Le blog de Jean-François FIORINA

Bye-bye 2021… welcome 2022, cette inconnue

2021

L’exercice en vaut la peine ! Faire le bilan/perspective de l’année écoulée. J’ai cette antériorité (ou du moins je pense l’avoir) qui me donne la légitimité de l’expérience vécue ! Mon métier ne ressemble en rien à ce qu’il fut, au début des années 2000 quand j’ai définitivement rejoint le monde des écoles de management, pourquoi ?

D’abord pour tenter d’y voir clair ou de faire synthèse, encore faut-il pouvoir faire le tri entre incertitudes et risques. J’ai, d’ailleurs, lu dans Les Echos du 9/12/2021 un intéressant article sur cette question de l’incertitude. Elle rend les décisions de plus en plus difficiles à prendre au vu de la diversité des facteurs qui nous impacte. L’arbitrage entre la gestion du quotidien et la projection moyen/long terme laisse très (très) peu de temps au second… Alors que le rythme du savoir et de l’enseignement s’exprime dans la durée. Tentative de mise en perspective, entre ancrage et réactivité.

Les facteurs de risques et d’incertitudes

 

  • L’actualité COVID (variant Omicron et cinquième vague) et ses conséquences sanitaires, sociales, géopolitiques restent un élément important dans le registre des incertitudes. D’autant que les avancées tant sur le plan pratique telles que le télétravail que sur nos modes de vie et les réformes sociétales et environnementales urgentes à réaliser, passent au second plan. C’est dommage, nous devrions capitaliser sur ces acquis pour les intégrer dans notre fonctionnement et s’engager dans des démarches résilientes, forts de la transition que nous avons vécue. Ce sont des pistes d’avenir pour intégrer cette capacité de réaction de manière pérenne
  • L’impact des réformes en cours de l’enseignement. Elles bouleversent notre paysage. Je parle des réformes concomitantes du BAC, des classes prépas, des concours, des IUT à 3 ans… Avec à la clé nombre d’incertitudes sur nos modèles de grandes écoles.
  • L’image des business schools prise dans le miroir déformant d’une certaine partie de l’opinion publique et d’une volatilité croissante des comportements. Je m’étonne que nous  soyons encore autant caricaturés… alors que nous avons engagé une transition profonde. Imaginez un flash-back dans les couloirs d’une business school des années 90 ! Plus rien à voir. Bruno Lemaire a d’ailleurs salué la très bonne tenue des business schools françaises dans les classements internationaux et dans le parcours de transition dans lequel elles se sont engagées. Cela mérite d’être souligné au vu des efforts consentis par toutes nos équipes pour relever les enjeux sociétaux, environnementaux et économiques.
  • La rapidité de la transformation technologique. Elle se vit au jour le jour, alors que nous devrions l’enseigner avec recul suffisant et sens critique suffisant… pas toujours simple. Elle modifie profondément les modes de leadership actuels, des nouveautés à intégrer dans l’instantanéité au sein de nos cursus et dans le fonctionnement de nos établissements.
  • Des perspectives politiques à la fois inédites et une élection présidentielle dans quelques mois, clé de notre système politique qui, à chaque fois, entraine des promesses électorales qui n’engagent que celles et ceux qui les écoutent ! Dans le domaine de l’Enseignement supérieur, nous avons besoin d’un cadre et organisation stables, d’une reconnaissance stratégique pour le pays à la hauteur que les grandes nations l’ont placé dans la compétition internationale et non d’une course à l’échalote faite de promesses irréalisables.

Diriger et décider

 

Comme je l’ai rappelé dans mon introduction, tout est identique et tout est différent… ma vie de Responsable se construit aujourd’hui au fil d’injonctions contradictoires et d’incertitudes. Comment faire ?

Pour guider la décision, je m’appuie sur les éléments de stabilité que je perçois dans ce monde instable. Il s’agit de bien ancrer ses missions en tant que Responsable, que marque et qu’établissement de l’Enseignement supérieur.  Ne pas perdre de vue les perspectives long terme tout en faisant face au quotidien incertain. C’est une boussole essentielle qui nous guide quand les éléments se déchaînent. Le fait d’être devenue la première business school à mission est un élément structurant y compris de toutes nos décisions. C’est à la fois un élément de réassurance et de prise de risque… Puisque que nous devons conserver toute l’agilité nécessaire.

Diriger aujourd’hui implique également d’écouter ses émotions, de s’engager et de décider pour partie « avec ses tripes » pour parler trivialement.

Je suis quelqu’un de positif. Je vois le potentiel énorme et inédit que le monde d’aujourd’hui nous offre, en termes d’outils d’analyse, de travail et de mobilisation. Je pense ici à la révolution digitale, entre autres. Pour peu que nous soyons conscients que le bon sens et le bien-être global sur notre planète deviennent les caps à tenir, coûte que coûte.

😃 De très belles fêtes à vous et à vos proches !

  🌞 À bientôt pour de nouvelles aventures en 2022. Et n’oublions pas que dès le 22 décembre 2021 les jours vont s’allonger et que la lumière nous redonnera encore plus d’énergie pour aborder 2022 !

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.