Le blog de Jean-François Fiorina

J34 – Relocalisation, vous avez dit relocalisation ? Changement d’ère (n°4)

Relocalisation, vous avez dit relocalisation ? Changement d’ère (n°4)

J34 – Relocalisation, vous avez dit relocalisation ? Changement d’ère (n°4)

La question des relocalisations qui en fait une problématique géopolitique, pose la question de la (ré)industrialisation. C’est donc le sujet de ce post qui clôt — pour l’instant – ce cycle sur le monde d’après pour les entreprises et la société. Des réflexions qui sont pour moi importantes car elles me permettent de réfléchir sur ce que devra être GEM dans ce monde d’après, sur ce qu’attendent les entreprises et comment nous pouvons y répondre en préparant au mieux nos étudiants.

Relocalisation est le terme qui revient régulièrement en ce moment dans de nombreux discours et articles, le mot magique, solution à tous nos problèmes et qui nous permettrait d’un coup de baguette magique d’avoir les masques et les tests qui ont tant fait défaut aux Français ces dernières semaines !

Vers quelle Réindustrialisation ?

Ne tombons pas dans un discours manichéen ou dans des effets de mode. Cela doit s’inscrire dans une vision de l’entreprise dans le monde, de sa stratégie de mondialisation et de la place dans la Chine dans cette internationalisation. Au-delà la Chine, c’est aussi inclure les nouvelles routes de la soie auxquelles j’avais d’ailleurs consacré un post en sept …. 2018 !

Relocalisation suppose Réindustrialisation, à condition de créer de la valeur, de développer de nouveaux produits ou d’autres procédés de fabrication. L’idée de relocalisation n’est pas liée au virus même si ce dernier va certainement accélérer la tendance. Les entreprises pensent depuis plusieurs années à relocaliser d’abord pour des raisons de qualité et de flexibilité et, ensuite, comme réaction à la guerre économique. J’avais d’ailleurs écrit dans une note CLES que la guerre commerciale allait redessiner la carte des circuits de production et de distribution dans le monde.

 

Relocalisation : L’État à la manœuvre ?

Ce qui est nouveau désormais, c’est que cette relocation est un souhait de l’Etat et non des entreprises. L’approche n’est pas la même. Attention à ce qu’il n’y ait dissonance dans les réflexions. Réindustrialiser, c’est et j’insiste, de l’innovation, imaginer des modes de production disruptifs

Mais les problématiques géopolitiques d’entreprises ne vont pas se limiter à ces sujets : la fin du multilatéralisme, la multiplication d’alliances à la carte et à géométrie variable, les chaînes de valeur, les faillites d’entreprises publiques et privées, le jeu des puissances, l’accès aux marchés de capitaux étrangers, la gestion du risque sanitaire pour les filiales à l’étranger sont autant d’autres sujets (et la liste est loin d’être exhaustive…) sur lesquels les entreprises devront être capables d’apporter des réponses pour prendre les décisions stratégiques qui s’imposent. Or, ces réponses ne seront jamais définitives…

Une autre certitude finalement, c’est que la géopolitique d’entreprise sera encore plus stratégique !

(À suivre)


POUR RAPPEL : INFOS CORONAVIRUS OFFICIELLES

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.