Le blog de Jean-François Fiorina

Archives de mots clés: business schools

Demain, quelles business schools ?

 Rapide retour sur la conférence annuelle AACSB qui s’est tenue en début de semaine à Édimbourg. J’ai l’impression que nous avons franchi un cap et que toute notre communauté est consciente des défis à venir. Ceux-ci ne concernent plus (uniquement) le digital mais notre « raison d’être », au service de la prospérité globale.

Business schools : stratégie, vous avez dit stratégie ?

business school Strategie

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une école annonce son plan stratégique ou la révision de son PGE (Programme Grande Ecole). GEM n’y échappe pas puisque nous sommes nous-mêmes en train de plancher sur le nôtre. Cet exercice est devenu une figure imposée depuis plusieurs années, sous la houlette des accréditations internationales (AACSB, AMBA Equis ou EPAS) ou nationale (CEFDG)

2019 : ce qui nous attend…

L’année 2019 promet de profonds changements dans la sphère de l’Enseignement supérieur. À la fois menaces et opportunités : la réforme de la formation continue tout comme celle du lycée et du baccalauréat dont les enjeux et conséquences sont encore inconnus (j’ai traité ce sujet dans mon précédent post). L’impact sur l’Enseignement supérieur à moyen terme sera certain, nous devons être prêts pour 2021. Au vu de nos dispositifs d’assurance qualité, ce n’est pas une adaptation qui s’effectuera en un mois. Je pense également à la mondialisation de l’Enseignement supérieur qui tous les jours apporte son lot d’informations sur de nouvelles… Savoir plus >

Dans la boîte noire de la CEFDG

Entretien avec Guillaume Talut, doctorant en Sciences de gestion, dont le titre de la thèse m’a interpellé, « La normalisation des formations supérieures de gestion en action : une analyse pragmatique des pratiques rhétoriques de la Commission d’Evaluation des Formations et Diplômes de Gestion (CEFDG) ». Premier voyage dans la boîte noire d’une Commission nationale d’évaluation.

Influence : pourquoi et comment nous en avons ?

Existe-t-il encore un monde possible sans développer son impact et sa e-réputation au profit de son influence ? Pour ce qui est de l’Enseignement supérieur et du monde des business schools que je connais bien, c’est NON ! Mais pourquoi développer cette influence ? Dans quels buts et comment y parvenir dans le respect de nos audiences ? Ces questions sont notre quotidien à la fois parce que nous sommes convaincus de notre valeur intrinsèque, de notre valeur ajoutée aux Sciences de gestion et au monde en général. Parce que retenir l’attention devient un défi voire une économie comme j’ai pu le lire. Nous n’avons pas le… Savoir plus >

Manager la grande école du futur

Dans la lignée de mon précédent post sur les stratégies de développement ou de survie des grandes écoles et des universités, j’aborde les conséquences en termes de management. Pour nous, business schools — entreprises « par la force des choses »  — comme j’ai pu l’exprimer, que seront nous à l’aune de nos choix stratégiques ? Vision, missions, gouvernance… comment intégrer l’ensemble de ces paramètres sans bloquer et alourdir le fonctionnement de nos organisations ? Comment créer des écosystèmes vertueux au côté d’universités fortes parce que paradoxalement, nous avons besoin d’une université forte et reconnue. C’est ce que nous souhaitons.

Grandes écoles : clap de fin ou expansion ?

Emballement et feu roulant de déclarations ces dernières semaines sur l’avenir des grandes écoles et des business schools françaises de la part de Bernard Ramanantsoa, « Sommes-nous au bord du groufre ? » ; de Bernard Belletante (emlyon) ou de plus récentes, d’Alice Guilhon (Skema) sur l’éventuelle départ de son école à l’étranger, du président de la CCI de Paris sur AEF à propos du Qatar et de Singapour « pas contre l’idée d’investir dans HEC » ou de Sylvia Lacoste (Kedge) dans The Conversation « les écoles doivent-elles devenir des entreprises comme les autres ? ». Ça cogite beaucoup dans l’enseignement supérieur mais nos préoccupations ne s’expriment pas (ou plus)… Savoir plus >

Classements internationaux : basculement géopolitique avéré

  Trois signaux importants démontrent ce basculement et rappellent l’influence des classements internationaux — plus particulièrement celui de Shanghai — sur le secteur de l’Enseignement supérieur en pleine mondialisation : le Times Higher Education qui annonce le lancement de son classement mondial ; la bascule géopolitique vers l’Asie et la Chine qui se place à la 2e position mondiale en nombre de business schools accréditées (interview d’Erc Cornuel, directeur de l’EFMD sur le blog d’Olivier Rollot) ; les récents rachats d’écoles et groupes français (DEMOS, ESC Brest) par des fonds chinois. Quelle lecture, quelles conséquences et stratégies pour nos établissements ?

Écoles de management : les 5 défis à relever

Si les Grandes Écoles exercent encore un vrai pouvoir d’attraction sur l’ensemble de leurs parties prenantes (entreprises, étudiants et familles, centres de recherche, etc), elles devront relever 5 grands défis à intégrer dans leur stratégie de développement : le financement, le numérique-ubérisation, la valorisation de la Recherche et de l’ensemble des contenus produits par les écoles, l’impact, le ROI (retour sur investissement). Avec à la clé, la mise en place de nouveaux écosystèmes agiles et complexes dont la gouvernance ne doit en aucun cas freiner leur développement, bien au contraire !

Les business schools, c’est aussi de la géopolitique

  Nous sommes dans le dur : Brexit assumé, investiture de Trump, montée en puissance de la Russie (je reviens du Gaidars Forum, le Davos russe), confirmation des ambitions chinoises, iraniennes… Les nouveaux acteurs de la géopolitique mondiale préparent leurs scénarios. Faut-il s’en effrayer ? Non. Ce sont des faits, il faut s’y adapter. À nous de jouer la partie avec nos cartes, d’être conscients de nos atouts. Et pour nous, business schools d’être fiers de cette vitalité exceptionnelle depuis plus de 30 ans. La géopolitique que ce soit dans les entreprises ou dans les business schools s’impose comme l’outil de compréhension… Savoir plus >