Le blog de Jean-François Fiorina

Non classé

JAÏ : la double casquette étudiant-entrepreneur

JAÏ ou Junior-Entreprise de GEM, quel que soit le nom que nous lui donnons, l’heure est au développement pour cette Junior-Entreprise. Lauréate du concours de la meilleure association étudiante de France en 2016 et certifiée ISO 9001, elle s’inscrit dans une dynamique de progression et de collaboration. Elle ouvre une nouvelle antenne à Paris et brigue le Prix d’Excellence des JE de France. Ses « consultants » portent tous la double casquette : étudiant et entrepreneur. Interview des membres de son bureau.  #JAÏ #GEM #JE #Junior-Entreprise #entreprenariat #étudiant

L’école passe le code

  Gilles Babinet, multi-entrepreneur est le « digital champion » de la France auprès de la Commission Européenne. Il appelle à une profonde refondation du système éducatif avec des mesures très ciblées comme l’apprentissage du codage informatique à l’école et surtout une nouvelle gouvernance de l’université basée sur une forte autonomie des établissements, bien au-delà de celle actée par la loi Pécresse en 2007. Il a publié plusieurs ouvrages sur la question digitale. Il est l’auteur ou co-auteur de plusieurs rapports publiés par l’Institut Montaigne en 2013, Pour un « New Deal » numérique ou en 2017, « Enseignement supérieur et numérique, connectez-vous ! » Interview.

Ce « Verdun » de l’échec universitaire

Olivier Babeau, professeur des Universités et vice-président de la fondation Concorde est co-auteur d’un récent rapport publié par ce Think-tank économique dont le titre révèle l’ambition, « Bâtissons l’enseignement supérieur du XXI siècle ». Ou comment conduire la réforme de l’Enseignement supérieur vers une orientation et des cursus plus personnalisés qui valorisent l’obtention de compétences, sans spécialisation aveugle et précoce. Pour en finir avec ce « Verdun » de l’échec universitaire. Interview.

Maurice : hub de la connaissance aux 3 couleurs

L’éducation à l’île Maurice est gratuite depuis 1976, de la petite école jusqu’à l’université. Elle a d’abord permis de former la main-d’œuvre de l’économie locale de la canne à sucre ou du textile. Au fil du temps, de nouvelles compétences se sont adjointes en matière d’hôtellerie, de finance, de banque, etc. Le développement de l’enseignement supérieur doit maintenant attirer ou rapatrier les talents pour accompagner les filières d’avenir : économies bleue (la mer, énergies renouvelables), verte (biotechnologies), blanche (services en général.) Maurice dispose d’un vrai « capital humain » mais devra faire appel aux investisseurs — tous secteurs confondus (privé, public, international) — pour développer… Savoir plus >

« Il faut démytifier la puissance chinoise »

Valérie Niquet, maître de recherche, spécialiste de l’Asie à la Fondation pour la recherche stratégique vient de publier, chez Tallandier, « La puissance chinoise en 100 questions. Un géant fragile ? ». Cet ouvrage très complet ausculte sans concession le géant asiatique qui fait l’objet d’une fascination quelquefois aveugle. Entre puissance et limites d’un modèle souvent paradoxal. Entretien.

L’université à l’heure du choix : « Innover ou sombrer »

Patrick Fauconnier, fondateur du journal Challenges et ancien journaliste à l’Obs, revient sur les grandes mutations du monde de l’enseignement supérieur qu’il a pu repérer en tant que fin connaisseur du système. Dans son livre, « Université : Innover ou sombrer », il porte un constat sombre sur une université déclassée à l’international, et en interne par les grandes écoles, délaissée par des dirigeants qui ne l’ont pas fréquentée et minée par l’individualisme des universitaires. La clé de la réforme passe par une mutualisation des établissements, une acceptation de la sélection et une revalorisation de l’université notamment dans ses composantes professionnelles, à l’image… Savoir plus >

Do you speak french management ?

Frank Bournois, actuel Directeur général de ESCP Europe vient de publier La Prouesse française aux éditions Odile Jacob, avec deux collègues — Ezra Suleiman et Yasmina Jaïdi. Une très intéressante étude qui analyse le management des entreprises du CAC40 vu par les étrangers qui y travaillent. On découvre — avec bonheur et quelquefois surprise — que le manager français est perçu comme performant, humaniste, entrepreneur et innovant. Il pêche, par contre, en matière de communication par manque d’explication de ses décisions ou de partage des informations. Notre « culture de l’implicite » nous rapproche également plus de la culture chinoise que de celles des Allemands… Savoir plus >

« Sup de cons » : quand les écoles exploitent la misère éducative

Passé par différentes écoles françaises, américaines et canadiennes en tant qu’étudiant et surtout en tant qu’enseignant-chercheur, Zeil  — il s’agit de son nom d’artiste — explique les raisons qui l’ont poussé à écrire la bande dessinée Sup de Cons : une exaspération face au dévoiement d’un modèle de fonctionnement d’établissement pratiqué par des écoles de commerce peu scrupuleuses dont les premières victimes sont les écoles les plus renommées et surtout les étudiants eux-mêmes.

«  35 millions d’actifs devront changer de métier. »

Godefroy de Bentzmann ne mâche pas ses mots, il y a urgence ! En matière de formations initiale et professionnelle, de transformation digitale et managériale des entreprises, « le chantier est immense ». Lui-même, à la tête d’une entreprise de plusieurs milliers de salariés qu’il a fondé et co-dirige avec son frère Stanislas, le patron de Devoteam est au cœur de la bataille des compétences et de compétitivité des entreprises et du pays. En témoigne son engagement actuel dans plusieurs structures telles que le syndicat professionnel Syntec Numérique, regroupant 2000 adhérents ou l’association Pascaline, dont l’objet est de retisser des liens entre le… Savoir plus >

Dis, c’est quoi un bon prof ?

  Marie-Hélène FASQUEL est certainement à l’avant-garde de la pédagogie. Professeure d’anglais au lycée international Nelson Mandela (Nantes), elle a été finaliste, en 2017, du Global Teacher Prize, le « Championnat du monde de la pédagogie » en quelque sorte. À la fois passionnée et pragmatique, elle (re)donne envie d’apprendre à ses élèves parce qu’elle écoute d’abord leurs besoins. Ses méthodes pédagogiques, très interactives, utilisent les nouvelles technologies pour donner vie aux œuvres et aux auteurs étudiés, et ses élèves diffusent leur production sur internet. Ils adorent. Ne manquez pas en fin de post les ressources et liens proposés par Marie-Hélène FASQUEL ainsi… Savoir plus >