Le blog de Jean-François Fiorina

Emploi

Faut-il (encore) un diplôme pour réussir ?

performance grandes ecoles

À l’heure où les étudiants passent le BAC, les oraux pour décrocher leur diplôme ou entrer dans l’école de leurs rêves, une question se pose : doivent-ils encore en obtenir un pour réussir ? Cette interrogation fait d’ailleurs le buzz ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Voici mes réflexions, ouvertes et sans tabou, sur la valeur du diplôme. N’est-il pas préférable de se tourner vers les certificats qui attestent de compétences particulières ? Faut-il s’appuyer sur une marque puissante et son diplôme pour garantir potentiel et crédibilité ? Panacher les deux ? Avec qui et quelles garanties ?

L’Université Disney, de la culture d’entreprise au leadership

Bruno Fournet est directeur Leadership & Talent Solutions à Disneyland Paris et dirige à ce titre l’université d’entreprise. L’un de ses objectifs est de sensibiliser aux valeurs de l’entreprise tous les salariés jusqu’aux managers de haut niveau. Valeurs résumées dans la signature de la marque : engagement, optimisme, créativité et coopération.

Demain, quelles business schools ?

 Rapide retour sur la conférence annuelle AACSB qui s’est tenue en début de semaine à Édimbourg. J’ai l’impression que nous avons franchi un cap et que toute notre communauté est consciente des défis à venir. Ceux-ci ne concernent plus (uniquement) le digital mais notre « raison d’être », au service de la prospérité globale.

FIPA : l’apprentissage en mode innovation

alternance, apprentissage, nouvelle loi

Yann Bouvier est Chargé de mission pour la « FIPA », Fondation Innovations pour les Apprentissages. Cette institution réunit 13 grands groupes internationaux. Son but est de promouvoir et de développer l’alternance et l’apprentissage de demain. Les propositions d’actions que la fondation porte émanent des entreprises participantes. Elles sont développées ou non selon leur faisabilité et leur pertinence. La FIPA doit maintenant imaginer de nouvelles voies pour l’apprentissage à l’aune de la nouvelle loi. Si l’innovation est l’un de ses objectifs cardinaux, elle impliquera plus de rigueur et de vigilance pour les entreprises et les CFA qui naîtront de cette ouverture.

Pour des salariés joyeux, philosophes et… freelances ?

  Billet d’humeur en cette période de jours fériés et de ponts. J’ai évoqué dans un post précédent l’émergence de nouveaux métiers liés à l’école du futur mais l’entreprise n’est pas en reste. J’ai vu apparaître de nouvelles fonctions dans mes différentes lectures. Bien évidemment, ce ne sont que des postes de chef ! On peut sourire à leur évocation mais finalement avec un peu de recul, ils correspondent certainement à un besoin des entreprises qui cherchent à donner du sens ou à réfléchir à de nouveaux modèles de management. Focus sur 3 d’entre eux.

L’école du futur recrute !

Cela faisait longtemps que j’avais l’idée de parler de ces « nouveaux métiers de l’école du futur ». Le déclic s’est produit quand j’ai reçu une publicité d’ Openclassrooms pour une formation spécialisée dans le domaine de la paye. Figurait également une proposition pour devenir mentor en ligne, mission compatible avec une activité professionnelle. Une révolution s’annonce, de nouveaux métiers naissent pour concevoir et accompagner les apprenants, faciliter et optimiser les missions de plus en plus nombreuses et complexes des établissements de l’Enseignement supérieur. Partons à leur découverte !

Enseigner au XXIème siècle, mais quoi ?

    Quels contenus enseigner ? C’est la question à laquelle, je tente de répondre dans ce post. De la théorie, de l’expérience, de la transversalité, de l’esprit critique et du mindfulness. À l’aune de l’explosion de l’IA (Intelligence Artificielle) et après la lecture de « La guerre des intelligences » de Laurent Alexandre, nous sommes au début d’une révolution des métiers et de leurs apprentissages. Au cœur de la bataille : les contenus, toujours plus nombreux, divers et évolutifs. Il n’y aura plus de silos, de fossés entre techniciens, managers, chercheurs… mais des métiers et des compétences transverses. Comment former aux nouveaux métiers tels… Savoir plus >

JAÏ : la double casquette étudiant-entrepreneur

JAÏ ou Junior-Entreprise de GEM, quel que soit le nom que nous lui donnons, l’heure est au développement pour cette Junior-Entreprise. Lauréate du concours de la meilleure association étudiante de France en 2016 et certifiée ISO 9001, elle s’inscrit dans une dynamique de progression et de collaboration. Elle ouvre une nouvelle antenne à Paris et brigue le Prix d’Excellence des JE de France. Ses « consultants » portent tous la double casquette : étudiant et entrepreneur. Interview des membres de son bureau.  #JAÏ #GEM #JE #Junior-Entreprise #entreprenariat #étudiant

Ce « Verdun » de l’échec universitaire

Olivier Babeau, professeur des Universités et vice-président de la fondation Concorde est co-auteur d’un récent rapport publié par ce Think-tank économique dont le titre révèle l’ambition, « Bâtissons l’enseignement supérieur du XXI siècle ». Ou comment conduire la réforme de l’Enseignement supérieur vers une orientation et des cursus plus personnalisés qui valorisent l’obtention de compétences, sans spécialisation aveugle et précoce. Pour en finir avec ce « Verdun » de l’échec universitaire. Interview.

«  35 millions d’actifs devront changer de métier. »

Godefroy de Bentzmann ne mâche pas ses mots, il y a urgence ! En matière de formations initiale et professionnelle, de transformation digitale et managériale des entreprises, « le chantier est immense ». Lui-même, à la tête d’une entreprise de plusieurs milliers de salariés qu’il a fondé et co-dirige avec son frère Stanislas, le patron de Devoteam est au cœur de la bataille des compétences et de compétitivité des entreprises et du pays. En témoigne son engagement actuel dans plusieurs structures telles que le syndicat professionnel Syntec Numérique, regroupant 2000 adhérents ou l’association Pascaline, dont l’objet est de retisser des liens entre le… Savoir plus >