Le blog de Jean-François Fiorina

Grandes Ecoles

Enseignement supérieur : ma revue de tweets stratégiques

Cette nouvelle revue de tweets, dans le droit fil de mon post de la semaine dernière, « Internationalisation de l’Enseignement supérieur : les Nouvelles routes de la soie », confirme que le secteur est aujourd’hui un enjeu crucial d’influence, de développement tant social qu’économique. Négliger sa stratégie internationale pour un gouvernement serait une faute grave comme pour nous établissements du Supérieur. Si elle est une conviction partagée dans le monde de l’Enseignement supérieur à plus de 80% selon @TheEAIE, sa prise de conscience et son développement doivent être sans cesse encouragés.

Nouvelles routes de la soie et enseignement supérieur : vers de nouveaux modèles d’internationalisation ?

L'impact des routes de la soie sur l'enseignement supérieur dans le monde.

Qu’on l’appelle Silk road, OBOR (One Belt, One Road) ou Nouvelles routes de la soie… Ce projet d’un nouveau monde façonné à la main des Chinois est titanesque, hallucinant, fascinant, au-delà du réel, presque fictionnel, mégalomaniaque… Les qualificatifs manquent pour décrire ces nouvelles « routes de la soie ». Quelle que soit l’opinion — positive ou négative — que l’on peut avoir de ce projet, il aura un impact certain sur le monde et sur celui de l’enseignement supérieur. Ce serait une faute grave de l’ignorer et de ne pas l’intégrer dans sa stratégie, d’autant que les universités chinoises vont développer des initiatives le… Savoir plus >

Dans la boîte noire de la CEFDG

Entretien avec Guillaume Talut, doctorant en Sciences de gestion, dont le titre de la thèse m’a interpellé, « La normalisation des formations supérieures de gestion en action : une analyse pragmatique des pratiques rhétoriques de la Commission d’Evaluation des Formations et Diplômes de Gestion (CEFDG) ». Premier voyage dans la boîte noire d’une Commission nationale d’évaluation.

Linkedin sur tous les radars de l’Enseignement supérieur

Ce réseau social est apparu plusieurs fois sur l’écran de mon radar la semaine dernière. La première lors du colloque annuel de la CGE où je suis intervenu avec Manuel #CANEVET et Théo #HABERBUSCH et la deuxième après une intervention de Jeff #MATTHEWS, Head of learning solutions, Linkedin EMEA, cette fois lors de la conférence annuelle de l’EFMD. J’ai été impressionné par la dernière slide projetée avec cette promesse « Creating economic opportunity for each student » (voir ci-dessous). Sans compter différents articles de presse dont celui du Monde qui titrait mercredi dernier : Face à LinkedIn, Les associations d’anciens élèves se cherchent… Savoir plus >

Le financement de l’éducation, ce tabou français

droits de scolarité

Retour sur mon intervention lors de la conférence organisée par Educpros le 25 mai dernier sur le financement de l’Enseignement supérieur. Où je rappelais — une fois de plus — que l’Education a un coût. Qu’en prendre pleinement conscience ouvrira la nécessaire réflexion stratégique quant à son financement dans une perspective systémique où chaque composante de l’Enseignement supérieur français se renforce pour le bien de toutes ses parties prenantes (étudiants, familles, enseignants, personnels supports, etc) mais également des entreprises et du pays dans son ensemble.

Ecole du futur : entre réflexion, enthousiasme et inquiétudes

Actualité intense côté école du futur si j’en juge par le nombre d’annonces et d’inaugurations ces derniers jours, sans compter notre Journée de l’innovation pédagogique qui s’est tenue mardi. Si vous me lisez régulièrement, vous avez certainement pu découvrir mon enthousiasme par rapport à tout ce qui est en train de se passer et qui ne fait que confirmer l’une de mes phrases fétiches : « il n’y a plus aucune limite à la salle de classe ». Mais, attention, au-delà des aspects pédagogiques, il y a des signaux forts qui sont en train d’apparaître et qui nécessitent de notre part – à… Savoir plus >

Learning effectiveness : pour mieux enseigner au XXIème siècle

Comme speaker de la récente conférence internationale EMEA/AACSB (avril 2018), je suis intervenu sur le thème du Learning Effectiveness (efficacité/efficience de l’apprentissage) : standard n°12 AACSB. Au vu des échanges nombreux qui ont suivi, la question interpelle. Le critère porte sur les dispositifs d’évaluation des cours mais également sur les activités proposées par l’école pour qu’il développe ses aptitudes pédagogiques (accompagnement, formations, événements, incentives, etc). Ce critère doit tenir compte de la diversité des populations formées, des parcours et des niveaux adressés. Une approche globale de la pédagogie qui la place au centre du dispositif d’enseignement pour en faire une expérience… Savoir plus >

La fin des alumni ?

À la suite de cette conférence de Tom Robinson lors de l’AACSB ICAM 2018, au mois d’avril, je souhaite rebondir sur son titre un peu provocateur. Il reflète bien la réflexion que nous, B-schools, devons avoir et que je développerai lors de ma « battle » avec une représentante de Linkedin lors du colloque sur les alumni à la CGE le 5 juin ! La question mérite d’être posée si l’on s’en tient à la définition traditionnelle que nous donnons à un alumni.

Pour des salariés joyeux, philosophes et… freelances ?

  Billet d’humeur en cette période de jours fériés et de ponts. J’ai évoqué dans un post précédent l’émergence de nouveaux métiers liés à l’école du futur mais l’entreprise n’est pas en reste. J’ai vu apparaître de nouvelles fonctions dans mes différentes lectures. Bien évidemment, ce ne sont que des postes de chef ! On peut sourire à leur évocation mais finalement avec un peu de recul, ils correspondent certainement à un besoin des entreprises qui cherchent à donner du sens ou à réfléchir à de nouveaux modèles de management. Focus sur 3 d’entre eux.

Avis de tempête géopolitique sur l’enseignement supérieur

Au-delà du basculement de l’enseignement supérieur vers l’Asie qui s’exprime, en autres, par l’envolée de leurs établissements — en particulier chinois —dans les classements, les changements géopolitiques impactent la vision et le management des institutions d’enseignements supérieurs de notre sphère d’influence. Pour Bernard Belloc (ancien président de Toulouse 1), « l’enseignement supérieur en France subit l’internationalisation plus qu’elle n’en tire parti », l’Etat ne jouant pas un rôle clair et moteur. Comment réagir ? À quelle échelle ? Et si l’Europe prenait (enfin) les choses en main ?