Le blog de Jean-François Fiorina

Coronavirus, le virus qui fait aussi tousser l’Enseignement supérieur

Inutile de présenter Covid-19, plus connu sous le nom du Coronavirus.  Depuis plusieurs semaines, il paralyse les activités d’un nombre croissant de pays. L’Enseignement supérieur n’y échappe pas, sérieusement impacté lui aussi. Les relations avec les institutions chinoises sont très nombreuses, les conséquences de l’épidémie ont donc nécessité des décisions dans un grand nombre de situations…

Voici les principales conséquences de l’épidémie de coronavirus dans l’Enseignement supérieur, tirées de mon expérience quotidienne et des échos que j’ai dans le secteur. 

 

  • Les cas des étudiants ou des enseignants en échange en Chine

Le contexte nous a été profitable. Les mises en quarantaine ont été décrétées au moment du nouvel an chinois lorsqu’un grand nombre de ces étudiants ou intervenants étaient soit en voyage dans les pays alentours soit rentrés en France.

Ils ne sont pas, à l’instar des étudiants africains, confinés en Chine et loin de leur famille. Les établissements chinois ont de leur côté étaient très réactifs, communiquant rapidement et efficacement avec les étudiants pour les informer et même pour certains, mettre en place des solutions de e-learning.

Cependant, beaucoup d’entre eux ne pourront pas valider leur semestre ou leur année en Chine — en tout cas pas dans l’immédiat. En ce qui concerne GEM, ils ont pu reprendre leur scolarité à Grenoble. Lorsque la situation a commencé à se tendre, notre préoccupation a été double : s’assurer de la sécurité des étudiants et tout faire pour qu’ils ne soient pas pénalisés dans leur scolarité, en prenant en compte les différentes législations locales. Nos programmes sont également opérés à Singapour et à Hong-Kong, pays dans lesquels nous avons des étudiants de différentes nationalités. La très grande majorité a très bien compris et a été réceptive.

  • Le cas des étudiants ou professeurs devant partir en Chine pour la rentrée de février. D’abord reportés, les départs ont été annulés

Beaucoup de déception — compréhensible — mais pas le choix, sous peine de reporter d’une année la fin de leur scolarité.

  • Cas des étudiants chinois en cours dans nos différents programmes et campus

On imagine bien l’inquiétude de ces étudiants. Notre objectif a été de les rassurer et de leur apporter notre soutien même si les réseaux sociaux et le digital permettent une communication régulière et permanente avec leurs familles et leurs proches en Chine. Nous avons tout fait pour leur montrer que GEM était une grande famille.

 

L’épidémie du Covid-19 n’est hélas pas terminée. Elle est en train de se développer dans différents pays. Quelles conséquences ?

 

Rappel des sites et numéros à disposition :

Le site d’information du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Les conseils aux voyageurs du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères: https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/

La FAQ de l’OMS : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Un numéro vert (0 800 130 000) à destination du grand public a été mis en place par le ministère des solidarités et de la santé, ouvert de 09h00 à 19h00 sept jours sur sept. Cette plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux qui sont assurés par les SAMU-Centres 15.

 

L’épidémie est en train de gagner d’autres pays dans lesquels nous avons des activités et des étudiants (Italie, Corée du Sud, par exemple). Là aussi, notre rôle est de communiquer avec nos étudiants.

  • À moyen-terme, je crains une baisse du nombre d’étudiants chinois (et asiatiques) dans nos programmes lors de la prochaine rentrée. Cette inquiétude fait frémir les pays qui ont l’habitude d’en accueillir un grand nombre comme l’Australie.
  • À long terme, des conséquences géopolitiques (parce que nous sommes vraiment dans un contexte géopolitique!).

Comment vont réagir les autorités chinoises dans l’« après » crise, notamment dans leur relation avec le reste du mode. J’ai lu lundi dans un article du Figaro ce constat d’un diplomate occidental, « C’est dans les moments difficiles qu’on compte ses vrais amis. Et les Chinois réalisent qu’ils n’en ont pas beaucoup ». Les échanges universitaires et les coopérations académiques vont-elle se poursuivre ? Se développer ? Va-t-on vers des restrictions ? À suivre donc ! 

Autres conséquences, cette fois-ci sur nos contenus de formation

 

Les processus étaient déjà engagés dans la guerre commerciale avec les USA mais le coronavirus a accéléré les mutations stratégiques internationales des entreprises, notamment au travers de leurs chaines de valeur.

Les entreprises vont commencer à revoir leur position (de dépendance ?)  vis-à-vis de la Chine et leurs circuits de production. Quand on sait qu’une voiture est en moyenne composée de pièces fabriquées dans 35 pays différents ! Il suffit que l’un de ces 35 pays soit en crise pour que la chaîne de production s’arrête. On mesure bien les réflexions que doivent occuper en ce moment la plupart des multinationales !

Dernière conséquence, inattendue certainement, c’est peut-être qu’à l’avenir, nous considérerons que ce virus a été un coup de pouce (involontaire) pour le développement (et l’acceptation) du e-learning !

Ma revue de tweets « Coronavirus » pour compléter ce panorama et votre information :

 

24/02/2020 Mehdi Cornilliet (@MCornilliet)

22/02/2020 UniversityWorldNews (@uniworldnews)

22/02/2020 UniversityWorldNews (@uniworldnews)

  • Australia’s major universities have cash reserves of over AUS$12 billion (US$8 B) and significant borrowing power to weather the immediate impact from #coronavirus student non-shows. ly/KPkT50ytbOC #highered #COVID19 22/02/2020
  • Chinese students confined to their homes amid the ongoing coronavirus outbreak now have the opportunity to learn about artificial intelligence thanks to

@SenseTime_AI

https://google.fr/amp/www.asiaone.com/digital/chinas-ai-champion-offers-free-online-tech-classes-students-home%3famp… v/

Benoit Anger @Benoit_Anger

18/02/2020 UniversityWorldNews (@uniworldnews)

  • Coronavirus : Hong Kong government allows face-to-face teaching in international schools despite citywide suspension of classes | South China Morning Post

https://www.scmp.com/news/hong-kong/education/article/3050786/coronavirus-hong-kong-government-allows-face-face-teaching

https://t.co/t1i2sPUAJN https://t.co/0B35z1SE96

Original Tweet: https://twitter.com/uniworldnews/status/1229315983925501952

15/02/2020 TimesHigherEducation (@timeshighered)

JF Fiorina @JFFiorina

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Pingback: Covid-19 : vers un enseignement supérieur à distance ? • Blog Headway

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.