi, le Copil GEM, le Comité de programmes, les jurys d’admission et de diplôme, très exceptionnellement des Conseils de discipline.

La participation aux événements de l’école et — sur tous nos les campus (Berlin, Singapour, Casa, etc) —, j’ai prévu une visite. Il est important pour moi que tous les étudiants GEM aient pu me rencontrer une fois par an (au moins).

Cette année verra également plusieurs temps forts, notamment le renouvellement de la norme NF 214 (qui concerne les organismes de formation) en novembre 2018, puis les importantes visites pour le renouvellement AMBA et AACSB début 2019, l’audit in situ de la Conférence des Grandes Ecoles de notre MSc Humanitarian management et bien évidemment le Festival de géopolitique qui se teindra du 13 au 16 mars 2019 sur le thème (DES)UNION EUROPÉENNE. C’est un sujet qui interpelle aussi l’Enseignement supérieur. Il y a beaucoup à dire : Erasmus, Bologne, les ECTS et cette fameuse université européenne sujet de mon post du 26 avril 2018). J’animerai au moins une conférence sur ces sujets.

Sans oublier le management de mon équipe dévouée et impliquée. S’ils n’étaient pas là, je ne pourrai pas faire tout cela.

Cette année se met en place une nouvelle organisation avec la création d’un département SEE — Student Experience and Employability.

2. Réflexions sur les modifications de notre environnement

Les lois sur l’apprentissage. Quels impacts possibles à la fois sur le financement et les sections d’apprentissage ? Beaucoup d’interrogations aussi quant à cette agence France Compétences et la disparition éventuelle du RNCP. Là aussi il y aura un impact conséquent sur notre offre de programmes. Une formule qui plait énormément – cf mon post avec Alice Guilhon. Et pour la Formation continue, même combat, des interrogations encore sans réponses. Au-delà de la loi votée le 1er août, il faudra suivre les décrets d’application.

Nous devrons anticiper le passage à l’IUT en 3 ans et son impact sur nos recrutements. De toute façon, nous n’échapperons pas à une réflexion globale sur les oraux d’admission. Comment identifier les talents parmi des étudiants qui sont de plus en plus préparés, y compris les passerelles ? Et, au-delà, les conséquences sur les concours de la réforme du bac et de la fin des séries.

Parcoursusp, à suivre… Atout + 3 a choisi d’y aller dès l’année prochaine. Cela va-t-il nous amener plus d’étudiants ? Est-ce plus simple ou non ? Pour l’instant, j’émets quelques réserves d’après ce que j’entends.

3. Mes différentes responsabilités

Savoir donner pour recevoir. L’une de mes missions est de contribuer à l’animation et au développement de notre communauté académique. C’est pourquoi je suis membre du Conseil du Chapitre des écoles de management (partie intégrante de la Conférence des Grandes Ecoles — CGE) et membre de la Commission Accréditations de la CGE (je dois être l’un des plus anciens !). Cette Commission a beaucoup évolué et s’est professionnalisée pour permettre le développement des MS, MSc (que de débats pas encore terminés sur ce thème !) et les badges sans compter les audits in-situ qui sont devenus d’ailleurs une tendance lourde des accréditeurs. La CEFDG l’a annoncé lors de sa réunion en juillet. C’est une bonne chose car cela permet des échanges, un challenge permanent et donc une progression. Un bémol, l’organisation des visites en continu qui nécessitent une forte mobilisation des collaborateurs.

Je participerai peut-être aussi à un ou deux audits EPAS. J’aime bien cela car permet de découvrir d’autres pratiques ou d’autres systèmes d’enseignement supérieur. Je choisis généralement des institutions des pays émergents ce qui me permet de faire le lien avec la géopolitique pour rebondir sur l’importance de cette dernière et parce que c’est dans le droit fil d’une Business School for Society.

Comme membre du Board EDAF, je participe à 4 réunions par an dont une à Bruxelles ainsi qu’au comité scientifique du programme Developping Deans de GBSN. Ce sont des réunions plutôt par Skype puisqu’elles rassemblent des business schools du monde entier.

4. Les Conférences 

Au programme, cette année : 4 conférences, AACSB, GNSN et EFMD. Une solution idéale qui permet de voir un grand nombre de partenaires et optimise ma veille. Autre thème stratégique : l’école du futur. Je prévois d’assister à 4 conférences sur l’école du futur pour alimenter ma réflexion et être au cœur de ce que s’y passe. Mais aussi en tant que conférencier ! Et 6 sont prévues pour l’instant en géopolitique.

5. Approfondir mes thèmes de prédilection

L’école du futur bien sûr avec un fort tropisme en direction des Edtechs et de notre Edtech factory. Je vais me rendre à quelques colloques spécialisés tels qu’Educause. La géopolitique avec le Festival avec un thème qui devrait encore mobiliser cette année. Et un angle important : creuser le concept de #corporategeopolitics, en montrant ses applications et les conséquences en termes de compétences pour les entreprises.

6. Connected Man ! 

Objectif : franchir une étape ! Conserver ma place dans le classement d’influence d’Olivier Rollot en confortant mon blog, mes réseaux, mes Notes clés de géopolitique, et une nouvelle série — mon tour du monde des Edtechs. Et réfléchir à la création d’une une chaîne Youtube et être toujours en mesure d’utiliser mes hashtags préférés ! #fierdemesetudiants #mesetudiantsontdutalent

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.