Le blog de Jean-François Fiorina

J31 – D’abord se poser les bonnes questions / Changement d’ère (1)

l'après covid 19

L’horizon du déconfinement se rapprochant, j’ai décidé dans les prochains jours de poser la (les) question(s) de l’après. Au fil de ces posts, et à l’aune de ce que je crois, j’aborderai ce qui a fait débat depuis cette quarantaine de jours : le rôle de l’État et celui des entreprises ; le leader de demain dans les organisations et le nouveau pacte social ; la place de la mondialisation et de la souveraineté dans nos vies et le rôle de ses acteurs, de la France à l’Europe en passant par la Chine. Des questions mais aussi une méthode et une vision sans esprit partisan ou idéologie qui nous aideront à voir la réalité, ses espoirs et ses risques sans œillères. Pour se réinventer.

Situation inédite et sans point de repère. Cela nous Invite à l’humilité, à ne pas avoir de certitudes sur le déconfinement, sur ce qui va se passer, surtout qu’il y a eu visiblement des manques et des difficultés à prendre position.

Après le COVID-19 : Réinventer un idéal par le réel

Le monde d’après qui nous attend est un monde à Réinventer, un monde où le plus dur ne fait que commencer, un monde dans lequel nous devrons adopter le principe de réalité, le principe qu’il serait illusoire que tout recommence comme avant, il faut d’abord le reconnaître.

C’est à nous tous de jouer pour que les manuels d’histoire dans 50 ou 100 ans retiennent de ce Covid19 le début d’une nouvelle ère plus équitable et plus humaine. Une ère où paradoxalement il est important de prendre le temps de la réflexion, comprendre dès lors que notre monde n’a jamais été aussi fort en médecine, technologie et télécommunications, un monde où les échanges d’information et les déplacements n’ont jamais été aussi faciles, mais qui, avec un virus, nous a contraint au confinement de plus de la moitié de la planète dont la quasi-totalité des pays riches pour subir une crise économique aux montants encore inconnus.

Covid-19 : Comment nous en sommes arrivés là ?  

Des questions auxquelles nous devrons nous apporter une réponse, pas sur le modèle typiquement français « c’est la faute des autres » ou « c’est la faute de ceux qui étaient au pouvoir il y a quelques années », mais sur l’obligation de réponses en dehors de toute idéologie et esprit partisan.

  • Pourquoi une pénurie de masques ?
  • Pourquoi de telles confusions dans les tests de dépistage ? À ce sujet, l’article paru dans Le Monde du 25 avril est édifiant. Les tests sont le parfait exemple de ce que la France est devenue, entre absence de vision, idéologie, méconnaissance des structures, cafouillage et une bureaucratie omnipotente, étouffante qui en est arrivée à se tourner vers elle-même plutôt que de remplir sa fonction de régulation ou de services.
  • Pourquoi cette bataille d’un autre âge entre le public et le privé lorsqu’il a fallu mobiliser les hôpitaux et les cliniques ?
  • Pourquoi cette pénurie de lits alors que le budget de la santé en France est l’un des plus élevés au monde ?
  • Pourquoi l’Allemagne et les pays d’Europe du nord s’en sortent mieux avec moins de contraintes ?
  • Pourquoi l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne sont autant touchés que nous, voire même plus dans le cas de l’Italie ?
  • Pourquoi le monde de la recherche est aussi divisé et donne plus l’impression d’être engagé dans une bataille d’égos ?

Les réponses seront multiples et si nous acceptons la réalité, elles devraient nous permettre de mieux Repartir. Comme l’a dit Bruno Le Maire, le Coronavirus est un game changer.

Après le Covid-19 : Que va-t-il falloir changer ?

Cela suppose de revoir le rôle de l’État, un État providence mais aussi stratège sans être avide et omiscient. La question des élites va se reposer. On l’a vu, le virus a mis évidence les failles et faiblesses des organisations et pour certaines de leurs dirigeants. De ce fait, il va falloir repenser la formation des élites. Une formation des élites qui doit intégrer une vision géopolitique et économique claire. Quelle mondialisation pour la France, quelle place pour la Chine dans cette mondialisation, quelle Europe, quelle relation transatlantique ?

Des questions qui ressemblent à celles du grand oral de l’ENA mais qui nécessiteront des réponses concrètes pour définir un nouveau pacte social. Le président de la République, dès son premier discours le 12 mars, annonçait que nous aurions à tirer les leçons de cette crise. Entamons ce travail sans tarder et sans esprit partisan. Une mauvaise analyse serait catastrophique

À suivre…


POUR RAPPEL : INFOS CORONAVIRUS OFFICIELLES

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Paul Marcon

    La question du renouvellement de nos élites va se poser.
    Peut-on continuer avec des dirigeants qui n’ont rien vu venir voire ont aggravé la situation par leurs propres choix et leurs propres oeillères?

    Paul GEM 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.